Magazine Culture

L'hôtel Lambert en proie à une 'catastrophe imminente'

Publié le 25 août 2009 par Actualitté
Quid de l'Hôtel Lambert ? Durant des siècles, cet établissement aura incarné le raffinement culturel : Voltaire y aura vécu avec sa maîtresse, George Sand y écrivit et Chopin y composa... que du beau monde.
Mais voilà, depuis quelque temps, l'hôtel est confronté à « une catastrophe imminente », alors que son nouveau propriétaire, un membre de la famille royale du Qatar fait un peu de zèle et cherche à moderniser l'établissement.
Le tribunal contre des travaux catastrophiques
Si dans un premier temps, l'association Paris historique a porté l'affaire devant les tribunaux, dans un recours en référé pour que soit suspendue la décision prise par le ministère de la Culture le 11 juin dernier, les péripéties judiciaires se poursuivent.
L'hôtel Lambert en proie à une 'catastrophe imminente'
L'hôtel particulier et classé du XVIIe siècle est en danger, face à un projet de rénovation qui « porte atteinte à la valeur patrimoniale du bâtiment », estime l'avocat de l'association, Michel Huet. Cette dernière est d'ailleurs « convaincue des irrégularités de la procédure et de l'illégalité de la décision » que Christine Albanel avait alors prise, en accordant à l'architecte Alain-Charles Perrot, la possibilité d'effectuer les travaux.
L'ignorance intolérable de la rue de Valois
Pour Jean-François Cabestan, architecte, et Pierre Housieaux, président de Paris Historique, la décision de la ministre d'alors « témoigne d'une ignorance intolérable quant à la nature de l'édifice, ce qui soulève de forts doutes sur la capacité de notre pays à prendre soin et gérer son propre patrimoine ». Dont acte.
People et comédiens ont pris cause pour la défense de l'Hôtel, qui incarne désormais une résistance culturelle à des travaux édifiants. Michèle Morgan, Henri Dutilleux ou encore Guy Bedos avaient fait valoir leur soutien à la cause. « Si l'Hôtel Lambert possède encore une beauté souveraine, c'est qu'il fut toujours habité avec le plus grand respect », précise Henri Gaudin, architecte, dans une lettre adressée à l'association. Contacté par ses soins, l'actuel ministre n'a pour le moment rien dit concernant le devenir de l'établissement. Frédéric Mitterrand n'a d'ailleurs pas pris part à l'audience qui se tenait jeudi dernier au tribunal.
Une audience longue, pour rien
Plusieurs académiciens, dont Marc Fumaroli, Max Gallo et Jean-Loup Dabadie, ont également fait part à l'AFP de leur profonde inquiétude pour cette situation. Et si l'audience de jeudi devant le tribunal administratif de Paris aura été longue, reste que pour le moment aucune décision n'a été prise.
L'avocat de l'association se déclare « très satisfait » d'avoir pu exprimer les tourments de l'association. « Est-il possible de donner carte blanche à un projet qui a été modifié deux fois, qui n'est pas achevé ? », interroge-t-il.
Selon ses propres paroles, les travaux envisagés par M. Perrot sont contraires à la Charte de Venise de 1964, qui légifère sur la conservation et les pratiques de restauration pour les monuments historiques. Ils sont prévus pour la mi-octobre...
Crédit photo L'internaute


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine