Magazine Culture

Interview-découverte sur Influence: Zak Laughed

Publié le 01 septembre 2009 par Guillaume @influencelesite

Interview-découverte sur Influence: Zak Laughed
Attention phénomène en vue, Zak Laughed débarque dans les bacs aujourd’hui avec son premier album « The last memories of my old house » et son single diffusé un peu partout « Each Day ». Zak fait de la folk et non de la pop donc inutile de le comparer il n’aime pas trop ça et profiter plutôt de son talent du haut de ses 15 ans à peine.


Des références diverses et variées ont façonnés son style pour arriver à un album où il n’y a aucune chanson à enlever, on vous conseille de le découvrir très vite. A la fin de cette interview que j’ai faite il y a 3 jours pour vous, vous trouverez le clip et quelques dates pour voir Zak sur scène en attendant une plus grosse tournée qu’on lui souhaite avec succès.

Ton album sera dans les bacs dans 2 jours, comment te sens-tu avant la sortie ?

Ca va, je n’ai pas trop de pression, je suis impatient de sortir ce disque finalement car il va me permettre de faire pas mal de concerts avec le groupe.


Tu as seulement 15 ans et tu as fait l’album tout seul, combien de temps tu as travaillé dessus ?

En fait j’ai commencé l’écriture y a 2 ans à peu près et j’ai commencé l’enregistrement en mars 2008 donc les chansons ont entre 2 ans et 1 peu plus d’un an. On peut dire que ce sont des vieilles chansons et que cet album c’est un peu pour garder le souvenir de ces chansons.


Tu joues pas mal d’instruments aussi, d’où est venue cette passion ?

J’ai commencé par le yukulélé car c’était un commencement assez simple, puis je suis passé à la guitare et ensuite au banjo car j’adore la country. Il y aussi des instruments qui me tombent sous la main donc j’apprends les accords, sur le disque il y a des instruments dont j’ai joué pour la première fois pendant l’enregistrement. Du coup il y a un coté ludique.


L’album est en anglais, tu ne te voyais pas faire ton style musical en Français ?

En fait je n’ai pas du tout envie d’être assimilé à une scène de chansons françaises ou un truc comme ça. Je voulais être au plus prêt de mes influences donc voila ca c’est fait naturellement.


Pour te conforter dans l’idée de faire de la musique tu as rencontré quelques personnes avant, comme Mathias le chanteur de Dionysos a la fin d’un concert, tu as eu des retours depuis ?

Concernant Mathias, on reste en contact par mails et il aime beaucoup le disque donc je suis content. Après j’ai pas mal de groupes amis sur Clermont Ferrand et la aussi ils ont aimé ca commence bien.


On commence déjà un peu à te comparer, notamment à Cocoon, ca te fait quoi ?

Je ne pense pas que Cocoon soit la meilleure comparaison pour ma musique parce que je me sens plus folk qu’eux. C’est vrai que le premier album est vraiment folk et être comparé à eux c’est très flatteur car ils font des bonnes chansons.


On parle de tes influences, tu peux nous en parler un peu ?

J’ai une grosse influence des groupes un peu ancien même 60/70 comme Bob Dylan, Leonard Cohen, Johnny Cash, aussi des groupes un peu rock comme Velvet Underground et aussi j’ai toute une culture indépendante des années 80 et des groupes qui s’en sont influencés comme Arcade Fire.


Tu les as découvert seul ces groupes  et ces chanteurs ?

En fait mon père à une grande collection de disques vinyles et je baigne un peu dedans depuis tout petit et ca m’a ouvert des portes sur de nombreuses influences. Un groupe permet de découvrir d’autres derrière et j’ai pas mal découvert et je continue aujourd’hui avec la scène de Clermont donc je suis content.

 
Hier soir tu étais en concert pour préparer celui de la Maroquinerie, comment l’as-tu ressenti ?

Ouais très bien, j’étais content de moi, j’avais bien les chansons au bout des doigts. Après le public, le fait que j’étais seul avec de la musique plutôt calme, il n’était pas vraiment attentif mais je voyais des gens qui écoutaient bien. Si j’ai réussi à capter l’attention d’au moins une partie du public c’était l’objectif,  les autres font ce qu’ils veulent.


Justement tout ce qui est mise en scène et surtout ce qu’on pourra voir à la Maroquinerie, c’est toi qui as décidé ?

Il y a 3 personnes dans le groupe derrière moi, mon frère à la basse, un ami à la guitare et un batteur. C’est un peu moi qui fais la set liste et les autres ont aussi leurs mots à dire et y a pas vraiment de mise en scène. On essaye vraiment de donner le plus d’énergie possible et on a vraiment hâte de jouer en Octobre dans le nord de la France.


Il y a déjà quelques dates de tournée qui commence à être annoncée ?

On a une sorte de mini tournée en Octobre pendant les vacances, on va jouer a Lille, en Belgique, au Luxembourg et on redescend sur la Suisse donc ca va être la 1ere expérience des dates enchainées et on est assez impatient.


On parle école, tu vas faire ta rentrée dans quelques jours aussi, c’est facile à gérer avec la sortie de l’album ?

Ca va faire pas mal de fatigue mais c’est vraiment un plaisir de pouvoir aller à l’école normalement  et faire de la musique. C’est une passion comme faire du sport donc je gère comme ça.


Il y a le clip du premier single qui tourne pas mal en télévision, la aussi est-ce que tu as donné ton avis sur l’univers et sur celui de l’album ?

En fait le clip je voulais le faire tout seul mais ce n’était pas possible car on n’avait pas les moyens donc le label a contacté plusieurs réalisateurs et ils ont envoyé plusieurs scénarios et celui-ci me plaisait bien avec les nombreuses références. Après c’est vrai que j’ai pu donner mon avis sur le décor etc. et j’ai gardé un œil, encore plus sur la pochette c’est vraiment moi qui ai choisi le dessin de ce dessinateur anglais. J’ai vraiment pu travailler sur l’artwork en collaboration.


Pour ta première sortie tu vas être du genre à faire attention  à tes ventes ?

Moi je démarre vraiment donc je ne me rendrais pas bien compte si on me dit des chiffres ce que ca représenterais. L’objectif est au moins d’en vendre assez pour pouvoir en faire un 2ème après. Après c’est le label qui gère tout ça, moi je fais que ma musique et c’est très bien comme ça.


Le 2ème album tu as encore un peu de temps pour continuer à écrire et à y penser déjà ?

J’ai continué à écrire durant l’enregistrement et j’ai déjà énormément de chansons voir même déjà le 2ème disque prêt dans ma tête. Il y a une 10aine d’inédites qui n’ont pas été sur le 1er album plus une 30aine seul ou en groupe et on espère pouvoir l’enregistrer assez vite pour pouvoir garder ces chansons fraiches pour nous.


Tu vas avoir le droit comme tous nos invités au mot de la fin de cette interview, si tu as un petit message à faire passer c’est à toi.

Simplement leur dire que j’espère qu’ils aimeront le disque et qu’ils viennent nous voir en concert, on a très hâte d’avoir leurs avis. Qu’ils n’hésitent pas à nous contacter sur myspace, à nous envoyer des messages, on essaye de répondre à un maximum de monde.
Each Day le single :

Zak Laughed et son groupe “The hobos Company” seront en show case à la FNAC de Clermont Ferrand le 18 novembre mais surtout, ils seront le 30 septembre à La Maroquinerie à Paris.


Ils passeront également par le Ground Zero Festival à Lille le 24 octobre, au Botanique de Bruxelles le 25, à la salle Le Rockhal à Alzette (Luxembourg) le 26 et en show case au Bleu Lézard de Lausanne le 27.


Myspace : www.myspace.com/zaklaughed

Interview-découverte sur Influence: Zak Laughed

Visuel de l'album, The Last Memories Of My Old House


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Guillaume 54300 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine