Magazine Conso

Rock en Seine 2009

Publié le 01 septembre 2009 par Stéphane Kahn
Vendredi 28 août
Just Jack
Du rap pour ceux qui n’aiment pas ça ou de la pop pour ceux qui aiment le rap mou ? "Viens, on se casse"…
The Tatianas
S’il n’y avait eu Mick Jones, le contexte des années 70, les riffs, les textes de Strummer et les mélodies, on aurait, 30 ans plus tard, pu parler de The Clash à propos des Tatianas. Mais, voilà, la vie est mal faite : sans Mick Jones, sans le mouvement punk, sans l’engagement et sans les mélodies, il n’y aurait jamais eu de tee-shirts London Calling fièrement arborés dans les allées de Rock en Seine. "Viens, on bouge !"...
Keane
"Whoaw ! C’est Keane, on en profite pour faire l’expo BD ?". N’empêche, si on ne voit pas le chanteur grassouillet, on entend ses gémissements. L’entame de chaque morceau comme une abomination, une nouvelle plongée dans l’horreur. On n’en croit pas ses oreilles tant ce truc craint, on n’en croit pas ses yeux tant le chanteur est laid… Keane, c’est sublime tellement c’est grotesque…
Rock en Seine 2009 Yeah Yeah Yeahs
Mon grand moment vieux con : "De toute façon, je suis sûr que personne, ici, n’était au Trabendo en 2002". Variante : "De toute façon, je suis sûr que personne n’a autant de tee-shirts du groupe que moi". Reste qu’il y avait trop de monde, qu’on entendait mal l’essentielle guitare de Nick Zinner et que la clique à Karen O met désormais un peu trop d’électro pop dans son rock jadis hirsute. Pendant la prestation, à quelques mètres de moi, Luz dessine sur son petit carnet. Penser à acheter Charlie Hebdo mercredi.
Madness
"Ah, la vache ! Ils ont fait un paquet de tubes quand même !". Variante : "Ah ? C’est eux, ça ?". Penser à récupérer un best of.
Bloc Party
Pendant Bloc Party, je me récite déjà avec délectation la liste des tubes des frangins Gallagher que je vais entendre quelques minutes plus tard… Euh… Raté…
Oasis
Là, je me suis senti tout de même un peu plus concerné par l’annulation du concert que l’an dernier avec celle d’Amy Winehouse. Et si ces frères ennemis que la blogosphère déteste étaient, involontairement et très connement convenons-en, les plus rock’n’roll de tous ? Dire qu’au début, à l’annonce de l’annulation, nous, qui ne savions pas qu’ils faisaient tournée à part, avions cru à une blague…
Rock en Seine 2009 Samedi 29 août
The Noisettes
Vague et bon souvenir d’un premier album. Bonne réputation du groupe sur scène. 1) Il faudrait réécouter les albums téléchargés à la va-vite. 2) Dire au groupe qu’une chanteuse acrobate et charismatique ne doit pas empêcher d’écrire de bons morceaux.
The Asteroids Galaxy Tour
Très bel état-civil déjà, au niveau duquel se hisse discrètement leur pop légère et nimbée d’influences soul. Par contre, dire au guitariste que le catogan combiné à la raie sur le côté, nan, ça ne le fait pas…
Jill is Lucky
Un agréable intermède, ma foi… Et un coup de pied au cul d’Herman Dune si tout se passe bien pour le groupe…
Dananananaykroyd
Non seulement ils avaient les mèches, mais ces sept mercenaires-là ont mis le feu. Des furieux, vous dis-je. On n’aurait pas cru en les voyant débarquer sur scène, tout proprets, tout mignons, que leur musique soit si peu aimable, si mal peignée. Par contre, si je retrouve le connard qui a planté son coude dans mes côtes pendant le pogo…
Zone Libre vs Casey et B. James
Déjà, disons que B. James remplace assez avantageusement Hamé avec qui le projet fut lancé. Mais surtout, remercions Casey d’avoir rappelé que le groupe avait d’abord été écarté de la programmation car jugé "trop violent" avant d’être rappelé suite au désistement d’un artiste qu’elle moqua gentiment et ne daigna même pas nommer. Zone Libre, pas dupe du concours de circonstances les ayant mené jusqu’à Saint-Cloud, assura donc son set fièrement et sans la moindre démagogie. Nous, on ne le connaissait pas, Esser, mais on savait déjà qu’on avait gagné au change.
The Horrors
Kevin est vénère. Oui, pour moi, désormais, le chanteur de The Horrors se prénomme Kevin, c’est comme ça. Donc, Kevin est vénère : son jean a encore rétréci au lavage. Lui qui voudrait tant porter des baggys, qui aimerait être si cool. Et sa mère s’obstine à lui flinguer ses jeans à chaque nouvelle machine ! Il est damné, c’est sûr. En plus, son père vient de lui filer une trempe parce qu’il n’a pas rangé sa chambre. Alors, tandis que son copain bassiste joue péniblement sur deux cordes et en 45 bonnes minutes toutes les notes que John Paul Jones déroule juste en reprenant son souffle, il nous fait les gros yeux, lève les bras au-dessus de sa tête et prend son air trop chanmé. Ouais, Kevin il a la rage. En d'dans. Rentrée. Parce que, bon, les voisins, ils aiment pas quand il gueule son mal-être dans sa chambrette. Sur le tableau noir de son existence, une satisfaction toutefois : le fin duvet d’homme qui commence à ourler sa lèvre supérieure. Ouais ! Quand il sera grand, Kevin, il fera Jesse Hugues !
Yann Tiersen
Tiersen, ça s’écoute gentiment, mais, bon, comme à chaque fois qu’on le croise, ben, on s’en fout un peu…
Calvin Harris
N’eussé-je été si fatigué, sûr que j’aurais dansé…
Faith No More
Bon sang ! Mike Patton, là, il faisait vraiment très peur… Et puis, au moins, maintenant, je sais pourquoi je suis complètement passé à côté de ce groupe à l’époque…
Rock en Seine 2009
Dimanche 30 août
Metric
Dommage que les créateurs de Dead Disco aient un peu franchi la bande FM (qui a dit "syndrome Yeah Yeah Yeahs" ?). Ceci dit, il y avait pire perspective que commencer la journée avec Emily Haines (qui a parlé de se retrouver backstage seul avec le chanteur de Keane ?)
Lilly Wood and the Prick
Bah, on en profite pour se reposer et on dira juste, cruel, que la mini-jupe sied mieux à Emily Haines qu’à ladite Lilly (penser à lui présenter le chanteur de Keane, ils feraient sûrement de beaux petits)…
Macy Gray
La chouette Macy a dû se rendre compte que son dernier disque (Big) était une sacrée bouse. Elle n’a, ce dimanche après-midi, chanté quasiment que des tubes de ses trois premiers albums et nous a même gratifié de quelques citations assez goûtues (Jackson Five, Dee Lite, Rod Stewart). Sympa, Macy.
Eagles of Death Metal
Je leur dis ou pas, à cette nana en tee-shirt QOTSA ou à ce mec en tee-shirt Led Zeppelin, que Josh Homme et John Paul Jones jouent dans cinquante minutes de l’autre côté du site ?
Them Crooked Vultures
Là, ma tête a explosé. Trop de sons, trop de breaks, trop de notes, trop dense, trop bon. Mais, surtout, vivement l’album qu’on puisse faire un peu de tri là-dedans. Non, vraiment, ce soir, repu, je crois que je vais m’arrêter là.
MGMT
Bon, allez, je vais quand même manger mon sandwich en regardant de loin la fin du show de MGMT. Le premier album est tellement plaisant que c’est un plaisir d’entendre la transposition live de ces morceaux pourtant hyper produits. "Il ne se passe pas grand chose sur scène", dit-elle. Pas faux. J’attends Kids quand même. Comme tout le monde.
Quant aux Klaxons et à Prodigy, bah, qu’ils se débrouillent sans nous ! "Allez, viens, on rentre"...
En photo, Luz, The Asteroids Galaxy Tour, Zone Libre vs Casey et B. James

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stéphane Kahn 209 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines