Magazine Beaux Arts

William Turner, « peintre de la lumière » le maître de l’aquarelle anglaise

Publié le 02 juillet 2009 par Masmoulin

joseph_mallord_william_turner_auto-retrato.1246345715.jpg

Portrait de Turne, jeune

http://www.j-m-w-turner.co.uk/

Joseph, Mallord, William Turner (1775-1851) est né à Londres et mort à Chelsea. C’est son père, barbier de son état,  qui très tôt a décelé son talent artistique et l’a encouragé.

Il suit d’abord les cours que donne le  Docteur Thomas Munro (1759-1833) psychiatre et aquarelliste., en compagnie de son ami de Thomas Girtin (1775-1802)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Girtin

Celui-ci, aquarelliste très doué  est considéré comme l’un des initiateurs de l’aquarelle anglaise. C’est le « doctor » qui leur achète leurs premières œuvres. Le premier carnet de croquis connu de Turner date de 1789. Il poursuit sa formation à l’Académie royale où il expose sa première aquarelle dès 1790. Il  est élu membre associé dès 1799 puis membre titulaire en 1802. Entre 1811 et 1828 il en est le professeur de perspective, et donne des conférences sur la peinture de paysage.

http://www.royalacademy.org.uk/

Il entreprend son premier voyage à l’étranger en 1802 en France et en Suisse. Sur le chemin du retour il étudie au Louvre. Presque toute sa vie, il visitera le « continent » : les Pays-Bas, l’Italie, notamment Rome et Venise, la France. Il subit l’influence des Hollandais Guillaume Van de Velde, Cuyp, puis celle de Nicolas Poussin et surtout de Claude Lorrain.

http://www.insecula.com/contact/A000135.html

Paradoxalement, il a moins souvent sillonné les iles britanniques.

 C’était un paysagiste d’une maîtrise absolue. Il est sûr de ses effets, contrairement à  Constable qui lui doutait. Sa couleur par son extrême fluidité, la minceur de la couche, ses surfaces lisses, ses imperceptibles dégradés rivalisent avec les grandes clartés et les subtiles transparences de l’aquarelle.

Turner a utilisé et inventé toute une gamme d’innovations techniques.

  • Il  se sert d’un  “vernis à l’arrêt” une sorte de gomme à masquer, pour préserver les zones blanches.
  • Il incorpore de la gouache blanche en petite quantité, pour améliorer les effets de profondeur.
  • Il a été le premier aquarelliste, vers 1815, à  travailler sur du papier mouillé.
  • Il laisse alors fusionner les couleurs, fait ressortit la lumière et les contours en épongeant avec du buvard ou par grattage
  •  Il travaille souvent sur plusieurs œuvres en même temps. Cela lui permet de rendre admirablement la lumière, l’atmosphère.

Il maîtrise parfaitement les règles de la perspective, notamment dans ses paysages de montagne. Il travaille sur des grands formats.

 Il s’est d’abord fait connaître comme aquarelliste topographique. Il a illustré des œuvres de Walter Scott, Samuel Rogers, Byron, Thomas Moore et de nombreux « Keepsakes » recueils de pièces littéraires, en vogue à l’époque romantique.

Durant toute sa carrière, Turner a mené de front la production d’aquarelles et de peintures à l’huile. Il visait à rendre l’aquarelle l’égale de la peinture à l’huile. Pourtant, ces aquarelles sont restées longtemps méconnues. De son vivant.  Il ne les exposait pas. Il a laissé à sa mort plus de vingt mille pièces, des  dessins, des carnets, des estampes et surtout des milliers d’aquarelles, souvent inspirées par les paysages traversés lors de ses nombreux voyages. On doit à John Ruskin (1819-1900) Artiste, poète et critique d’art,  le classement, après la mort de Turner, de  cette immense collection.

http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Ruskin

De nos jours l’aquarelle datée de 1842 “The Blue Rigi: Lake of Lucerne, Sunrise” a atteint la cote de 5,8 millions de livres.

On trouvera plusieurs biographies de Turner, sur les sites « impressionniste » « ibiblio » et art-deco,

http://www.impressionniste.net/turner.htm

http://www.ibiblio.org/wm/paint/auth/turner/

http://pagesperso-orange.fr/art-deco.france/turner.htm

Des détails sur la vie personnelle peu conformiste, sur wikipedia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Mallord_William_Turner

On trouvera un aperçu de ses œuvres, aquarelles ou huiles, exposées en 2007 à la National Gallery of Art de Washington

http://www.nga.gov/exhibitions/2007/turner/index.shtm

Et les aussi ses œuvres dans les musées du Monde entier, avec Artcyclopedia.

Texte original en anglais :

The result is a hazy painting of sponged washes viewed through a gauzelike web of thin brushstrokes and blotted color seen under a halftone pattern of tiny touches of paint.

Proposer une meilleure traduction

http://www.artcyclopedia.com/artists/turner_joseph_mallord_william.html

Et voici enfin ma sélection de quelques aquarelles de Turner

turnet-8dolbadern-castle.1246373468.jpg

W. Turner -Dolbdern Castel 1799 -crayon et aquarellen

turner-2-giorgio_morning.1246374392.jpg

 W. Turner - San Giorgiuo morning 1819 -Aquarelle

 

turnet-7-bord-de-loire.1246374952.jpg

W. Turner -  Scene Bord de Loire - 1828/1830 - Aquarelle

turner-4-moonlight.1246375490.jpg

W. Turner - Moonlight -1840-Aquarelle

 

trunerseine-pont-de-larche-1833.1246377784.jpg

W Turner - Seine Pont de l’arche - 1833 - Aquarelle

 

turner-riviere-et-baie-dans-le-lointain.1246377935.jpg

W Turner. Rivière et baie dans le lointain - vers 1840 - Aquarelle

Et pour terminer l’oeuvre qui m’a servie, en partie, pour élaborer la bannière de mon blog

turner-scarlet-sunset.1246378220.jpg

W. Turnet - Scarlet Sunset - 1830/1840 - Aquarelle et gouache

é

é


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Masmoulin 5123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines