Magazine Cinéma

Delicatessen

Publié le 24 août 2009 par Olivier Walmacq

d

Genre : Comédie noire

Année : 1991

Durée : 100min

L'histoire : Un ancien clown, Louison, est engagé comme concierge dans un hôtel. Le quartier est peuplé de 'troglodystes', d'un boucher bienveillant mais imposant, et d'un éleveur de grenouilles. Louison va découvrir l'amour, dans un décor assez angoissant et décalé, peuplé de personnages vraiment barges...

La critique de ClashDoherty :

Delicatessen est le premier long-métrage de Jean-Pierre Jeunet, réalisé avec son complice Marc Caro. Sorti en 1991, le film est interprété par Dominique Pinon (acteur fétiche de Jeunet), Jean-Claude Dreyfus, Marie-Laure Dougnac, Karin Viard, Ticky Holgado, Rufus, Chick Ortega, Anne-Marie Pisani, Howard Vernon, Dominique Zardi, Marc Caro, Jean-François Perrier et Edith Ker.
Produit par Claudie Ossard, le film est un sommet d'humour noir et de fantaisie glauque, baigné d'une lumière ocrée (photographie de Darius Khondji), et servi par une musique étrange de Carlos d'Alessio.

Delicatessen, c'est une histoire mélangeant amour et cannibalisme (le boucher, joué par Dreyfus - immense - vend de la chair humaine à ses clients, tous locataires d'un hôtel borgne localisé dans une banlieue non moins borgne).
Parsemé de scènes vraiment tordantes, le film est servi par des acteurs au sommet, notamment Dominique Pinon. Dans le rôle de cet ancien clown joueur de scie musicale tombant amoureux de la fille du terrifiant boucher, il est touchant et parfait.
Un de mes acteurs français préférés, et ce que l'on pourrait appeler une 'trogne jeunetienne' (il y à bien des 'trognes mockyiennes', dans les films de Mocky) par excellence.

Personnages cultes (Monsieur Tapioca, joué par Ticky Holgado), scénario délirant, gags excellents bien que pas mal d'entre eux soient de nature très très noire (le film est vraiment décalé et glauque par moments), Delicatessen est le meilleur des deux longs-métrages faits par Jeunet & Caro.
Un vrai film culte et OFNIesque, à voir à tout prix. 4 Césars, dont celui de la meilleure première oeuvre, l'ont couronné en 1992.
C'est un film à la fois inquiétant et amusant, qui figure parmi les films français les plus étranges et inclassables (et réussis) de ces 20 dernières années !

Note : 19/20

IMG000043


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines