Magazine Musique

Pour gothiques magnétiques

Publié le 21 avril 2009 par Georgesdimitrov

200px-tragictreasuryPour poursuivre la tradition des curiosités musicales si chère à Blackout, nous vous présentons aujourd’hui avec plaisir The Gothic Archies, une « formation » musicale un peu particulière. L’histoire débute avec une série de romans jeunesse de l’écrivain britannique Lemony Snicket, A Series Of Unfortunate Events. L’univers aussi gothique et sombre que tendre et enfantin que nous propose la brillante plume de l’auteur a évidemment séduit des millions de lecteurs - jeunes pour la plupart puisque l’œuvre,  malgré toutes ses qualités littéraires, ne s’adresse pas tout à fait aux 7 à 77 ans comme le veut la formule consacrée. Si les auteurs (et lecteurs) de ce blogue se désolent d’avoir hélas été trop âgés lors de la parution des romans (1999 à maintenant), il s’agira néanmoins d’une lecture absolument obligatoire pour leurs propres enfants.

Qui dit popularité croissante dit adaptation cinématographique (convenue) et, ce qui nous intéresse tout particulièrement, une édition en livres audio. On décide alors de faire appel à nul autre que Stephin Merritt, l’illustre homme-orchestre à la barre des Magnetic Fields, pour écrire les chansons thèmes accompagnant chaque livre : les Gothic Archies, un de ses multiples projets, sont reconstitués pour l’occasion, comptant notamment au nombre des musiciens l’auteur Lemony Snicket lui-même à l’accordéon.

Le résultat de cette collaboration a heureusement fait l’objet d’un disque-compilation de 15 pistes (The Tragic Treasury : Songs from A Series of Unfortunate Events, 2006), dont le caractère hétérogène rappelle beaucoup le travail de Merritt sur 69 Love Songs : comme sur le célèbre album triple, on retrouve ici quelques perles au sein d’une collection certes quelque peu inégale mais toujours intéressante. Au niveau musical, la voix grave immédiatement reconnaissable du chanteur et ses mélodies typiques adoptent ici une influence un peu plus cabaret, particulièrement évidente sur des chansons comme Freakshow, une des plus amusantes du disque. Les paroles du disque entier sont d’ailleurs souvent très drôles, toujours intelligemment écrites, avec en prime toutes sortes de références semées ici et là pour gothiques avertis  (« To gothic we are archies / To archies we are goth / No Satan-worshippers are we / We worship Yog-Sothoth »). Bonne écoute !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Georgesdimitrov 186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine