Magazine Cinéma

May

Publié le 25 août 2009 par Olivier Walmacq

may

genre: thriller (interdit aux - 16 ans)
année: 2004
durée: 1h35

l'histoire: May est une fille timide et complexée qui a beaucoup de mal à se faire des amis. Elle partage son appartement avec sa seule vraie amie, une poupée que lui a donné sa mère quand elle était enfant. Après quelques aventures amoureuses sans lendemain, May change d'attitude et a un comportement inquiétant.

la critique de Eelsoliver:

Attention, grand film et grand thriller à voir absolument, j'ai nommé May, réalisé par Lucky Mckee. Sorti dans l'anonymat et l'indifférence générale, May commence à avoir une certaine réputation aujourd'hui. C'est souvent un film encensé sur les sites cinéma.
Et à juste raison. Nous sommes face à un thriller dérangeant et d'une rare intelligence dans sa mise en scène simple mais efficace.

Il faut bien dire que son interprète principale, Angela Bettis, excellente au passage, y est pour beaucoup, puisqu'elle incarne May, une jeune femme timide, complexée et solitaire.
Dès le départ, le film montre quelques images de son enfance. May était une petite fille rejetée par ses camarades de classe.
Sa mère lui offre alors une poupée afin que sa fillette puisse avoir une copine.

May confiera alors ses plus grandes peines à la poupée en question et la prendra comme une référente symbolique. Là où bon nombre de films tombent dans la caricature du psychopathe à l'enfance martyre, May frappe là où ça fait mal.
Ainsi, le film montre les nombreuses failles du personnage qui tente désespérement de trouver un amoureux qui pourra la satisfaire.

Malheureusement, ces différentes rencontres seront toutes des échecs sentimentaux, enfonçant de plus en plus la jeune femme dans une tristesse et dans un néant dont elle ne reviendra jamais.
Et le jour où quelques enfants de passage détruisent sa poupée bien-aimée, c'est tout le miroir de son enfance qui se brise.
Ce qui arrivait encore à contenir ses pulsions animales, n'existe plus. La petite femme fragile va alors devenir une tueuse machiavélique et sombrer dans la folie.

C'est aussi pour toutes ces raisons que May est définitivement un grand thriller. En proposant un portrait d'une jeune femme en souffrance et solitaire, Lucky McKee parvient à nous rendre attachant ce personnage en proie à la dépersonnalisation.
Pour cela, McKee prend son temps et propose un film choc et éprouvant. A voir absolument.

Note: 16/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines