Magazine Culture

Gastronomie saharienne: Le méchoui de mouton

Publié le 31 août 2009 par A360

img_4137.JPG 

Dans l’un de nos blogs nous vous avions donné la recette de la taghella, voici aujourdhui la recette du méchoui telle qu’elle est pratiqué à Tamanrasset…mais difficile à faire sur votre balcon!!!

 Choisissez un mouton, un agneau de lait,… bien gras mais pas trop gros. Embrochez-le de la tète à la queue avec une perche en bois ou en fer. Liez les épaules au cou avec une du fil de fer fin, étirez les gigots le long de la perche et liez-le également avec le fil de fer. Assaisonnez fortement de sel et de poivre.
Creusez une fosse de 1 mètre sur 2,50 mètres( pour un mouton), mettez du bois de plusieurs essences et allumez. Lorsqu’il se sera formé une braise très chaude, placez le mouton à environ 50 centimètres au-dessus du foyer, les deux extrémités reposant sur deux supports en forme de Y ou de X ou tout simplement des briques en ciment. Placez le méchoui au-dessus de la braise et tournez la perche pour qu’il soit tout entier exposé au feu. Au fur et à mesure étendez, à l’aide d’un pinceau, du beurre fondu ou d’huile avec des épices sur le méchoui.
La cuisson du méchoui exige une attention toute particulière, car il ne peut être parfait que rôti graduellement sur un brasier entretenu continuellement au même degré de chaleur, surveillé et arrosé de beurre fondu ( c’est un travail de patience pour un résultat extraordinaire). Il est à point lorsque, en le piquant avec la pointe d’un couteau, il ne laisse pas échapper de gouttes rosées ; il doit avoir une belle couleur dorée. L’odeur délicieuse de sa chair rissolée et croustillante remplit l’air parfumé des essences de bois qui ont servi à sa préparation.
Lorsqu’il est à point, débrochez et étendez-le sur un grand plateau (de cuivre) au milieu de la table.
Le méchoui ne peut être apprécié que mangé selon la coutume : avec les doigts en tirant sur les chairs. Tout le mérite de ce mets consiste dans la saveur de sa chair rissolée. Ne laissez jamais refroidir un méchoui, car sa chair devient molle et sa peau perd de sa croustillance et de sa saveur.Servez le avec une bonne salade que l’on mange aussi avec les doigts.Pour finir le repas inutile d’aller vers les patisseries, buvez les trois thés.
Le méchoui terminé, faites passer, une aiguière contenant de l’eau tiède parfumée à la rose, qui permettra aux convives de se rincer les doigts


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


A360 2356 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine