Magazine Cinéma

Le Grand Escogriffe

Publié le 10 août 2009 par Olivier Walmacq

lge

Genre : Comédie

Année : 1976

Durée : 100min

L'histoire : Emile Morland, escroc sur le retour, convainc son ancien complice Aristide de l'aider à enlever le bébé de Rifal, un armateur millionnaire. Morland engage Amandine, jeune comédienne, et loue un bébé à un certain Tony, afin de pouvoir faire un échange de bébés. Le coup ne va pas se passer comme prévu...

La critique de ClashDoherty :

Réalisé par Claude Pinoteau en 1976, Le Grand Escogriffe met en scène Yves Montand, Claude Brasseur, Guy Marchand, Agostina Belli, Adolfo Celi et Aldo Maccione.
Tourné principalement en Italie, scénarisé par Pinoteau et Michel Audiard d'après un roman de Rennie Airth, le film est une comédie sympathique mais nullement transcendante, le genre de film qui se regarde avec beaucoup de plaisir, mais s'oublie assez vite.
Yves Montand est assez amusant en vieil escroc sur le retour, mais son abattage peut sembler assez lassant par moments. Le film mérite vraiment bien son titre, le personnage est un sacré grand escogriffe !

Chose rarissime, si Aldo Maccione joue dans le film (le rôle de Tony, le loueur de bébé), il est relativement bon, ici. Les acteurs, en général, sont très bons dans ce film, particulièrement Claude Brasseur et Adolfo Celi (le millionnaire victime de l'escroquerie), malgré qu'Adolfo Celi soit trop 'hanté' par son rôle de Largo, le méchant d'Opération Tonnerre (un armateur aussi, coïncidence ou hommage).
La musique de Georges Delerue est sympa, assez enlevée, bien dans le ton. Le film s'essouffle un peu à la fin, mais rien de grave.

Le Grand Escogriffe, sans être le meilleur film de Pinoteau (pour moi, son meilleur film est son premier, le film d'espionnage glaçant Le Silencieux), n'est pas non plus un film à fuir. Si vous aimez les comédies, les films légers, alors ce film est pour vous.
Il permet de passer une soirée tranquille, sans prise de tête. Ce film fait parfois penser aux comédies que Bébel a tournées à peu près à la même époque (Le Guignolo, L'Incorrigible), c'est vous dire à quoi vous avez affaire : du bon cinéma populaire sans prétentions, pas exceptionnel, mais plus que regardable.

Note : 14/20

IMG000043


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines