Magazine Cinéma

Le Mystère De La Chambre Jaune

Publié le 25 août 2009 par Olivier Walmacq

lmdlcj

Genre : Policier

Année : 2002

Durée : 110min

L'histoire : La fille du professeur Stangerson, Mathilde, subit une tentative d'assassinat alors qu'elle se trouve dans sa chambre. Comment l'assassin (qui n'a pas réussi à la tuer, heureusement) a-t-il pu entrer et, surtout, sortir de la chambre, alors que Mathilde s'y était enfermée et que la porte n'a pas été fracturée ni ouverte ? La police va enquêter. Le journaliste Rouletabille aussi...

La critique de ClashDoherty :

Adaptation du classique de la littérature policière écrit par Gaston Leroux, Le Mystère De La Chambre Jaune, réalisé par Bruno Podalydès et interprété par son frère Denis, ainsi que par Michael Londsale, Sabine Azéma, Claude Rich, Pierre Arditi, Jean-Noël Bouté, Olivier Gourmet, Scali Delpeyrat et Julos Beaucarne, est un film remarquable et éminemment sympathique.
Bien qu'adapté d'un roman, le film fait surtout penser à une adaptation live d'une BD belge à la Tintin (le personnage de Rouletabille, reporter futé et à l'allure juvénile, fait penser par bien des aspects à Tintin, et je ne serai pas surpris d'apprendre que le personnage fut une inspiration pour Hergé).

Les acteurs sont totalement au service de cette enquête policière vraiment pas banale (un meurtre qui n'a pas pu être accompli, un assassin totalement fantômatique, car comment a-t-il pu entrer et sortir de la chambre, alors qu'à aucun moment la porte n'a été ouverte durant le forfait ?).
Les personnages sont excellents, notamment Rouletabille, son collègue photographe Sinclair (Brouté), et l'inspecteur Larsan (Arditi).
A plusieurs reprises, des titres de chapitres du roman apparaissent à l'écran. L'ambiance est vraiment digne d'une BD belge, je ne vois pas comment expliquer ça autrement. A la fois léger et tendu. Comédie policière.

Avec, en plus, un dénouement excellent, une explication de toute l'affaire qui est tout sauf décevante (la même que dans le roman, bien entendu). Non, vraiment, un des fleurons du genre policier !

Maintenant, il va falloir manger du saignant... Le presbytère n'a rien perdu de son charme ni le jardin de son éclat... deux phrases cultissimes, issues du roman, qui n'auront de sens pour vous que si vous regardez ce film vraiment réussi, une agréable surprise, coproduction franco-belge (tiens !) qui tient toutes ses promesses : on passe un très bon moment.
Une suite (en fait, adaptation d'un autre roman de Leroux), Le Parfum De La Dame En Noir, sera faite par la même équipe, là aussi un très bon film.

Note : 16/20

IMG000043
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines