Magazine Culture

Impardonnables de Philippe Djian

Par Mango

Impardonnables de Philippe Djian

Qui sont ces impardonnables qui entourent Francis, l’écrivain de 60 ans, le narrateur de cette histoire qui se déroule au pays basque, de nos jours ?

Tout commence par l’intuition du narrateur qu’Alice, sa fille chérie, actrice célèbre, mariée, deux enfants, ne sera pas au rendez-vous qu’elle lui a fixé sur un terrain d’aviation, et en effet, seuls descendent de l’avion ses deuxpetites filles et leur père qui lui apprend que sa femme a disparu depuis deuxjours. Commence alors pour l’écrivain une véritable descente aux enfers. Non seulement il doit s’occuper des petites jumelles et suivre l’enquête qu’il confie à une détective privée, AM, une ancienne amie dont Jérémy, le fils drogué, sort à peine de prison, mais il éprouve aussi des doutes quant à la fidélité de Judith, sa deuxième épouse depuis douze ans. Il la fait suivre par Jérémy qui l’assure de sa fidélité malgré ses absences répétées, dues à son métier. Il repense aussi sans arrêt au drame vécu lors de la mort accidentelle de sa première femme et de sa fille aînée ainsi qu’aux problèmes de toutes sortes causés par Alice, sa seule fille désormais, mariée à un jeune drogué comme elle.

La disparition de celle-ci durera longtemps et le pauvre écrivain ira de désillusions en déboires de toutes sortes jusqu’à ce qu’il se remette à écrire mais le dénouement, inattendu dans sa noirceur, justifie davantage encore le titre donné par l’auteur à son propre roman. Tous impardonnables même lui ! Tous les personnages ont quelque chose à se reprocher. Tout acte, toute décision, tout sentiment peut mener à des drames ! Pour ne pas souffrir, il faudrait savoir rester magistralement indifférent. Si ce n’est pas le cas, tant pis pour soi !

Ai-je aimé cette lecture ? Pas vraiment, pas totalement ! J’éprouve certes de l’admiration quant à l’écriture très maîtrisée dans sa sécheresse. Philippe Djian utilise l’autodérision et l’émotion vite brisée par l’enchaînement des gestes et des actions. Il endigue ainsi la panique sous-jacente à l’horreur des situations toutes plus menaçantes les unes que les autres ! Mais je ne suis pas friande de tant de distance,voire de froideur, mises entre le lecteur et les personnages. Ceux-ci me sont restés trop lointains, comme étrangers. Je n’ai pas sympathisé avec leur histoire !

Ont présenté ce livre également : Kathel, Cuné, Sylire, Yspaddaden, la lettrine, incoldblog, lily et sûrement d'autres liens encore.

Je m'aperçois qu'il s'agit de mon 100ème billet et j'en suis étonnée et ravie à la fois!

Impardonnablesde Philippe Djian(Gallimard, déc.2008, 233 pages)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mango 1361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines