Magazine Culture

Entrevue avec Eric Piccoli, réalisateur de la nouvelle web série Temps Mort

Publié le 30 juin 2009 par Mangemonblog

Temps Mort

Eric Piccoli n’en est pas à ses premières armes en matière de réalisation, et seulement un coup d’oeil à son portfolio suffit pour constater l’étendue de son expertise au niveau cinématographique.

Celui qui a tout d’abord fait ses classes en dessin animé au Cégep du Vieux-Montréal pour ensuite se diriger en production cinématographique à l’université Concordia coiffe en effet plusieurs chapeaux. Producteur, monteur, directeur photo, créateur de génériques, et storyboardiste sont autant de titres qui pourraient décrire celui qui se retrouve aujourd’hui en entrevue sur Mange mon blog! pour nous parler de Temps Mort, une nouvelle web télé québécoise qui prendra son envol le 9 juillet prochain.

D’entrée de jeu, j’ai demandé à Eric Piccoli de me décrire Temps Mort en trois mots, ce à quoi il a répondu Cinéweb Unique Audacieuse. “Je ne crois pas que ça existe, je viens de l’inventer!”, s’empresse-t-il d’ajouter.

D’où vient l’inspiration qui a mené à l’écriture du scénario de Temps Mort / Qui l’a écrit? / En combien de temps?

Le scénario de tempsmort.tv a été écris par Julien Deschamps et moi-même, Eric Piccoli. Nous travaillons sur cette histoire depuis l’hiver 2007, période où les premières idées ont germées.

Il suffit que de regarder autour de nous pour constater qu’une catastrophe n’est jamais bien loin. Crise économique, désastres environnementaux, guerres multiples, exagérations scientifiques, sans compter les prédictions quant à la fin du monde en 2012.

D’une certaine façon, Temps Mort est une réponse à cet état de panique qui nous entoure. Ce n’est pas une histoire sur la fin du monde, mais plutôt le début d’un questionnement: Que ferions-nous si tout ce que l’on connaît cessait d’exister du jour au lendemain? Nous prenons beaucoup de choses pour acquis, mais qu’en est-il si on nous retire brusquement ces privilèges comme l’électricité, l’eau potable, l’Internet, la société, le chauffage, etc…

Nous avons tous tendance à romancer la fin du monde, l’imaginant tout en effets spéciaux comme dans les films. Et si ce n’était pas le cas? Pourquoi la fin ne serait tout simplement pas un retour à la case départ?

J’espère que le scénario saura inciter les gens à se poser un maximum de questions. Toutefois, je dois avouer d’avance qu’il n’est pas parfait. Les intentions y sont, et l’important c’est de traiter du sujet avec toute l’honnêteté et le sérieux qu’un tel sujet impose, tout en offrant un côté divertissant, car il est important de garder notre public captivé et touché.

Il était également important pour moi de faire une histoire pour le Québec, pour nous. Je voulais que les gens d’ici se sentent interpelés, et prouver que le manque de budget au Québec nous permet d’être simplement plus créatif.

Qui est impliqué, de près ou de loin, dans cette série web?

Nous souhaitions garder l’atmosphère intime d’une petite équipe. Le projet existe grâce à beaucoup de personnes qui ont décidé de s’investir dans un projet auto-financé. En d’autres mots, on les paie en plaisir, et c’est le minimum que l’on puisse faire. Au total, il y a plus ou moins 25 personnes ont travaillé à la création du projet, et ce, du début jusqu’à la traduction des textes, et la mise en ligne du site web.

Quand a eu lieu le tournage?

Le tournage a eu lieu au mois de février 2008 pendant 6 jours dans un chalet au lac Brochet, dans les Laurentides (entre les villages de Bréboeuf et St-Rémy).

Combien de personnes se retrouvaient en moyenne sur le plateau lors d’une journée de tournage?

Environ 14 incluant les deux acteurs, et nous avons eu beaucoup de plaisir tous ensemble. Souvent, on néglige la chance que nous avons de nous retrouver sur un plateau où tout le monde s’amuse, et veille à la réussite du projet.

Comparativement à tes autres tournages, est-ce que tu peux dire que Temps Mort a été plus ou moins facile au niveau de l’enregistrement des différentes scènes?

C’était une première fois l’hiver, et par le fait même en pleine tempête! Nous avions tous peur pour la caméra, il neigeait beaucoup, mais nous savions tous d’avance que les plans allaient être tout simplement magnifiques.

En général, ce fut un tournage épuisant et difficile physiquement. Certaines journées se limitaient à 10 heures de tournage alors que d’autres pouvaient s’étendre sur 16 et même 22 heures. C’était pratiquemment comme si tout le monde était sur la drogue à cause de la fatigue. Tout le monde est écoeuré, tout le monde veut dormir, mais en bout de ligne, ce sont les meilleurs souvenirs!

Quelqu’un m’a déjà dit: “Si tu as eu du plaisir à le faire, d’autres en auront à l’écouter”, je n’ai aucun doute que ça paraîtra, même si l’histoire est sérieuse.

Combien de temps a été alloué à la post-production? / Qui s’est chargé du montage?

La post-production s’est échelonnée sur près d’un an, mais il y a eu plusieurs pauses. Le projet de départ était un court métrage, puis il s’est étiré un peu, et nous avons commencé à développer une version long métrage.

Temps Mort devait seulement être utilisé comme prototype, mais avec le temps, nous en sommes arrivé à la conclusion qu’il était ridicule de garder cette histoire que pour nous, et c’est à ce moment que nous avons eu l’idée d’en faire une série web. Le montage a été fait par Simon Gaudreau et moi même. Simon s’est occupé de faire l’assemblage et le montage de base, ce qui veut dire, établir la structure narrative. J’ai ensuite pris la relève pour raffiner le tout, y instaurer un rythme propre à la série, et m’amuser à réécrire à nouveau le film.

Quelles sont tes attentes pour Temps Mort?

À vrai dire, j’espère que le Québec va embarquer, nous avons fait ça pour tout le monde. Un film sert avant tout à communiquer avec les autres, à les divertir, et à les questionner. Nous avons des choses à dire et à partager, j’espère que les gens seront là pour nous écouter et échanger avec nous. Nous avons travaillé fort afin que tous les ingrédients y soient, reste à voir si ça va “pogner”.

Dans l’éventualité d’une réponse favorable du public et des médias face à la série, est-ce que Temps Mort est un projet que tu voudrais éventuellement porter au grand écran?

En fait, c’est l’idée derrière ce grand projet qu’est tempsmort.tv, d’en arriver à réaliser le premier film de ce genre au Québec. Tout le monde le sait, les films sont difficiles à réaliser ici, et ceux de genre, encore plus. Nous avons misé sur le web pour créer un intérêt, un « fan base », pour faire une proposition au Québec: “si vous aimez notre web série Temps Mort et que vous aimeriez voir ce genre de cinéma en salles, aidez-nous franchir la prochaine étape”. Si la réponse du public et des médias est favorable, la motivation atteindra un nouveau paroxysme pour la réalisation de ce long métrage. Par contre, si la réponse est négative, il faudra le prendre en considération pour la suite du projet. Je crois néanmoins que nous avons quelque chose d’intéressant à partager avec les gens, et que dans cette optique, je me dois de poursuivre ce que mes « guts » me disent. De plus, le scénario du long métrage est presque terminé d’être écrit.

Quel serait, selon toi, le plus grand défi de faire passer une série du web au grand écran?

Garder l’originalité, l’audace, et tout l’aspect de nouveauté. Il est certain que présentement, nous profitons du fait que l’internet atteint chaque jour un nouveau sommet de popularité, c’est le médium de diffusion par excellence. En version long métrage, Temps Mort garderait certainement le côté nouveau et audacieux puisque c’est un genre encore jamais réalisé au Québec. Il faudrait trouver un moyen de rendre l’expérience encore plus unique en son genre.

Je serais prêt à sacrifier le long métrage pour en faire une série web ou télé, et ainsi rejoindre un maximum de personnes. Nous faisons cet art pour communiquer avec les autres et raconter une histoire. Mon but premier est de rejoindre un maximum de gens.

Avec le sort que la critique populaire et médiatique a réservé à la web série Le cas Roberge, qui a tenté cette expérience, serais-tu craintif de mettre en branle un projet de cette envergure?

Oui, je serais craintif, et je le serais même si c’était un autre long métrage. Il y a présentement un réel problème avec le cinéma au Québec. Les gens sont habitués de rester chez eux à écouter la télévision, ils ne se déplacent plus. Peut-être parce qu’ils n’arrivent pas à se reconnaître dans les films qui sortent, néanmoins, l’important, comme je l’ai mentionné plus haut, c’est d’arriver à les rejoindre.

J’emprunte une phrase de Daniel « Podz » Grou, qui a déjà dit que ce qu’il y a d’excitant avec la télévision, c’est de savoir que chaque semaine, 2 à 3 millions de personne écoutent en même temps ton émission. Au cinéma, tu aurais beau avoir un méga box office, jamais ça ne pourrait se comparer aux cotes d’écoute de la télévision, et pourtant, il y a tant de respect pour le cinéma. C’est d’ailleurs cette fascination pour cet art qui nous fait tous succomber, réalisateurs, à vouloir faire le saut dès que possible au long métrage, même si c’est en soit, peu logique.

Que penses-tu du succès grandissant de la web télé versus le déclin des médias traditionnels comme la télévision ou le cinéma?

Je crois que c’est logique. Maintenant, il suffit de rendre le tout rentable, car le web demeure un endroit très hostile au niveau de la rentabilité, mais ça viendra éventuellement. Le web, au niveau de la série, c’est tout simplement génial: épisodes gratuits en format HD que l’on peut écouter quand on le désire, suppléments sur différents site web, les possibilités sont infinies. En fait, ça revient un peu au même que la télévision, mais l’expérience en est toutefois grandement améliorée.

Avec Temps Mort, tu arrives avec quelque chose de complètement différent de ce qui se fait actuellement sur le web, cette situation à double tranchant peut comporter son lot d’avantages et de désavantages. Quels sont les principaux selon toi?

Les gens vont se faire des attentes, et c’est sûr qu’il y aura des déceptions, c’est normal. Mais je suis certain que Temps Mort saura ravir une grande majorité. Il est le premier de ce genre, donc, il y a encore un long parcours d’essais-erreurs à franchir. Nous avons longuement réfléchi à comment sortir la série, nous avons analysé le contenu web télé présentement disponible, et nous avons tenté d’offrir quelque chose qui sortait de l’ordinaire.

Au niveau de l’histoire, le thème de “fin du monde” bien qu’il soit un cliché universel, continue de fasciner les gens, car c’est un sujet qui nous parle directement, nous pensons tous à la fin, à notre fin.

Pour éviter de tomber dans le piège de la facilité, j’ai décidé d’y aller à hauteur d’homme. On voit et on vit la même chose que le personnage principal. Il n’y a pas de place pour les grosses intrigues scientifiques sur le pourquoi et le comment, qui deviendraient de toute façon, rapidement superflues. Moi, ce qui m’intéresse, c’est comment l’humain arrive à vivre, pourquoi survit-il, qu’est-ce qu’il se pose comme questions, et comment en revanche, les spectateurs vont à leur tour se poser ces questions après la diffusion de Temps Mort.

La série prend l’affiche sur le web le 9 juillet, à quoi peut-on s’attendre de ce premier épisode?

Du jamais vu sur le web, et à ce que je sache, pas encore au cinéma. Attachez votre tuque, l’aventure commence! Plaisir et frissons garantis.

À une époque où les communications se font presque exclusivement via les médias sociaux et le web, comment avez-vous exploité ces outils de promotion afin de générer un intérêt autour de Temps Mort?

Via le web 2.0. Tout le monde peut se partager un lien. Facebook est notre moteur de publicité, nous avons réussi à rejoindre un maximum de personnes à date, et ce, en très peu de temps. Nous avons également conclu un partenariat avec openfilm.com pour l’exclusivité de la série, en retour, Temps Mort se retrouve sur leur page principale, et ils nous offrent un lecteur HD unique en son genre.

Par la suite, nous avons contacté le Festival Fantasia pour une première en salle et sur le web. Les gens derrière Fantasia sont des passionnés, et il faut se compter chanceux de les avoir. Le cinéma ne serait pas là où il en est sans ce festival, du moins, pas pour moi. Finalement, nous avons fait de la publicité physique en distribuant flyers et affiches sur les grandes artères de Montréal et dans les cafés artistiques.

Maintenant que notre travail est fait, reste à voir si le succès sera au rendez-vous…

Click here to view the embedded video.

En 2013, un cataclysme survient. Joël quitte Montréal et tente de retourner auprès de sa famille à Rouyn Noranda. Sa fuite est stoppée en milieu de route et il se réfugie en campagne. L’électricité cesse et la neige tombe soudainement. Devant un décor figé dans le temps et la glace, il n’a qu’un cahier de dessin pour rester sain d’esprit. Il attend patiemment la fin de l’hiver et le retour des moyens de communications, mais rien ne semble croire que cela arrivera…

(Premier épisode le 9 juillet)

Liens:

tempsmort.tv

Temps Mort sur Facebook, Twitter, YouTube, Vimeo, Daily Motion, et MySpace

Productions Babel


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mangemonblog 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine