Magazine Culture

L'allure de Chanel, Paul Morand

Publié le 21 août 2009 par Antigone

l_allure_de_chanel"Voilà en deux mots, pourquoi je ne vous dirai pas comment on fait une robe : je n'ai jamais été une couturière. J'admire infiniment qu'on sache coudre : moi, je n'ai jamais su ; je me pique les doigts ; d'ailleurs aujourd'hui, tout le monde sait faire des robes. Des messieurs ravissants, et qui ont échoué à Polytechnique, savent en faire. De vieilles dames branlantes savent en faire ; elles ont tenu l'aiguille toute leur vie ; ce sont des personnages éminemment sympathiques.
Moi, je suis toute le contraire. Je suis une personne odieuse et j'espère que ces propos sincères seront goûtés." (extrait)

Paul Morand, qui fut un des proches de Chanel, reprend ici la teneur des conversations qu'il eut avec elle, notées sur des "feuillets volants à en-tête du Palace de Badrutt", autrefois. C'est donc un récit à la première personne qui nous est restitué, avec cette sensation agréable d'un phrasé libre. Mademoiselle Coco raconte son enfance chez ses tantes, en Auvergne, ses rencontres avec les hommes de sa vie, notamment Boy Capel qui l'encouragea à ouvrir sa première boutique de chapeaux rue Cambon à Paris. La modiste nous parle aussi, beaucoup, outre de mode, des excentricités féminines, de ses succès et de ses amitiés célèbres (Picasso, Stravinsky,...).

J'ai aimé cette lecture où Chanel apparaît sans fard, odieuse à sa manière effectivement, utilisant parfois la langue de bois et des ellipses volontaires. J'ai retenu qu'elle aimait les livres, le travail et les gens, d'une façon très particulière.
Par contre, ayant regardé avec intérêt cette série là, qui retraçait sa vie, quelques détails m'ont particulièrement troublés, des divergences assez énormes dans l'élaboration de sa biographie par exemple. Dans la série, elle n'avait pas été élevée chez ses tantes, mais dans un orphelinat, et elle y avait rencontré une amie qui la suivrait toute sa vie, participant avec elle à la construction de son empire. Dans cette version-là, elle savait coudre, aussi... Très troublant. Voilà sans doute la conséquence de ce qu'elle nomme à un moment donné dans le texte de Morand, qui me semble plus proche de la vérité, le "on dit"...une légende qui se crée hors d'elle, et peut-être hors de la réalité de sa vie, également.

Ce livre est donc peut-être la plus fine manière d'aborder le mythe Chanel..en toute simplicité.

bouton3
Note de lecture : 4/5

Folio - 6€ - 04/09

Un grand merci à Nanne pour le prêt ! - Par ici son billet très complet


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antigone 5421 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine