Magazine Culture

Mettre le cap sur l'espoir (Catherine Mavrikakis - Marie-Claire Blais)

Par Venise19 @VeniseLandry
Mettre le cap sur l'espoir (Catherine Mavrikakis - Marie-Claire Blais)Six, sept pages de cahier pour ces deux grandes dames de la littérature ; Catherine Mavrikakis et Marie-Claire Blais. Celle-ci se présente rarement en public mais quand elle le fait, elle est d’une remarquable générosité. Je vais tenter de vous transmettre le plus d’informations possibles, quitte à ce qu’elles manquent de liens entre elles. Voilà ce qui est le plus difficile à rendre, le coulant de ces confidences qui se déversent naturellement sur nous quand on y assiste.
J’ai été fortement impressionnée par l’éloquence de madame Blais. Si j’osais, je dirais « elle parle comme un livre ! » mais ce serait péjoratif par égard à sa simplicité et son désir évident d’être comprise.
Elle a commencé par nous lire des extraits de ses chroniques des années 63, nous renvoyant dans le passé, pour fairMettre le cap sur l'espoir (Catherine Mavrikakis - Marie-Claire Blais)e un lien entre Luther King et Obama, et le regain d’espoir qui l’accompagne. L’animatrice, Danielle Bombardier (excellente animation, le jour de son anniversaire en plus !) a passé la remarque qu’elle parlait de la politique comme si elle en faisait. Elle lui a accolé le mot compassion l’écrivaine a ajusté le tir, elle parlerait plutôt de solidarité. C. Mavrikakis est une admiratrice de l’œuvre de MCB, et s’est d’ailleurs dit honorée d’être interviewée à ses côtés, par contre elle est aussi capable de lire ce qu’elle nomme les écrivains de l’oubli qui mettent de côté un temps, ou même toujours, leur devoir de mémoire.
À la question de la part du cheminement depuis « Une saison dans la vie d’Emmanuelle », madame BlaisMettre le cap sur l'espoir (Catherine Mavrikakis - Marie-Claire Blais) a laissé échapper un léger rire, nous laissant présumer combien il est important. Elle avait alors 24 ans, elle a résumé le chemin parcouru depuis par cette phrase : « Je porte un regard plus vaste sur le monde ».
Si madame Mavrikakis a de la difficulté à trouver des points de repères solides sur la Terre (trop sable mouvant), elle trouve que le regard vers le ciel unit plus sûrement l’humanité. Elle avoue poser un regard pessimiste dans son oeuvre, hantée par les fantômes de son histoire, par contre, elle n’a pas légué la colère à sa fille, mais la mémoire du passé, oui. Elle est presque prête à promettre qu’à la suite de son troisième roman consécutif portant sur les États-Unis, (elle y travaille présentement), elle va passer à autre chose. Elle l’a bel et bien dit mais j’ai remarqué, par sa gestuelle, une légère difficulté à se croire !!!
MCB accolent aux Américains les mêmes défauts de racisme qu'à toute l'humanité, il faut se révolter des exemples flagrants, elle joint sa signature à des lettres expédiées à Sarah Palin, terminé par un bien senti « Shame on you », ceci dit, un sourire en coin. C. Mavrikakis, en réponse à une question, assure qu’il faut maintenir le cap de l’espoir et qu’elle n’est pas gênée de préserver une part de naïveté en elle. Rien ne se construit sur le chaos, rajoute MCB.
Madame Blais a parlé d’un de ses personnages « Petite cendre », il existe, elle le côtoie et puise dans sa détresse. Elle voue une véritable tendresse à ses personnages. Madame Louise Portal, qui était dans l’assistance, la abordé la question d'une certaine pudeur (elles parlaient de timidité) à aller puiser à même son entourage pour nourrir ses personnages. MCB se tiendrait à proximité au point tel qu’elle s’en éloigne (je vous en prie, ne me demandez pas de préciser, c’est ce dont je me souviens, et j’avoue que c’est un peu hermétique !). Elle s’est aussi fait demander si, à partir des États-Unis où elle réside (aucune idée d’où !), elle avait accès à des oeuvres québécoises. Comme elle participe avec un grand bonheur à différents concours en tant que jury, Mettre le cap sur l'espoir (Catherine Mavrikakis - Marie-Claire Blais)et il n’y a rien d’ailleurs qu’elle aime mieux que de proposer un titre québécois, obligatoirement elle en lit, et pour son plaisir aussi. Elle n’a nommé aucun écrivain, et je soupçonne que plusieurs brûlaient de savoir si elle lisait Catherine Mavrikakis ! La cinéaste Mireille Dansereau, elle aussi parmi le public et identifiée par madame Blais, a demandé si si sa créativité aurait été la même si elle vivait au Québec. La réponse est clairement non. Elle a donné quelques exemples d’écrivaines mues par le même désir de s’éloigner pour mieux saisir la vue d’ensemble d’une société ; Anne Hébert, Gabrielle Roy ... Et les écrivains de demain vont faire de même, d'après elle.
Cette rencontre avec ses auteures est pour moi un moment fort des Correspondances. J'ai pris plusieurs photos, fascinée par la gestuelle. Madame Mavrikakis, aussitôt qu’elle ne parle pas a l’air assez tourmenté. Madame Blais semble fragile et sereine.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Venise19 3552 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines