Magazine Culture

Prescription par le net : Twitter peut-il faire vendre un livre ?

Publié le 29 juin 2009 par Actualitté
Un vieil adage, tous secteurs confondus, annonce que 50 % de toute campagne publicitaire fonctionne. La question est de savoir quels sont ces 50 %... Or, désormais, le tracé publicitaire peut être remonté par les outils numériques : l'adage est-il toujours aussi réaliste ? Plus concrètement : Twitter ou les réseaux sociaux en général participent-ils activement à la promotion des ouvrages ?
Du pouvoir prescripteur du net...
Prescription par le net : Twitter peut-il faire vendre un livre ?Quelques éléments de réponse existent, apportés par des utilisateurs de Twitter, qui au cours des derniers mois avant une séance de chat, reconnaissent avoir acheté des livres en se basant sur les recommandations entendues sur le réseau social. Chez Random House, on annonce que 30 % des lecteurs du site Books on the Night Stand ont été influencés par les messages publiés concernant les livres et 14 % en ont acheté 6 ou plus, sur les 252 personnes ayant répondu à une étude interne. Mieux : les lecteurs de blogs se fieraient à 56 % aux conseils prodigués.
Le rôle prescripteur du net n'est donc plus à démontrer, à compter du moment où l'on propose une analyse et une chronique des livres, et non un simple appareillage promotionnel. Alors qu'est-ce que le réseau social peut apporter ? Tout d'abord de la visibilité, en fonction des personnes qui suivent celui qui publie ses commentaires. C'est la même chose avec un site internet ou la presse papier ; sauf que cette dernière est en perte de vitesse.
Trouver le point d'inflexion : une piste au trésor
La problématique pour un éditeur attentif est de savoir comment quantifier les ouvrages vendus par le biais de ces nouveaux outils et de comprendre les fonctionnements du buzz. En fait, on perçoit qu'en filigrane, on se demande comment se servir de Twitter comme un outil d'influence. Les campagnes de promotion occasionnées favorisent évidemment le développement d'une curiosité et l'intérêt des lecteurs. Et plusieurs exemples tirés des mois passés montrent que le la corrélation entre ventes et annonces faites est forte.
Comme toujours, c'est à la recherche du point d'inflexion que l'éditeur va partir : cet instant où l'on passe d'un intérêt modeste, voire négligeable, à celui où les consommateurs captivés souhaitent acheter par milliers le livre en question. Plusieurs pistes de réflexion, autant que des témoignages sont présents sur Follow The Reader. À découvrir attentivement...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine