Magazine Cinéma

Ghost

Publié le 30 août 2009 par Olivier Walmacq

GHOST

Genre : Comédie romantico-fantastico-glaireuse

Année : 1990

Durée : 130min

L'histoire : Sam Wheat et Molly Jensen vivent le parfait amour, et emménagent dans un grand appartement new-yorkais. Un soir, dans une ruelle glauque, Sam et Molly se font agresser par un voleur qui abat Sam devant Molly. Sam devient immédiatement un fantôme, incapable d'être vu et entendu des vivants, et va tout faire pour, malgré sa condition ectoplasmique, protéger Molly. En effet, il découvre au sujet de sa mort des choses étranges : elle aurait été préméditée...

La critique de ClashDoherty :

Gros succès en 1990, Ghost, réalisé par Jerry Zucker (du trio ZAZ, auteurs de Y A-T-Il Un Pilote Dans L'Avion ?), est une comédie fantastique et romantique interprétée par Patrick Swayze, Demi Moore, Whoopi Goldberg (trosi acteurs alors en vogue), Tony Goldwyn et Vincent Schiavelli.
Le film, terriblement nunuche, rempli de bons sentiments dégoulinants, est surtout célèbre pour une scène de Q assez hot mettant en scène Demi Moore, Patrick Swayze (pas encore fantôme à ce moment, bien entendu), le Unchained Melody des Righteous Brothers, et un tour à poterie.
Qu'est-ce que la Demi Moore fout en pleine nuit à faire de la poterie, c'est une question qui ne vient même pas à notre esprit (quoique...).
Pourquoi n'a-t-elle pas fait un moulage en terre cuite de la teub de son amant, histoire d'avoir un souvenir de lui pour plus tard, c'est une question que la pauvre héroïne doit se poser de temps à autre par la suite dans le film. Une scène aussi hot (vraiment) qu'inutile.

Ghost, c'est l'histoire d'amour la plus parfaite qui soit, que même la mort ne peut stopper (malgré qu'une partie de baise avec un ectoplasme, ben, c'est pas évident).
C'est une histoire vue des yeux d'un fantôme. C'est une assemblée de petits diablotins (vus uniquement en ombres chinoises) venant chercher des méchants venant de mourir pour les emmener en Enfer. C'est une troupe d'angelots (pareil, on ne voit rien) venant chercher les gentils pour les conduire au Paradis. C'est une suite de gags assez amusants sur comment faire valser une cannette de coca vide, comment traverser un métro ou comment emmerder une fausse médium, quand on est fantôme.
C'est un numéro d'acteur irritant (Whoopi Goldberg, nulle). C'est une histoire qui semble écrite sur un coin de timbre poste de Pygméeland. C'est... le vide absolu.

Note :

1967374117_1


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines