Magazine Cinéma

La Cité De La Violence

Publié le 20 juillet 2009 par Olivier Walmacq

LCDLV

Genre : Action/Suspense

Année : 1970

Durée : 100min

L'histoire : Jeff Heston est un tueur à gages. Un jour, alors qu'il est en voiture avec Vanessa, sa compagne, il est poursuivi par un groupe de bandits. Blessé, Jeff se retrouve en prison. Une fois sortie, il décide de retrouver Vanessa, mais aussi de se venger de ces bandits qui l'ont conduit en taule...

La critique de ClashDoherty :

Sergio Sollima est un réalisateur italien assez tâcheron, ayant signé de très bons films (les deux westerns Colorado et Saludos Hombre, avec Lee Van Cleef et Tomas Milian) et d'autres plus regrettables.
La Cité De La Violence, avec son casting imparable et hétéroclite (Charles Bronson, Michel Constantin, Telly Savalas, Jill Ireland, Umberto Orsini) fait partie des meilleurs films de Sollima, indéniablement. C'est un film très bien interprété, à la fois film d'action et de suspense. 

A l'époque, Bronson était dans sa période européenne (Le Passager De La Pluie, Soleil Rouge, Il Etait Une Fois Dans L'Ouest), et il était aussi, encore, un grand acteur.
Comme on le sait, à partir des années 80 et même avant, la seconde moitié des années 70), il est devenu un acteur spécialisé dans les films d'action bourrins et discutables, excepté quelques vrais classiques comme Le Bagarreur ou Mr Majestyk.
Sans être son plus grand classique, La Cité De La Violence est néanmoins un de ses très bons films. Un de ses moins connus, de nos jours, aussi, ce qui est dommage.
On y trouve celle qui fut sa femme, Jill Ireland, et qui a joué souvent avec lui. On y retrouve un ancien 'salopard' (et le pire de tous, ah ah), Telly Savalas. Et Michel Constantin, qui apporte la touche frenchy au film.

Avec sa grandiose musique d'Ennio Morricone, ce film peut se voir comme la version transalpine de films comme La Loi Du Milieu (euh, c'est con, ce que je dis, en même temps, car La Loi Du Milieu date d'un an après ce film !). Un excellent polar hard-boiled, un film de mecs, brutal, sans concessions, et vraiment bien foutu !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines