Magazine Culture

BARNES, Julian

Par Krri

Biographie

Julian Patrick Barnes est né en 1946 à Leicester en Angleterre, ses parents sont tous deux professeurs de français, la famille  Barnes passe toutes les vacances d'été en France, le jeune Julian noue avec ce pays des liens indéfectibles. Après ses études secondaires suivies à "City of London School", il entreprend des études de Langues et Littérature au College Magdalen de l'Université d'oxford, obtenant son B.A en 1969. Dans le cadre de ses études universitaires, il découvre bien sûr les auteurs français comme Gustave Flaubert, George Sand, Mallarmé, Baudelaire et d'autres; il passe l'année scolaire 1966-67 comme assistant d' anglais dans un collège français à Rennes, la France devient pour Julian Barnes une seconde patrie où il revient régulièrement et cette passion va se retrouver dans nombre de ses romans à venir.

Mais en 1969, Julian Barnes est encore loin de penser à une carrière littéraire (même si...), il hésite à poursuivre des études de Droit pour devenir avocat, il rejoint alors l'équipe des rédacteurs de "The Oxford English Dictionary" où il travaille pendant près de trois ans. Pendant cette période, il fait la connaissance du poète Craig Raine qui lui présente le romancier Martin Amis alors rédacteur au "Times Literary Supplement"et le jeune homme abandonnant l'idée d'une carrière juridique (bien qu'il ait suivi deux années d'étude) se tourne vers le métier de chroniqueur littéraire qu'il exerce pendant une dizaine d'années. Il passe ainsi du "New Stateman" au "Sunday Times", puis de 1982 à 86, il est critique de télévision pour "The Observer", écrit sous le pseudonyme de Edward Rygge des chroniques pour le " New Review" et sous celui de Basil Seal, des chroniques "culinaires" pour "The Tatler".

En 1990, il devient correspondant à Londres pour le "New York Magazine" pour lequel il écrit des articles sur tous les sujets de société, de politique, des sujets graves, drôles, voire impertinents...  Un certain nombre de ces articles sont réunis dans un livre publié en 1995, "Letters from London, 90-95". Tout a long de cette carrière de chroniqueur, en parallèle, Julian Barnes écrit des romans, des essais. Son premier roman, "Metroland" est publié en 1980, dans lequel il raconte les pérégrinations d'un jeune Anglais dans le Paris de l'été 68, premier roman très remarqué qui lui vaut de recevoir le Prix Somerset Maugham. Grand amateur de romans policiers et autres thrillers, il s'essaie au genre et publie la même année un roman policier sous le pseudonyme de Dan Kavanagh (nom de jeune fille de son épouse) pour ne pas créer de confusion dans l'esprit de ses lecteurs attirés par le style plus "littéraire" de "Metroland".

Sous le nom de Dan Kavanagh, il va ainsi publier quatre romans d'une série, à laquelle le héros Duffy donne son nom, entre 1980 et 87, (qui semble aujourd'hui complètement abandonnée). Duffy est détective privé basé à Londres, ancien policier mis à la porte pour de sombres raisons de moeurs, il est amené à enquêter dans divers "domaines", qui vont des quartiers de Soho et son industrie du sexe, à un petit club de football en difficulté, en passant par l'aéroport de Heathrow  et ses trafics de marchandises pour finalement plonger dans le monde (et le château ) des "parvenus"... Comme toute l'oeuvre de Julian Barnes publiée pendant les presque trente années suivantes: une dizaine  de romans, quelques essais ( le troisième est paru en 2009 aux éditions Mercure de France) et deux recueils (dont ces fameuses "Lettres de Londres", chez Denoël en 1996), les romans signés Dan Kavanagh sont traduits rapidement en français, chez Gallimard, d'abord dans la Série Noire puis chez Actes Sud.

C'est d'ailleurs en France que Julian Barnes reçoit les plus grandes récompenses même si  son " Flaubert's parrot" publié en 1984 lui a fait frôler le " Booker  Prize for the Best Novel" en Angleterre et lui vaut " The Geoffrey Faber Memorial Prize", il reçoit le "Prix Médicis étranger" en 1986 pour "Le perroquet de Flaubert" (publié chez Stock) et, en 1993, le "Prix Fémina étranger" pour "Love, etc.." (Talking it over, 1991), livre revu et réédité en 2001 à l'occasion de son adaptation au cinéma par Marion Vernoux. Pour beaucoup de journalistes et critiques, Julian Barnes est devenu très rapidement « le plus français des écrivains britanniques », et pour cause, la France est présente dans la plupart de ses romans, car si ses personnages sont britanniques, l'auteur les entraîne dans ce pays qu'il a maintes fois visité, dont il connaît les coins les plus retirés et dont il retranscrit avec bonheur l'atmosphère, les "us et coutumes" (la cuisine entre autres...).

Ainsi dans "Quelque chose à déclarer" publié en 2004 , aux éditions Mercure de France, il s'exprime sur sa passion pour ce pays, abordant tous les domaines, depuis la littérature bien sûr, la musique,  la chanson (un inconditionnel de Jacques Brel), la peinture (et Courbet) , le sport (il est fan du Tour de France), le cinéma, la cuisine... « et tous ces gens qu'ils soient artistes, intellectuels ou simples paysans dont il adore parler avec tendresse et humour.»  Julian Barnes a été fait "Chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres" en 1988, puis "Officier" en 1995 et enfin  Commandeur" en 2004.  Ses ouvrages sont traduits dans le monde entier, et des pays européens comme l'Allemagne, l'Autriche (entre autres) lui ont remis divers prix prestigieux en récompense de son talent.

En 2005, Julian Barnes renoue avec le genre "policier": Arthur et George, publié aux éditions Mercure de France en 2007, met en scène Arthur Conan Doyle, père du personnage de Sherlock Holmes, appelé à réhabiliter un homme, George Edalji, accusé à tort, emprisonné puis relâché après plusieurs années de prison. Le "Prix Arsène Lupin" qui récompense (en France) le meilleur roman policier de l'année  lui est attribué cette même année.

Hormis les titres signés Dan Kavanagh, c'est là le seul titre de l'auteur Julian Barnes, qui nous intéresse sur Fiches Livres, mais je ne peux m'empêcher de recommander à nos visiteurs, la lecture de "Quelque chose à déclarer" et "Un homme dans sa cuisine" (Editions Mercure de France, 2005) qui le feront mieux connaître.

Elleon

~

Résumés

~

sous le pseudonyme de Dan Kavanagh

~

Série Duffy

Bonne lecture

««« auteurs B


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Krri 816 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines