Magazine Côté Femmes

Une Mangue, et ne manguer de rien...

Par Tifenn
Si le miel est un rayon de soleil, la mangue en a le parfum...
Laissez-moi vous conter la petite histoire de la recette du Soleil sur la Banquise, véridique, et tous les personnages sont réels...

Une Mangue, et ne manguer de rien...


Fermez les yeux...
Vous avez 15 ans et vous sortez du collège, sac au dos, sous un soleil radieux. Vous êtes fatigués d'une journée avec vos 35 camarades, dans une classe, où les naquots ouverts et le ventilateur font une légère brise qui s'ajoute aux bruits de la rue...
La porte, simplement constituée de double volets de bois, est ouverte sur la passerelle qui longe toutes les classes, à tous les étages...
Tout le monde est légèrement habillé, il ne viendrait pas à l'idée du prof de mettre une cravate, et les Tongs soutiennent souvent une plante de pieds qui a l'habitude de fouler le sol, nu.
Dans la rue, toutes les voitures sont là avec les pères ou les mères à l'intérieur et si par bonheur, la vôtre a du retard, vous aurez le loisir d'acheter au bonhomme assis sur le trottoir, une Mangue...
Une Mangue, mais pas n'importe laquelle. Elles s'accumulent dans un carton ouvert, et il les présente sur un autre carton, retourné lui, ces perles vertes au coeur jaune pâle et croquant.
La Mangue de mon enfance est petite, verte et dure. Elle s'offre en deux Joues, sur lesquelles on a semé des petits grains de sel ou de piment. Et l'Os se nettoie assidûment, jusqu'au blanc.

Une Mangue, et ne manguer de rien...

Je ne m'étais plus risquée à acheter de mangue ici, depuis que j'en avais goûté une à la chair orange et filandreuse...une mangue énorme et bien trop mûre pour moi.
Et puis l'autre jour, j'ai tâté au hasard un fruit assez gros, un peu rouge à sa base, mais vert pour le reste et le toucher m'a paru encourageant, ferme.
Arrivée chez moi, j'ai rincé le fruit, ai saisi un couteau et j'ai taillé deux belles joues...j'en ai parsemé une de sel, et j'ai croqué...mmmmmmmm....c'était trop bon!
La deuxième joue, je l'ai coupée en deux pour que d'autres puisse la goûter et le reste, j'ai détaillé en morceaux avec ceux qui s'attachent à l'os, et je les ai mis dans mon cuit-vapeur...
Au bout de 20 mn, j'obtenais quelque chose de tendre, plus foncé, et les enfants ont préféré.
J'ai aussi voulu tester la machine à faire du coulis de mon KA (oui, je sais, ça va...)
Et, Ô surprise, j'en ai obtenu pas mal par rapport à la quantité de morceaux assez pauvre que j'avais. A savoir, exactement le contenant de ma douille ...

Une Mangue, et ne manguer de rien...

Il faut savoir aussi que j'avais fait une meringue plate sur un fond de moule à manqué...
Et l'idée m'est venue assez vite d'associer le coulis de Mangue à cette meringue...

Une Mangue, et ne manguer de rien...

Un seul mot convient à ce moment: Divin!

Bizarrement, la meringue pourtant froide, paraissait chaude au contraste de la mangue si fruitée, et le croquant avec la douceur du coulis....mmmmmmmmmm, le goût de la mangue était plus intense, concentré du soleil qui m'a vu partir, il y a si longtemps, déjà...

C'était si bon, j'ai tellement adoré, que je l'ai mise sur le site d' Elleadore.com

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tifenn 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte