Magazine Culture

Vangelis Kassos/Erysichton

Par Angèle Paoli
« Poésie d'un jour
(Pour faire défiler les poésies jour après jour,
cliquer sur les flèches de navigation)


EPYΣIXΘΩN

πού єίναι το χώμα;
πού єίναι το χάδι;
γєύση από πέτρα
μovάχα χύvεται
μες στην ψυχή
ω Δήμητρα
εγώ πεινώ για εαυτό
στάχυ σφοδρό σαν ξύπνημα
και συ με ρίχνεις
στο κορμί
ψίχουλο που περίσσεψε
από της γης
το φτωχικό τραπέζι
ακούω σύγκορμος
τα γοερά σου αισθήματα
σε κυρίεψε η ζωή
σε θόλωσε ο θάνατος
πίσω από την ύπαρξη στέκεις
καθώς ο φοβισμένος
πίσω από του σπιτιού του το κατώφλι
άφησέ με να βγω
απ’αυτήν την άπορη γεύση
ρίξε απάνω μου αλύπητη πείνα
να καταπιώ σα χείμαρρος
την αυθαίρετη ξωή μου



ERYSICHTON

où est la terre ?
où est la caresse ?
seul un goût de pierre
emplit
mon âme
ô Déméter
la faim s’empare de moi
épi rude comme un éveil
et toi tu me jettes
au corps
comme une miette tombée
de la table modeste
du monde
j’écoute de tout mon corps
tes sentiments plaintifs
la vie t’a envahie
la mort t’a bouleversée
tu te tiens en retrait de l'existence
comme quelqu’un d’apeuré
derrière le seuil de sa maison
laisse-moi sortir
de ce goût insoluble
jette sur moi une faim impitoyable
que j’engloutisse comme un torrent
ma vie arbitraire

Vangelis Kassos, Αδιαπέραστο Φως/Lumière impénétrable [Ίνδικτος, Athènes, 1998], L’Oreille du Loup, 2009, pp. 52-53. Traduction du grec par Ioannis Dimitriadis.


Vangelis kassos

Source

   Vangelis Kassos est né en 1956 à Karditsa (Grèce) et vit à Athènes. Figure majeure de la poésie grecque contemporaine, il a publié plusieurs livres de poèmes, dont Voluptés nocturnes d'un immigré et Expérience de la mort, ainsi que des essais sur la poésie comme L’Étouffement du regard ou L’Interminable Fin. Il a par ailleurs traduit en grec des œuvres d’Ezra Pound et de Paul Valéry, ainsi qu'Aurélia de Nerval.


Note de l'éditeur et du traducteur :

ERYSICHTON

   Selon le mythe, Erysichton était fils de Triopas, roi de Thessalie. Pour avoir abattu les arbres sacrés du bosquet de Déméter, il fut condamné par la déesse à une faim insatiable qui l'amena à dévorer son propre corps.
   la faim s’empare de moi : phrase de Nietzsche tirée de Ainsi parlait Zarathoustra.
   et toi tu me jettes / au corps / comme une miette tombée / de la table modeste / du monde : à l'origine de ces vers se trouve la phrase de saint Jean de la Croix : « Nous apprenons que tous les êtres sur terre sont des "miettes" tombées de la table divine ».



Retour au répertoire de juillet 2009
Retour à l' index des auteurs

» Retour Incipit de Terres de femmes

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Angèle Paoli 39970 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines