Magazine Musique

From Gray City Walls

Publié le 10 mars 2009 par Georgesdimitrov

200px-alles_ist_gutLa Neue Deutsche Welle – ou nouvelle vague allemande – est un mouvement musical qui s’étend de 1979 à 1984, puisant son inspiration dans les musiques punk et new-wave. Étant initialement un mouvement underground centré à Berlin, Düsseldorf et Hambourg, la NDW s’est peu à peu popularisée et commercialisée pour produire des artistes avec une résonance internationale comme Alphaville ou Peter Schilling. Nous vous présentons cependant aujourd’hui une des figures de proue de la période plus radicale du mouvement : Deutsch-Amerikanische Freundschaft, plus connus sous l’acronyme D.A.F.. Le nom du groupe, se traduisant littéralement par “L’amitié Américaine-Allemande”, fait référence au Deutsch-Sowjetische Freundschaft, le pacte “d’amitié” liant l’Allemagne de l’Est à sa mère patrie soviétique; de telles références politiques à connotation nihiliste, tenant de démontrer l’absurde par l’ironie, abondent d’ailleurs dans leur production musicale. Der Mussolini, une de leurs chansons les plus connues et que nous vous présentons ici, propose par exemple des paroles qui firent scandale à l’époque : “Dance the Mussolini, move your behind, clap your hands, and now the Adolf Hitler, and now the Jesus Christ, and now the communism…” (traduction de Wikipedia). Le groupe a évidemment nié en bloc toute référence fachiste, étiquette trop facilement attribuée à des formations de nature agressive chantant en langue allemande.

Cette chanson, tout comme Als wär’s das letzte Mal (Comme si c’était la dernière fois), est tirée de Alles is Gut (1981), leur troisième album et le premier où apparait dans sa version définitive le son minimaliste caractéristique de D.A.F.. Les deux membres fondateurs Gabriel Delgado-López (chant) et Robert Görl (batterie) ont alors abandonné leurs collaborateurs en même temps que le style noise/expérimental de leurs premiers disques au profit d’une esthétique épurée où seuls une ligne de basse au synthétiseur et une batterie robotique font contraste avec un chant d’une grande violence expressive. Après une séparation en 1983, D.A.F. se sont reformés pour un nouvel album en 2003, vingt ans après; leur oeuvre a entre-temps exercé une influence durable sur l’évolution de la musique techno ainsi que sur des sous-genres tels le dance-punk ou l’électroclash.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Georgesdimitrov 186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine