Magazine Culture

Eels - Hombre Lobo : 12 Songs of Desire

Publié le 10 août 2009 par Wyngaal

Critique d'album : Eels - Hombre Lobo : 12 Songs of Desire
Sorti le 02 juin 2009, Hombre Lobo : 12 Songs of Desire est le 7ème album du groupe américain Eels. Est-ce nécessaire de le présenter ? Qui ne connait pas au moins une chanson des chansons du groupe devrais-je (plutôt dire de Mark Olivier Everett alias E et ses musiciens), entre les BO de Shrek ou le tube Novocaine for the Soul ?
Le titre "Hombre Lobo" veut littéralement dire "Loup-garou" en espagnol, référence à sa barbe de plus en plus impressionnante depuis quelques années (et oui c'est bien lui sur la pochette... pochette qui fait d'ailleurs référence à une célèbre marque de cigare cubain, E étant un grand amateur de cigares.)


Critique d'album : Eels - Hombre Lobo : 12 Songs of Desire


Hombre Lobo sort 4 ans après leur dernier album, Blinking Lights and Other Revelations, qui avait été suivi d'un Best-of (que je recommande fortement.)

Critique d'album : Eels - Hombre Lobo : 12 Songs of Desire


Tracklist :

  1. Prizefighter
  2. That Look You Give That Guy
  3. Lilac Breez
  4. In My Dreams
  5. Tremendous Dynamite
  6. The Longing
  7. Fresh Blood
  8. What's a Fella Gotta Do
  9. My Timing Is Off
  10. All the Beautiful Things
  11. Beginner's Luck
  12. Ordinary Man


Hombre Lobo commence par Prizefighter, une bonne chanson pop un chouilla garage rock qui donne la pêche, bien entrainante et survoltée où l'on peux entendre E crier tel le fameux "Hombre Lobo".

"Elle devient de plus en plus inquiétante sa barbe :D"


On enchaîne sur une chanson typique du style Eels, That Look You Give That Guy, une ballade calme comme il sait si bien les faire, avec un air déjà entendu dans le subconscient (J'ai encore rêvé d'elle ?). C'est également la chanson préférée de Mark.
On reprend la route du garage avec Lilac Breeze, un gros son de basse bien gras, une batterie qui sonne comme une boîte à rythmes (qui deviendra saoulant à la longue), mais la rythmique est là et le titre donne autant la pêche que le 1er morceau.
Il y aura un enchaînement constant rock / ballade dans l'album. In My Dreams ne déroge pas à la règle, une chanson tranquille e mielleuse.
"I'mmm... El hombre lobo" s'écrie E dans Tremendous Dynamite, un titre garage bien crade tel un bon White Stripes. ça se sent que l'enregistrement s'est fait à la maison. C'est mon titre préféré de l'album, le refrain est de la vraie Dynamite !

The Longing est la berceuse, comme un I Need Some Sleep, le morceau le plus tender de l'album.

Le premier single de l'album est Fresh Blood, et ça sonne grave Dandy Warhols (Plan A), écoutez-vous même ! J'ai même dû vérifier que mon Ipod ne déconnait pas ! Un style peu habituel dans le pop-songwriting habituel.
Grosse influence blues sur What's a Fella Gotta Do, Un mix entre la rythmique de Kick Out The Jams et les riffs des Black Keys (Dan Auerbach sort de ce corps ! D'ailleurs ça vient sûrement de la barbe...)
L'album enchaîne sur 2 titres typiques pour les prochains films Dreamworks : My Timing is Off et All The Beautiful Things. Pas vraiment original mais ça s'écoute.
Beginner's Luck est la chanson la plus catchy de l'album, je suis sûr que c'est un futur hit du groupe, la mélodie accompagne magnifiquement la smoking voice de Mark. Une chanson simple mais efficace.
Hombre Lobo se finit par Ordinary Man, qui nous rappelle que E is Human After All.
A écouter : Prizefighter, That Look You Give That Guy, Tremendous Dynamite, Fresh Blood, The Longing, Begginer's Luck.

Verdict :


Un album double facette, tel le loup-garou qui se transforme à la lumière de la Lune. Entre garage rock sale dominé par la "boîte à rythmes" (Prizefighter, Lilac Breeze, Tremendous Dynamite, What’s a Fella Gotta Do), tristesse et solitude (That Look You Give That Guy, In My Dreams, The Longing, All The Beautiful Things et Ordinary Man), Hombre Lobo est un album qui se laisse écouter, même si Eels n'innove pas tant que ça. Certains titres sont trop semblables... à cause de la batterie.
Les morceaux type "Saturday Morning" sonnent mieux que la partie rock d'Hombre Lobo, c'est clairement un cran en dessous de la tuerie qu'est le Best-Of.
La voix est toujours aussi agréable, c'est ce qui fait tout le charme et l'originalité du groupe depuis une décennie.
L'album contient des bons tubes, un peu trop prévisibles parfois, mais E a vraiment un song-writing remarquable.

Critique d'album : Eels - Hombre Lobo : 12 Songs of Desire


5.5/10
Spotify
LastFM


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par corinne
posté le 25 août à 22:52
Signaler un abus

On enchaîne sur une chanson typique du style Eels, That Look You Give That Guy, une ballade calme comme il sait si bien les faire, avec un air déjà entendu dans le subconscient (J'ai encore rêvé d'elle ?).

Rah, merci, moi aussi j'ai tout de suite pensé à "j'ai encore rêvé d'elle" tout en me demandant comment Eels avait bien pu tomber dessus. Je suis arrivée sur cette page en cherchant s'ils avaient crédité un sample de la chanson.

A propos de l’auteur


Wyngaal 100 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog