Magazine Culture

Sandokan. Le Tigre de Malaisie : un inédit de Pratt

Publié le 29 août 2009 par Actualitté
Tapi dans la brume depuis l'annonce de sa parution au dernier Festival d'Angoulême, Le Tigre de Malaisie, n'avait pour l'instant montré que le bout de ses griffes. Très attendue, cette aventure inédite est un vrai miracle pour les amateurs du maître Pratt, qui nous a quittés en 1995 à l'âge de soixante-huit ans.
Sandokan. Le Tigre de Malaisie : un inédit de PrattIl faut revenir au milieu des années soixante pour comprendre la genèse de cette histoire improbable. Hugo Pratt est encore peu connu quand il se lance avec Mino Milani dans l'adaptation du livre Les Tigres de Monpracem d'Emilio Salgari. Le succès grandissant de La ballade de la mer salée l'écarta petit à petit de la commande faite par le Corriere dei Piccoli, jusqu'à ce que le projet Sandokan soit définitivement abandonné et rangé dans des cartons...
Les planches ayant disparu, c'est à partir des épreuves photographiques retrouvées par Alfredo Castelli, le directeur du Corriere dei Piccoli, que cette bande dessinée a été composée.

Mais assez parlé d'Histoire !
Dans les mers du Sud, en plein XIXe siècle colonial, le terrible Tigre de Monpracem défie les Anglais en se livrant fièrement à des actes de pirateries. Les traits noirs d'Hugo Pratt peignent un visage magnifique à Sandokan, prince furieux qui dresse toute sa folie comme rempart aux balles ennemies, et qui s'est mis en tête de cueillir la Perle de Labuan.
  Sandokan. Le Tigre de Malaisie : un inédit de Pratt
Pour corser les choses, cette femme délicieuse n'est autre que la nièce de Lord James Guillonk, capitaine au service de Sa Majesté. Le Tigre va donc se jeter dans la gueule du loup pour la conquérir. Reconnu et dénoncé par quelques soldats zélés comme étant un pourfendeur d'Anglais, Sandokan fuit l'île grâce à une partie de cache-cache macabre. Et... Rien du tout. On ne connaîtra jamais la suite.
Reste alors le souvenir de ce sentiment doux amer qui prend son temps pour disparaître quand on a tourné la dernière page : cet album est une torture délicieuse. Heureusement, pour consoler les pauvres lecteurs que nous sommes les éditeurs ont ajouté de la lecture ; préface et remise en contexte ; pour prolonger le rêve. Et qui sait, peut-être les caves italiennes cachent-elles d'autres trésors enfouis ?
 
 
<a href="http://www.kelkoo.fr/c-5101-livres.html">Comparer les prix de Livres</a> dans votre <a href="http://www.kelkoo.fr/">moteur de recherche shopping</a>. Trouver <a href="http://www.kelkoo.fr/c-5101-livres.html">les meilleurs Livres produits</a> et <a href="http://www.kelkoo.fr/c-5101-livres.html">les meilleurs Livres prix</a> parmi l'ensemble des marchands sur <a href="http://www.kelkoo.fr/">Kelkoo</a>.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine