Magazine Bd

Le Collectionneur de Bandes Dessinées

Par Aaapoum Bapoum
Archéologie de l'archéologie
A la vue du titre vous vous réjouissez, vous vous dîtes que je vais encore me livrer à un décorticage en règle de notre clientèle, avec ce mélange de tendresse et de défiance pour lequel je suis parfois haï... Mais non, buvez votre déception, car c'est de la revue fanzinesque trentenaire nommée Le Collectionneur de Bandes Dessinées que je vais parler et même des tous premiers numéros arrivés rue Dante...
 Collectionneyn°1
Le premier numéro, daté de mars 1977 est un groupe de 6 feuilles photocopiées, rédigées à la machine à écrire, dénuées d'illustrations, si l'on fait exception de la couverture, ornée d'un petit crobard de Franquin, vraisemblablement exécuté pour l'occasion représentant l'écureuil Spip. Le journal se présente come le bulletin de la "Société des collectionneurs de bande dessinée, abrégé en S.C.B.D.. On y trouve le recensement des albums du journal de Tintin (ancienne formule), quels numéros ils regroupent, quels albums de bd y trouvent leur première publication. Ensuite vient une première étude sur les diverses publications des Pieds Nickelés. Notons cette phrase, extraite de l'éditorial, qui dans le contexte actuel peut faire sourire :
"C'est à partir des années soixante que l'on constate une croissance exponentielle de la production d'albums de Bandes dessinées. (...) plus de deux cents albums sont parus la seule année 1975, contre une trentaine dix ans plus tôt. Nous publierons dans un prochain numéro ce graphique impressionnant."
Complet mais un peu défraîchi : 15 € pour ce vestige d'un embryon du BDM.
n°2
C'est bien neuf feuilles que comporte ce deuxième numéro, toujours du même acabit : photocopies et agraffe. Un dessin de Dupa en couverture. Il s'ouvre par un édito dont l'auteur semble réagir à une moquerie à l'encontre des collectionneurs (trouvée dans Le Trombone illustré). Notons cette phrase :
"Verrons-nous bientôt la vente de la collection M... chez Sotheby's ou chez Christies ?"
On retrouve ensuite la rubrique sur le journal de Tintin (1955-1962). Puis un peu de rédactionnel historique sur les fanzines francophones, sous la plume de Philippe Mellot. J'y ai appris que du dernier numéro de Giff-Wiff, le numéro double 24-25, qui fut imprimé mais pilonné avant sa parution, aurait survécu un unique exemplaire que Francis Lacassin aurait récupéré... Un exemplaire unique et inestimable. Que le dieu des étagères et des collections de BD veille sur lui et qu'il n'est pas été égaré à la suite du décès du vieil érudit ! On enchaîne avec un article sur l'achat de planches originales signé Jacques Topor.
Notons cette phrase :
" L'amateur, qui déboursera facilement 400 francs pour "Le lac de l'homme mort" ou 800 francs pour "Spirou et l'aventure" hésitera à acquérir une planche de Tillieux ou de Giraud pour la même somme. On le comprend d'ailleurs : avec un album, en édition originale, il peut lire une histoire, et il fait un placement."
Le numéro se termine sur un descriptif des éditions originales de Lucky Luke.
Bon état. 20 €.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aaapoum Bapoum 196 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines