Magazine Culture

Bruxelles soutient Google Books dans la numérisation

Publié le 28 août 2009 par Actualitté

Le monde de l'édition > Bibliothèques > ActualitéBruxelles soutient Google Books dans la numérisation

12

Alors que l'accord entre la BnF et Google Books a suscité la colère de l'ex-président de l'établissement, Jean-Noël Jeanneney, pour qui confier " la responsabilité du choix des livres, la maîtrise planétaire de leur forme numérisée et la quasi-exclusivité de leur indexation sur la Toile [...] voilà bien qui n'était pas supportable ", Bruxelles, de son côté, vient de donner un coup de pouce moral à l'entreprise de numérisation de Moutain View.

En effet, Viviane Reding, la commissaire européenne aux Télécommunications a hier tiré son chapeau aux " initiatives du secteur privé " dans le domaine de la numérisation. Et par là même, à celle de Google Books. D'autant qu'il s'agit d'un " projet commercial développé par un acteur majeur ".

Ce n'est pas la première fois que la commissaire plaide en faveur de la numérisation de livres, estimant que " plus de 90 % des livres dans les bibliothèques nationales d'Europe ne sont plus disponibles dans le commerce, car ils sont épuisés ou sont des œuvres orphelines (ce qui signifie que personne ne peut être désigné pour donner la permission d'utiliser le travail numérique) ".

Pour autant la démarche de Google est toujours soumise à la validation du tribunal de New York et que nombre d'associations professionnelles sont encore bien remontées contre cette perspective. Mais pour Viviane, il était réconfortant de voir " que les nouveaux modèles d'entreprises évoluaient et permettaient ainsi la mise à disposition de nouveaux contenus aux utilisateurs ". En outre, " la Commission soutient une approche qui est ouverte aux initiatives du secteur privé et à l'innovation technologique ".

Europeana n'est pas en reste cependant, puisqu'en neuf mois, on est passé de 2 à 4,6 millions de documents disponibles sur le site. Une numérisation qui a toujours un coût et avait décidé la BnF à franchir le pas de l'accord avec Google. Pour autant, afin de faire grossir par 15 le nombre de documents présents, le secteur privé ne suffira pas, estime Bruxelles. Une " tâche herculéenne ", ajoute Viviane.

Sources : , , ,

Pour approfondir

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine