Magazine Cinéma

Inglourious Basterds : le choc !

Par Mahee
19102348_w434_h_q80.jpg

J'ai passé la nuit avec Aldo Raine et ses potes. La séance d'Inglourious Basterds, le dernier film de Quentin Tarantino, s'est avérée tellement prenante que ses personnages m'ont accompagnée en rêve. Il y a «l'Ours juif», qui fracasse la tête de ses victimes à coup de batte de baseball, «le tueur de nazis», qui assassine en deux coups de cuiller à pot les gradés de la Gestapo, et tous les autres qui taquinent l'allemand, baragouinent un peu d’italien et surtout sont animés par la même ambition: tuer du Nazi. Mais d'une façon très particulière, puisqu'ils doivent ramener au minimum 200 scalps ennemis. Sang indien d'«Aldo l'Alpache» oblige.

Note :

Rating_star.solid.gif
Rating_star.solid.gif
Rating_star.solid.gif
Rating_star.solid.gif
Rating_star.solid.gif


19085291_w434_h_q80.jpg
On retrouve la patte tarantinesque un peu partout, dans cette histoire d'un petit groupe de Juifs américains qui sèment l’angoisse dans les rangs de l’armée allemande pendant la Seconde guerre mondiale. Dans la violence, esthétisée, banalisée et tournée au ridicule. Comme quand les bâtards scalpent les Nazis l'air de rien, donnant l'impression qu'ils se coupent une tranche de steak. Ou lorsque Aldo, élevé au rang d'artiste, s'améliore de jour en jour pour graver au couteau la croix gammée sur le front des Allemands qu'il épargne. Une violence, aussi, savamment dosée avec les tirades ironiques et même bidonnantes.

Tarantino, encore, dans le choix de la musique, planante, qui semble arrêter le temps, emmener le spectateur dans une dimension parallèle. Aussi, dans les gros plans sublimes, les ralentis artistiques, qui scotchent le spectateur sur son siège de par leur beauté. Le découpage de l'oeuvre en chapitre maintient habilement le suspense, donne un rythme à l'ensemble.

19149422_w434_h_q80.jpg
Là où le réalisateur innove, c'est dans le thème du film, grave et historique. Tarantino prend des risques et réussit avec brio. Il imagine la chute du IIIe Reich sous la main vengeresse d’une jeune juive, de son amant noir et d’innocentes pellicules de films. On ne pouvait imaginer mieux comme hommage au septième art. D'autant que les scènes dans le cinéma sont superbes, très créatives.

Enfin, le film est porté par un casting de choix, sans faute. L'ensemble des acteurs, de toutes les nationalités, en mettent plein la vue (Brad Pitt, Mélanie Laurent, Diane Kruger, Eli Roth, Daniel Brühl ou Til Schweiger), même si la palme de l'interprétation, entre le burlesque et le génie, est décernée à Christoph Waltz. Rien à redire. On adore et en redemande !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mahee 165 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines