Magazine Cinéma

"Là-haut" (chronique complète).

Par Loulouti

Voilà c’est fait. J’ai attendu le temps qu’il fallait mais j’ai revu "Là-haut" et pour la première fois de ma vie j’ai plongé avec allégresse dans l’univers si particulier de la 3D.
Comme Yannick Chareyre de "Mesecransamoi" j’ai eu un mal fou pour écrire la présente chronique. Pour une l’une des rares fois de mon existence je me suis senti désarmé, vide de ma modeste prose et en même temps béat d’admiration face à un chef d’œuvre de technique mais surtout un sommet d’émotion et de tolérance.
Les esprits chagrins pourront toujours objecter que le studio Pixar connaît les tréfonds de l'esprit humain et les mécanismes émotionnels qui nous touchent droit au cœur. Moi je dirais simplement qu’au-delà du simple aspect financier et de préoccupations bassement mercantiles, Pixar a compris depuis longtemps qu’un long métrage d’animation avait besoin de ce petit supplément d’âme qui fait la différence.
A chaque fois qu’un projet aboutit et nous émerveille, nous apprenons qu’à la base il y a souvent mille petites histoires, des morceaux de vie qui trouvent leur place dans un ensemble où le matériau humain acquiert une certaine noblesse.
 
"Là-haut" ne déroge pas à la règle. Le film de Pete Doctor et Bob Peterson réussit d’emblée un tour de force incroyable et un défi de taille : nous passionner pour l’incroyable destin d’un vieux bonhomme un poil ronchon, Carl Fredricksen, et Russell, un jeune scout maladroit désireux de devenir un explorateur accompli.
La séance commence avec "Partly Cloudy", le traditionnel court métrage de Pixar. Un moment très drôle et d'une tendresse infinie attendu par les fans à chaque fois.
Puis vient ce que j’appelle le film dans le film. Pour moi "Là-haut" se décompose en deux morceaux bien distincts : la vie de Carl et d’Ellie et le reste du film.
Je suis prêt à jurer sur ce que vous souhaitez. De ma vie je n’avais ressenti une si forte émotion pendant une si courte période (cinématographiquement parlant bien sûr). Pendant le premier quart d’heure j’ai eu l'impression qu’une boule se formait en moi et j’avais vraiment les cils qui me chatouillaient.
Le spectateur passe par tous les sentiments mais la tristesse du deuil de Carl et l’injustice de l’existence finissent par s’imposer.
Il y a comme un concentré de destinée humaine dans ces 10-15 minutes. Un moment qui nous dérange ou nous révolte, c’est selon.
L’entame de "Là-haut" est plus que brillante, le décor est planté avec force. Le pari est gagné. Nous avons envie de partager un peu plus la vie de Carl.
La suite est à l’image de ce début ensorcelant et émouvant. L’histoire est incroyablement dense, riche, développée. Le long métrage nous prend par la main et nous entraîne là où nous nous y attendons le moins. Le scénario brille par la finesse de son propos.
La vie a blessée Carl et lui donne une dernière chance : réaliser une promesse faite à l’être aimé, à l’amour d’une vie. Au passage "Là-haut" peut être interprété comme un hymne à l’amour, à la fidélité, à l’engagement sans aucune implication morale ou sociale. Le lien qui unissait Carl et Ellie était pur. Dans ce registre "Là-haut" est bien plus qu’une œuvre de fiction mais surtout une leçon de vie où chaque spectateur y trouve son compte.
Pixar est passé maître dans ce domaine. Le long métrage joue sur le fond et la forme. La technique est au service d’une histoire et il règne un certain anticonformisme. Dans un monde où le nombrilisme humain et l’individualisme sont presque érigés en doctrine, la générosité du sujet traité étonne et ravit à la fois. "Là-haut" agît comme une formidable caisse de résonance à des questions d’actualité.
Sans verser dans la morale obséquieuse et vaine, le long métrage met en valeur le courage, l’amitié, le dévouement, l’esprit de sacrifice. Pas besoin de grands mots ou de grandes démonstrations, les actes se suffisent à eux-mêmes.
Les personnages sont attachants. Carl est un petit bonhomme tranquille dont le cruel destin nous émeut. Il pourrait être le grand-père de n’importe qui d’entre vous. Son pari nous retourne mais la plus grande réussite du film est de nous donner à penser que nous irions au bout du monde avec ce vieux grincheux.
L’autre star du film est Russell, un scout bien envahissant qui vit une existence d’aventurier par procuration au début mais qui participe par hasard à l'aventure d’une vie et s’accomplit dans l’épreuve.
Ce gamin de 8 ans qui forme avec un grincheux de 78 ans l’un des plus surprenants duos de l’histoire du cinéma. Monumental triomphe.
Les autres personnages (l’oiseau rare, les chiens qui parlent, Charles F. Muntz) complètent admirablement bien la paire générationnelle. Quelle idée de génie que de faire converser des canidés au moyen de colliers électroniques. Novateur et comique au plus haut point.
Mais "Là-haut" est aussi un film d’aventures trépident et entraînant. Les péripéties sont nombreuses et l’action rebondit sans cesse. J’ai personnellement apprécié la séquence de la maison dans la tempête. Pas un seul instant nous souhaitons que l'équipée s’achève. La fin du film nous replonge dans notre quotidien avec brutalité. Quel bonheur que de voler dans les cieux au milieu des nuages.
Au-delà de la profondeur de son histoire et de la gamme des troubles suscités, "Là-haut" peut se targuer aussi d’être un long métrage techniquement hors normes. La palette des couleurs proposées est riche (à l’image des ballons bariolés), les formes sont nettes et pullulent de détails. On retrouve l’empreinte Pixar dans la précision du trait.
Et comme souvent dans pareil cas la musique, de Michael Giacchino, est l’une des composantes essentielles de l’œuvre. De douces mélodies aux accents dramatiques soulignent avec pudeur les moments où la tragédie se joue ou quand la situation est tendue alors que des sonorités plus rythmées intensifient les séquences dynamiques.
Je salue au passage la version française qui pour une fois est vraiment à la hauteur. Charles Aznavour, pour ne citer que lui, s'en sort avec les honneurs dans le rôle de Carl. En VO Ed Asner est géantissime.
Et la 3d dans tout ça ?
Prodigieusement satisfaisante. Mon idée première qu’il s’agissait tout au plus d’une gadgétisation.
Erreur !!!
J’ai véritablement pris une claque dans la tête. Passés les premiers moments de surprise et d’acclimatation, j’ai indubitablement eu l’impression de m’immerger dans un monde nouveau. J’ai vu tout simplement un autre film sur le plan formel. Les maisons ont du volume, les nuages ont une texture cotonneuse si particulière. Nous voguons dans un monde fait de reliefs. On a le sentiment que nous pouvons toucher les ballons de Carl. Les personnages sont proches de nous.
Réellement troublant et jouissif.
Mais je dis attention. La 3D ne doit pas nous être servie à toutes les sauces, à n’importe quel prix. Des films s’y prêtent plus que d’autres.
 
"Là-haut" est un long métrage d’animation prodigieux, presque inclassable. Pixar et des metteurs en scène de génie ont la faculté à nous estomaquer, à nous clouer au fauteuil avec une régularité déconcertante. A chaque fois le spectateur attend de pied ferme le prochain long métrage.
Mais pas tout de suite, pour l’instant je flotte là-haut dans les nuages.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La-haut, la deuxieme bande annonce francaise !

    La-haut, deuxieme bande annonce francaise

    C'est avec joie que j'ai découvert mercredi dans la journée la nouvelle bande annonce de Là-haut, dixième long métrage des studios Pixar qui vas, à n'en point... Lire la suite

    Par  Mister3ze
    ANIMATION, CINÉMA, CULTURE
  • Cannes 2009 - Quentin Tarantino en compétition avec "Inglourious Basterds" et...

    Selon le magazine «Variety», «Inglourious Basterds» sera bien sélectionné pour le festival... Très attendu, le prochain film de Quentin Tarantino, «Inglourious... Lire la suite

    Par  Redac Cinéstarsnews
    CINÉMA, CULTURE
  • La-haut, un nouvel upisode !!!

    La-haut, nouvel upisode

    Les UPisodes se suivent, mais ne se ressemblent pas. Spine trap et le nom du nouvel extrait vidéo que Pixar nous propose dès aujourd'hui ! Même si Meet Kevin... Lire la suite

    Par  Mister3ze
    ANIMATION, CINÉMA, CULTURE
  • Là-haut

    Là-haut

    Il n’y a pas d’âge pour réaliser ses rêves…Souvenez-vous…Vous êtes retombés en enfance avec Woody. Vous vous êtes immergés dans les profondeurs de l’océan aux... Lire la suite

    Par  Lacoc
    ANIMATION, CINÉMA, CULTURE
  • "Là-haut" de PIXAR: interviews

    "Là-haut" PIXAR: interviews

    "Up" ("Là haut " en français), est la dernière production des studios PIXAR, créés à l'origine par George Lucas. Ce film sera le tout premier film d'animation... Lire la suite

    Par  Rotchyo
    CINÉMA, COMÉDIE, CULTURE
  • Le site de up (la-haut) mis a jour.

    site (la-haut) jour.

    Le site officiel de Up (Là-haut) à récemment été mis à jour. Il propose aujourd'hui de voir ou revoir toutes les vidéos qui ont tant fait parler d'elles sur le... Lire la suite

    Par  Mister3ze
    ANIMATION, CINÉMA, CULTURE
  • "Là-haut" de Pixar : la voix française sera...

    C'est le chanteur et comédien Charles Aznavour qui prêtera sa voix à Carl, le héros de "Là-haut", dernier-né des studios Pixar, présenté en ouverture au prochai... Lire la suite

    Par  Slarue
    ANIMATION, CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Loulouti 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines