Magazine People

Télé-Extravaganza: Les Critiques

Publié le 04 octobre 2007 par Anonyme

Voici donc mes impressions sur quelques émissions de télévisions, vieilles ou nouvelles, qui sont venues bombardées notre téléviseur depuis les deux dernières semaines.

Reaper est probablement l’émission qui a su parfaitement surpasser nos attentes. Je suis persuadé que vous ne savez même pas c’est quoi mais ça mérite vraiment d’être connu. Dans cette comédie à The CW, Bret Harrison (The Loop, The O.C) incarne Sam, un fainéant qui travaille dans une quincaillerie. À l’âge de 21 ans, il apprend que ses parents ont venu son âme au Diable alors qu’il n’était pas encore né. Le Diable refait surface et lui apprend qu’il doit maintenant compléter l’échange en travaillant pour lui comme traqueur de criminels qu’il doit faire retourner en enfer. Les dialogues sont mordants et les acteurs principaux sont plutôt charmants. L’émission en général fait penser à Buffy The Vampire Slayer en version masculine.

Gossip Girl est totalement hot, hot hot. Ceux qui attendaient avec impatience le prochain The O.C (circa 2003-2004), le voici. Blake Lively (The Sisterhood of the Traveling Pants) incarne Serena, une riche jeune adolescente qui revient à New York après une mystérieuse année d’absence. Elle doit ainsi faire face à ses anciens amis ou ennemis à son collège privé. La distribution est prometteuse, surtout Leighton Meester qui incarne la diabolique Blair Waldorf, la nouvelle Queen B de leur école. En bonus, on a droit à l’une des mes idoles, Kristen Bell qui fait la narratrice, une blogeuse qui diffuse tous les potins les plus savoureux du collège.

Cavemen est une sitcom plutôt pathétique. Cette émission suit trois hommes de caverne vivant dans une société future dans laquelle la quantité d’Homo Erectus est semblable à celles des humains dits normaux. Le résultat est peu intéressant, très peu drôle. L’histoire du premier épisode n’avait carrément pas de sens. Joel, l’homme des cavernes principal, doit surpasser les préjugés de ses amis qui n’acceptent pas qu’il fréquente une Homo Sapiens. Huh? Ah, et la trop grande quantité de poils dans l’émission pourrait vous lever le coeur.

Private Practice est un flop monumental. Si vous aimez ou pas la série Grey’s Anatomy, il est presqu’impossible que vous appréciez cette nouvelle série dérivée sans charme sans charisme. L’émission suit Addison (Kate Walsh) qui quitte Seattle Grace pour aller travailler dans une clinique privée près de la plage dans laquelle on peut retrouver une spécialiste en fécondation, une psychiatre, un podiatre et un espèce d’acuponcteur ou je sais pas trop ce qu’il fait. Les personnages sont sans intérêt, aucune possibilité d’attachement. Ah, et que dire de la tentative de romance entre Addison et le personnage interprété par Tim Daly… C’est pas normal qu’ils gossent déjà après un épisode. C’est telllllement prévisible. Ça va être on-again off-again tout le long jusqu’à la fin. Sérieusement, je ne sais pas ce qu’ils vont fouttre avec ses faux docteurs pas rapport. Essayez d’inventer une histoire d’une heure autour d’un patient en podiatrie. OH MY GOSH DRAME DRAME DRAME cette jeune fille à une verrue plantaire. Je crois qu’il va falloir l’amputer. Nonnnn, elle est enceinte, elle a besoin de ses deux jambes pour la survie de son enfant. Nooooonnn, son mari pense secrètement la laisser et nonnnnn Taye Diggs a surpris son ex-femme en train de manger un gros gâteau parce qu’elle est dépressive car elle fantasme sur le secrétaine aux abdos d’acier et aux cheveux à la Marc-André d’Occupation Double. Ah, et mon amie Andrée Anne suspecte que l’intrigue du premier épisode fut carrément volé à un vieil épisode d’ER. Bref, mon diagnosis est: Cette émission pourrait entraîner de la diarrhée et des maux de tête.

Ensuite, il y a une autre pathétique sitcom, Carpoolers qui raconte les péripéties de quatre hommes qui doivent voyager ensemble pour aller au travail. Duh, vous savez ce qu’est le covoiturage. L’intrigue du premier épisode était que l’un d’entre eux se rend compte que sa femme gagne peut-être plus que lui car elle a acheté un grille-pain à 200$. Hum ok, vous voyez le genre. Je n’ai pas besoin d’en rajouter.

Alex


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anonyme 165 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine