Magazine Internet

Pourquoi la communication politique française n’est pas de la communication tout court

Publié le 22 août 2009 par Lilzeon

Citoyens !

Niveau moquerie et blague sur cette “sacré France”, j’ai été servi depuis une petite île grecque devant France 24.

Je te passe les détails, tu as sûrement vu la même farce politique dans laquelle Luc Châtel, volontairement ou non, s’est retrouvée :


Luc Chatel présente les essentiels de la rentrée
envoyé par Luc-Chatel. - L’actualité du moment en vidéo.

Pour rappel, le témoignage bidon en question est celui de Virginie Meyniel.

Un classique qui date de la France des notables où l’on mettait un grain de témoignage “pour faire vrai” afin de légitimer des actions déjà décidées, hors appel au citoyen. C’était le début de l’isoloir, et le notable accompagnait jusqu’aux urnes ses ouailles conquises. Quant aux indécis, il fallait bien mettre un cache-misère pour raconter l’histoire et être crédible.

Je passe le fait que Morano nous faisait la même il y a un an, ce n’est pas une chasse aux sorcières.

Plus grave, c’est l’état d’ineptie et d’inertie, le manque d’originalité de nos partis, le manque d’audace, aussi, qui commencent à nous caractériser, nous les champions de la démocratie démocratique.

Aucun dialogue citoyen mené par les formations UMP, PS ou MODEM, à part lors de trop rares rencontres de quartier et dans les villes. Ce qui parait être une hérésie à l’heure où les murs peuvent tomber entre communautés éloignées : c’est comme si je me cantonnais à ne parler qu’à mes pairs communicants parisiens, alors qu’en 3 clics je peux m’adresser à un acteur de la société civile bordelaise. La direction géographique compte peu, le sens beaucoup plus.

Résultat : une communication politique en forme de panneau publicitaire, on en met en 4 par 3 à l’entrée des clochers français, histoire de dire qu’on a initié un dialogue citoyen. On envoie un tract, des fois qu’un citoyen tombe de son berceau. On organise parfois des meetings, histoire de sacraliser.

Mais au quotidien, citoyen, les formes institutionnelles du politique sont loin de nous faire partager un quelconque message. Aristote disait qu’une démocratie ne vaut que par la qualité des citoyens qui la composent . Problème aujourd’hui :

  • des cadres politiques qui n’ont jamais été aussi loin de nous
  • des militants désabusés qui doivent entre dans une logique de conquête du pouvoir avant même d’avoir la possibilité de faire passer leurs idées au plus haut niveau (regarde le PS citoyens, ça grouille d’idées révolutionnaires, mais l’essai jamais ne se transforme. Martine, sors toi de la carbonnade)
  • des citoyens qui pourraient être actifs et qui se retrouvent sans moulin pour moudre leur envie, à part peut être sur cette république des blogs lue par quelques uns (république au sens très large, évidemment…)
  • une majorité non pas d’opposition mais de mécontents, ce qui est pire que tout : l’ennemi n’étant pas identifié clairement, en termes d’idées, on peut se laisser bercer par quelques philanthropes de nos pulsions revanchardes

Autant vous dire que les Français n’ont plus vraiment la Barack-a même là où nous faisons encore rêver les étudiants (et oui, le Français est une notion encore aspirationnelle, je vous jure…). Et qu’il est temps de prendre les choses en main. Une idée de reprendre la démocratie sans être moraliste ou élitiste…tout en transformant en actions politiques légales ce travail de long terme. Pas facile. On peut y croire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lilzeon 1519 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine