Magazine Culture

Lire en allemagne

Par Abarguillet

Lettres de l’Allemagne brune

De Hollande, nous passerons en Allemagne voisine où ne pourrons éviter de consacrer une partie de notre séjour à la littérature liée au nazisme tant cette période a marqué l’histoire de l’humanité à travers le plus grand massacre que notre monde a connu depuis la Genèse. Je voudrais ajouter, qu’à titre personnel, je ne comprends toujours pas comment un peuple apparemment civilisé a pu cautionner, par sa passivité, par la peur ou pour toutes autres raisons une telle ignominie et une cruauté si bestiale. Et, depuis plus de cinquante ans maintenant, je cherche dans des lectures diverses des éléments de réflexion qui pourraient m’ouvrir quelques pistes de compréhension.

C’est pour cette raison que la lecture récente de « Seul dans Berlin » de Hans Fallada m’a très fortement marqué et que je lui réserverai la place principale de ce passage littéraire en Allemagne. J’ajouterai que je suis passé, il y a quelques mois, à Berlin où une exposition en plein air retraçait cette période insupportable de l’histoire allemande et que je me suis rendu compte que, comme la plupart des visiteurs, je connaissais tous les bourreaux mais aucune des victimes de la barbarie nazie. On oublie trop souvent que les premières victimes de ce régime ignoble furent des Allemands.

Pour continuer notre chemin vers la compréhension de l’incompréhensible, nous accorderons toute notre attention à trois grands écrivains qui, chacun à sa façon, ont essayé de lutter contre ce régime impossible mais si tragiquement réel. : Martin Walser, Irmgard Keun et Ernst Wiechert.

Seul dans Berlin

Hans Fallada (1893 – 1947)

Fascinant, étouffant, époustouflant, terrifiant, bouleversant que dire en sortant de ce livre, exceptionnel témoignage de la vie des petites gens dans l’Allemagne nazie des années de guerre ? Hans Fallada (Rudolf Ditzen pour l’état civil) rédige la chronique de la vie de la petite communauté d’une cage d’escalier constituée par des Allemands moyens qui pourraient représenter la population allemande de l’époque : la commerçante juive cloîtrée chez elle dont le mari est emprisonné parce que les juifs ce sont enrichis en volant les Allemands, la famille nazie dirigée par un père ivrogne et fort en gueule prêt à toutes les combines pour s’enrichir, mais en fait sous l’influence du plus jeune fils qui va intégrer l’école des cadres du parti et qui domine, non seulement son père, mais ses deux frères SS et sa sœur gardienne zélée dans un camp de concentration, le salopard de service, voleur, menteur, manipulateur, délateur, toujours dans le camp du plus fort et du plus avantageux, un brave retraité, très discret mais toujours là pour jouer le rôle du juste et la brave famille Quangel qui vient de perdre son unique fils sur le front russe. « Mère ! le Führer m’a tué mon fils. » Devant cette douleur insurmontable Anna et Otto Quangel décident de réagir et de lutter contre le régime, mais de lutter seuls car personne n’est sûr, «  Ils ont peur, tellement peur…. » et ils veulent pouvoir lutter longtemps tout en connaissant l’issue de leur combat.

 

Alors commence un long chemin de croix qui conduira les Quangel vers leur destin final comme des milliers d’Allemands qui n’ont pas plié sous la cravache des nazis. Ceux qui sont peut-être devenus de vrais martyrs et qui ne seront jamais reconnus comme tels ni même comme des justes, ils resteront des anonymes dont le combat n’aura servi à rien ou peut-être pas ?

«  - … Vous avez résisté au mal, vous et tous ceux qui sont dans cette prison. Et les autres détenus, et les dizaines de milliers des camps de concentration… Tous résistent aujourd’hui et ils résisteront demain.

- Oui et ensuite, on nous fera disparaître ! Et à quoi aura servi notre résistance ?

- A nous, elle aura beaucoup servi, car nous pourrons nous sentir purs jusqu’à la mort. Et plus encore au peuple, qui sera sauvé à cause de quelques justes, comme il est écrit dans la Bible. Voyez-vous, Quangel, il aurait naturellement été cent fois préférable que nous ayons eu quelqu’un pour nous dire : « Voilà comment vous devez agir. Voilà quel est notre plan. » Mais s’il avait existé en Allemagne un homme capable de dire cela, nous n’aurions pas eu 1933. Il a donc fallu que nous agissions isolément. Mais cela ne signifie pas que nous sommes seuls et nous finirons par vaincre. Rien n’est inutile en ce monde. Et nous finirons par être les vainqueurs, car nous luttons pour le droit contre la force brutale. »

En quelques lignes Fallada a posé les problèmes essentiels qui nous restent à résoudre après cette énorme boucherie, ce monument de bestialité qui a mis en exergue toutes les bassesses dont l’humanité est capable et même au-delà de ce qu’on pouvait imaginer à cette époque.

- La culpabilité allemande : qui est coupable ? Jusqu’à qui s’étend cette culpabilité ?

- La rédemption : les martyrs peuvent-ils racheter les autres ?

- Le pardon : il n’est même pas évoqué tant la faute est ignoble et semble peu pardonnable !

- La vie après l’horreur : malgré une certaine morale à la fin de l’ouvrage « Cependant, nous ne voulons pas fermer ce livre sur des images funèbres : c’est à la vie qu’il est dédié, à la vie qui sans cesse triomphe de la honte et des larmes, de la misère et de la mort. » Cette vie sera pourtant bien difficile pour ce jeune, pour ces jeunes, qui devront assumer la vie des pères !

Ce témoignage est absolument exceptionnel, je ne sais comment Fallada a vécu pendant la guerre mais il a une connaissance très pointue du fonctionnement de la police, du milieu carcéral et du comportement des Allemands qui vivent quotidiennement la trouille au ventre. Il a certes fréquenté les prisons mais c’était avant 1933. La finesse des mécanismes qu’il décrit est absolument hallucinante, les auteurs de polars devraient le relire régulièrement. La logique n’est jamais prise en défaut, le hasard n’intervient que parce qu’il existe et non parce qu’on a besoin de lui. La mécanique du roman est d’une perfection horlogère !

Mais ce livre n’est pas seulement un témoignage, c’est aussi un très grand roman que Fallada conduit de main (celle qui tient la plume) de maître. Au début, il nous raconte une petite histoire bien linéaire, dans un style tout simple, presque simpliste, qui nous ennuierait vite. Mais progressivement le style s’efface, les mots disparaissent et seule l’émotion, la douleur, la révolte, l’admiration, la compassion, l’incrédulité restent sur les pages et quand on arrive au dénouement le livre est devenu véritablement charnel tant on le sent dans la main comme un membre qui vit encore et dont il falloir se séparer pour rester seul avec les questions qu’il nous pose en ayant le sentiment d’avoir tutoyé les saints.

J’ai été très long, trop ? Je ne sais ! Ce livre touche à mon enfance et à l’histoire inscrite dans la chaire des parents de ceux ma génération et depuis que je suis en âge de comprendre les choses, j’essaie de pénétrer cette histoire. Matin Walser (Une source vive) a déposé sa plume là ou Fallada l’a trempée dans l’encre et Ernst Wiechert (Missa sine domine) la reprise pour nous demander de pardonner mais Hans Lebert (La peau du loup) a fait revivre les démons qui ont hanté cette période de l’histoire et qui ne sont pas tous morts.

Une source vive de Martin Walser  ( 1927 - ... )

Martin Walser a été dès son plus jeune âge un inconditionnel du rejet des forces maléfiques incarnées par le nazisme qu’il n’a pas pu combattre en raison de son âge juvénile au moment des faits, mais il a toujours été du côté de ceux qui voulaient prévenir un nouveau danger de ce type. Il a toutefois été fort critiqué quand il a proposé de cesser les commémorations des douleurs de la shoah pour ne pas banaliser la tragédie. Cette proposition correspond à peu près avec la publication de ce livre qui raconte comment dans un petit village, sur les bords du Bodensee qui pourrait être son village natal, le nazisme c’est peu à peu imposer par la brutalité, la violence et l’arbitraire en détruisant les faibles, ceux qui ne voulaient pas faire l’usage de leurs méthodes expéditives et en confiant le pouvoir aux médiocres et aux sans scrupules.

Après minuit de Irmgard Keun  ( 1905 - 1982 )

Devenue écrivain sur le conseil d’Alfred Dôblin, Irmgard Keun subit les foudres du nazisme dès 1933 et s’exile à Ostende (Belgique) puis en Hollande qu’elle quitte, quand les Allemands y arrivent, pour retourner en Allemagne où elle vit dans la clandestinité après avoir fait courir le bruit de son suicide.

« Après minuit » c’est l’histoire d’une jeune fille de dix-huit ans qui assistent impuissante à la montée du nazisme à Francfort en 1936 où la ville pavoise avec oriflammes et banderoles pour accueillir le Führer en visite. Mais, cette jeune fille reste lucide, elle voit la police qui perquisitionne, les Juifs qui sont menacés, humiliés et spoliés, les opportunistes qui dénoncent, … Ce livre est fort intéressant et même rare car il a été écrit avant la guerre, en 1937, ce qui en fait un témoignage très intéressant qui n’a pas subi les outrages des événements qui ont suivi les faits évoqués et qui est donc vierge de tout esprit de culpabilité ou autres sentiments liés à toutes les abominations qui ont accompagné ce conflit.

Missa sine nomine de Ernst Wiechert  ( 1887 - 1950 )

Ernst Wiechert fait partie de ces Prussiens dont l’honneur n’a jamais accepté les manières, le comportement et les idées d’Hitler, et son opposition au Führer lui valut un long séjour à Buchenwald d’où il ne sortit qu’à la libération.

« Missa sine nomine » est le récit de la sortie d’un camp de concentration d’un détenu allemand brisé par la détention, qui pourrait être l’auteur, et qui cherche un refuge en Prusse occidentale car les Russes ont occupé sa région d’origine la Prusse orientale. Il échoue dans un château où les Américains ont établi un quartier général et rejoint ses deux frères. Sous les murs de ce château, il essaie de redevenir un homme, d’apprendre à nouveau la vie et d’essayer de croire à nouveau en l’humanité. C’est un livre extrêmement poignant qui s’appuie sur la vie de l’auteur pour lancer un message très fort aux victimes qui doivent continuer à vivre et aux vainqueurs qui doivent essayer de pardonner et de ne pas se comporter comme les bourreaux qui viennent d’être vaincus. Un livre qui m’a bouleversé par sa compassion, son humilités, son envie de vivre malgré tout ce qui s’est passé, pour témoigner, pardonner et faire revivre l’humanité. Un souffle d’espoir qui sourd d’une immense douleur comme un filet d’air qui redonne la vie à un noyé.

Pour lire les précédents articles de Débézed, cliquer   ICI

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Bibliothèques, lire numérique

    Bibliothèques, lire numérique

    Après Angers, La Roche-sur-Yon, une nouvelle initiative du côté du Cher avec un groupe-pilote qui se réunit le 12 juin prochain (via LaVacheQuiLit). Lire la suite

    Par  Hervé Bienvault
    CONSO, CULTURE, HIGH TECH, LIVRES
  • Lire au Canada francophone

    Nous pourrions encore séjourner aux Etats-Unis pendant plusieurs semaines et jeter un regard sur la littérature juive américaine, sur la littérature du... Lire la suite

    Par  Abarguillet
    CULTURE, LIVRES
  • Lire au Canada anglophone

    Lectures anglophones chez les Canadiens Pour cette huitième étape de notre périple littéraire, nous resterons au Canada car il faut bien respecter le bilinguism... Lire la suite

    Par  Abarguillet
    AMÉRIQUE DU NORD, CULTURE, LIVRES, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Lire en Irlande

    Juste le temps de troquer un « s » contre un « r » et nous voilà foulant les vertes prairies d’Erin, là où les écrivains poussent aussi drus que le trèfle, où... Lire la suite

    Par  Abarguillet
    CULTURE, LIVRES
  • Une semaine sans lire...

    C'est possible! Même pour une bibliovore acharnée comme moi! La recette? Une semaine de musique intensive, de superbes concerts, de longs trajets en voiture trè... Lire la suite

    Par  Lesignet
    CULTURE, LIVRES
  • A lire en 2009 !

    lire 2009

    Je vais recenser ici les livres lus au cours de l'année 2009 qui ont été des coups de coeurs, ou à lire absolument. * Livres coup de coeur  - Persuasion de... Lire la suite

    Par  Karineetseslivres
    CULTURE, LIVRES
  • Lire en Belgique

    Lire là où bat le cœur de l’Europe   Après un agréable périple dans les îles entre Amérique et Europe et des étapes riches et exaltantes en Islande, en Irlande... Lire la suite

    Par  Abarguillet
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Abarguillet 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines