Magazine Culture

Usure

Publié le 25 août 2009 par Menear
Je délaisse définitivement les brèves et ne sais plus les écrire. //
tole.jpg
Je marche vite au matin : mes pas rythmés sur celui du MP3 poche droite, plus lentement le soir pour ces mêmes raisons. // Ce matin perdu au changement de rythme intempestif (je le connais pourtant par cœur) de Lady day de Lou Reed (album Berlin), fin du premier couplet, chute vers le refrain : arrivé là je ne sais littéralement plus où mettre les pieds ni comment.
Étrangement, le 7h37 est plus calme et silencieux que le 7h52 habituel. // La simple perspective que gare de Lyon puisse devenir au fil du temps un de ces espaces banals traversés quotidien me dégoûte voire me révulse, et pourtant...
Ce matin levé plus tôt pour gagner bureau & fenêtre le premier, pouvoir ainsi maquiller mon crime de la veille, laissé oublié-impuni, je transporte le cadavre jusqu'au mur, ouvre la fenêtre, le laisse basculer après gouttes de sueur traversées t-shirt, chute d'une charogne sur l'asphalte en contrebas, referme la fenêtre. Voilà, ce n'est déjà plus mon crime, mon problème.
Hier enfin vu Les chansons d'amour recommandé par E. il y a des mois maintenant. Outre les errances et autres inégalités chroniques, l'impression que ce film est de ceux qui touchent, à retardement même, puisque la bande son m'a repris toute la journée, ce matin déjà chansons traversées MP3 après Lady day, j'en suis resté triste (être un corps je suis d'accord, etc.), non pas triste des situations, pensées ou personnages, mais triste de ne pas y être. Pas le regret de n'avoir pas créé moi-même une fiction telle que celle-ci, plutôt regret de ne pas pouvoir en faire partie, n'être pas à mon tour dévasté car fictif et inversement. Pendant des jours probablement je ne pourrais rien regarder d'autres et je ne changerai plus l'ordre des chansons MP3.
Hier tenté d'ouvrir Tuer Catherine de Nina Yargekov. N'ai pas pu, refermé de suite ou presque (50 pages). Été tenté de le vendre au bouquiniste au coin de la rue St H. mais était fermé. // Commencé aujourd'hui sans m'en rendre compte la version Publie.net des Notules dominicales de culture domestique de Philippe Didion, puis demande de réception des notules tous les dimanches : me voilà devenu notulien. Repris doucement Accidents de personne (faut-il vraiment garder le pluriel ?), évidemment. Je dis évidemment parce que cette violence imminente l'exige. Départ Gare de Lyon au soir : « le train X voie 4 à destination de Z restera arrêté quelques minutes suite au déclenchement d'un signal d'alarme à bord du train ». Comment se retenir de l'actionner ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Menear 147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine