Magazine Culture

Réforme de l'université, avancées et points sensibles

Publié le 11 août 2009 par Actualitté
La loi LRU (libertés et responsabilités des universités) qui avait déjà soulevé la polémique l'année dernière continue son avancée. Si en janvier dernier 18 universités sont devenues autonomes, cette année ce seront 33 universités de plus qui le deviendront. Et la loi prévoit que toutes les universités soient autonomes en 2013.
Réforme de l'université, avancées et points sensiblesAu chapitre des avancées appréciées par les directeurs d'universités on compte, une gestion du personnel plus souple et la possibilité de recruter des agents extérieurs (c'est à dire non-fonctionnaires). Le président de l'université Henri-Poincaré de Nancy, Jean-Pierre Finance, explique « J'ai par exemple attiré un DRH venu d'un autre ministère, des contrôleurs de gestion issus du privé, ainsi que des spécialistes de l'audit interne... Cela permet de se doter de nouvelles compétences ».
Il y a aussi une plus grande rapidité pour pourvoir les postes d'enseignants. Il n'est plus question d'attendre que la commission de spécialistes se réunisse (et ça pouvait prendre plusieurs mois), maintenant c'est un comité de sélection qui préside aux embauches des professeurs. La moitié des membres de ce comité est extérieure à l'université.
Le premier vice-président de l'université de Strasbourg, Michel Deneken affirme : « On gagne en rapidité puisque ces comités se réunissent immédiatement. Auparavant, les postes étaient laissés vacants pendant des mois en attendant la réunion de la commission ».
Les capitaux investis par les mécènes permettent aux universités d'avoir une plus grande marge d'action. Cela dit cette incursion du privé à l'université inquiète toujours autant. Le secrétaire général du syndicat Snesup, Stéphane Tassel y voit les prémisses de l'abandon de certaines filières.
« Les mécènes vont exiger que ces fonds soient utilisés au bénéfice de certaines recherches. On entre ici dans une logique utilitariste, où l'on n'hésite pas à abandonner les filières les moins attractives. Au final, on a une concurrence exacerbée entre universités, doublée d'un désengagement de l'État ».
Ce syndicat et quelques autres ne sont pas prêts à jeter les armes, la rentrée devrait donc être mouvementée.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte