Magazine Culture

Amandine Bourgeois 20m2

Publié le 29 juin 2009 par Misterjukebox

Il y quelques temps, j’ai décidé d’écouter 20m2, l’album d’Amandine Bourgeois, la gagnante de la Nouvelle Star 2008.
Je sais, je devine vos sourires railleurs “mais qu’est-ce qui t’a pris mon pauvre garçon ? T’es tombé dans la marmite à conneries ?” Nan. J’étais curieux. D’autant plus que l’album a été produit par une fille que j’aime bien : Edith Fambuena.
Et donc. J’aurais pas du. Voilà, vous aviez raison, vous êtes contents ?
Je crois que je n’ai pas réussi à écouter l’album en entier. Je m’étais arrêté là. Ou presque. Sans quoi vous n’auriez jamais lu ce billet.

Mais pas de bol pour Amandine, j’écoute mon Ipod “à l’aveugle” en scooter et son album, j’ai oublié de le virer. Alors, quand ce soir, pour la deuxième fois consécutive, une intro sympa accroche mon oreille, une production bien pop, bonnes guitares, batteries bien chaudes, et deux premières phrases d’une voix plutôt charmante me rappellent à quel point j’écoute trop toute la musique que j’aime et qu’à coup sûr je passe à côté d’autres bonnes choses, je me dis, “Tiens c’est qui ça ? C’est pas mal…”
Et là tout d’un coup, mes poils se hérissent. La suite du texte arrive. Je reconnais. C’est le drame. La chute. La détresse. Affligé, dépité, décapité, déstabilisé, je m’arrête sur le bas côté et regrette un peu tard que mon ipod chéri ne comporte pas tout seul en autonome la fonction “supprimer le morceau”. Ou même “supprimer l’album”. Et qu’il faille passer pour itunes pour dégager cet indigent 20m2 de mon 20cm2.

Et du coup je bondis, je dois prévenir les gens, je saute sur mon ordi, la rage entre les dents, pour pousser mon gros coup de gueule du lundi : Amandine, achète-toi des textes !

amandine bourgeois

Preuves :

La chanson numéro 7 s’appelle “Les Trous”. “Trou” est sans doute un des mots les plus moches de la langue française. Avec rectum. Comme par hasard. Y’a un seul mec qui s’en est sorti en écrivant autour des trous, c’est Gainsbourg. Logique. En utilisant la répétition à fond -je fais des trous, des petits trous, encore des petits trous- il a réussi l’impensable, faire une belle phrase avec un mot moche.
Amandine Bourgeois aime bien les trous. ils reviennent maintes fois dans les textes.
“Y’a des trous dans ma vie, des espaces vacants” – Les Trous
“Tout au fond du tuyau, j’ai glissé dans l’trou d’la baignoire et j’ai tout faux” – Sale Bain (dernière chanson, insoutenable)
“Il tombe dans le trou de l’ennui qui traîne au dessous de son lit” – Lisa (chanson 8 )

La suite de chacune de ces chansons est à la hauteur, vous allez voir.
Les Trous (refrain)
“Mais où est passée la notice
Je ne trouve pas je suis novice
Dans la ronde factice
Le petit tour de vice” (vis ?)

Dans le genre rimes en “ice”, il manquait plus que Brice de Nice.

Sale Bain (suite du couplet)
[elle est donc dans le tuyau]
“Je suis dans le conduit, les parasites m’entourent et la peur m’envahit
M’agrippant aux cheveux j’essaye toujours d’avancer je me suis emmêlée
Cette odeur Ô mon Dieu me donne la nausée et me pique les yeux
Quelque chose s’est cassé comme le bruit de miroir de ce rêve éveillé”

Je voudrais pas être le mec qui va devoir faire le clip, ça va être coton pour la faire rentrer dans le tuyau. Et avec les odeurs en plus, beurk. Tiens, j’y pense, ma baignoire est bouchée en ce moment, si ça se trouve… c’est Amandine ?

Lisa – Refrain
“Lisa cherche son il (île ?)
Il est perdu sans elle”
bis ad libitum

Autre grande thématique (après les trous) : l’automobile

L’homme de la situation – chanson 11
“Y’a rien de ce que tu fais qui colle à notre plan
Tu ne devais pas cracher mon cœur dans un tournant
Pratiquer le hit and run sans mon consentement
Et planquer ton courage au fond de la boite à gants
Tu nous as égaré sur une voie réservée”

Sans lui – chanson 2
“Trois mois sur la route, la même route
Mais j’ai voulu prendre à gauche, et lui à droite
Rouler de jour et moi dans la nuit noire”

Attention, on continue, bientôt au va s’arrêter à la station-service de Francis le pompiste.

“Trois fois dans le rouge au kilométrage
A tous les carrefours il voulait faire escale
Trois fois que la foudre frôlait nos visages
Il voulait faire demi-tour et je voulais qu’on redémarre
Alors il en eût marre”

pompiste

J’en ai plein d’autres. Plein ? Je vous fais le plein ? Non merci, ça y est j’ai évacué mon trop plein. (Tiens, un bon texte ça par exemple pour Amandine)

Alors ouais je sais c’est facile de critiquer. Mais pas tant que ça.
Et alors, je sais aussi, visiblement, Amandine, elle chante pour les jeunes filles et de facto, je suis pas dans la cible.
Et en plus, pourquoi je critique alors que ça vend ? Hein ? (enfin je crois). Si ça vend, c’est que c’est bien. Normal quoi.
Et puis, et puis, pourquoi passer autant de temps sur un truc qu’on n’aime pas ?

Et bien, pour vous dire la vérité, c’est la première fois que les textes d’un album me font autant hérisser le poil. ça méritait un carton. A dire vrai, quelques mélodies, placements de voix et autres effets de style m’insupportent les tympans comme t’as même pas idée. Mais bon, quitte à se faire du mal…

Mais ma critique n’est pas gratuite. Je propose de soumettre un texte à Amandine pour le prochain album. Comme quoi, je suis pas rancunier.

En attendant,… “supprimer”.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Misterjukebox 36 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines