Magazine Culture

Cet étrange monde que je rêve

Publié le 21 août 2009 par Perce-Neige
Cet étrange monde que je rêve

C’est d’Egon Schiele, dans une lettre à son ami Anton Peschka, datée de mai 1910 : « Toutes les fleurs cherchent à me voir, et font vibrer mes sens frémissants. Des floraisons d'un vert oxydé, des fleurs vénéneuses irritables m'emportent dans les hauteurs. Voici que je descends, planant, intact... l'étrange monde. Puis je rêve de chasses sauvages, déchaînées, de rouges champignons pointus, de grands cubes noirs, qui peu à peu s'évanouissent puis, comme par miracle, se remettent à croître, deviennent d'énormes colosses ; je rêve de l'incendie flambant comme un enfer, de la bataille d'étoiles lointaines, jamais regardées, d'yeux gris éternels, de titans précipités, de mille mains qui se tordent comme des visages, de nuages de feu fumants, de millions d'yeux qui me regardent avec bonté, et deviennent blancs, toujours plus blancs, jusqu'à ce que j'entende. »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Perce-Neige 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine