Magazine Culture

2006 - The Tiny - Starring Someone Like You - Reviews - Chronique d'un album féerique

Publié le 01 septembre 2009 par Saab190780
2006 - The Tiny - Starring Someone Like You - Reviews - Chronique d'un album féerique
Je ne sais plus quoi faire ! C'est à croire que je n'écoute plus que de la musique scandinave, à chaque fois, je tombe sous le charme de cette musique en perpétuelle mutation, on y trouve de tout : soul, pop, jazz, folk, électro, etc. Je pourrais presque me sustenter que de musique du nord ! Le groupe suédois découvert sur MySpace The Tiny en est la preuve vivante : ils représentent le côté raffiné et élégant de la scène musicale suédoise aux côtés de la fabuleuse Dear Euphoria (ses deux albums chroniqués et en écoute ici, nhésitez pas à prendre le temps de découvrir cette merveilleuse artiste). Après un premier album minimaliste et très touchant Close Enough (2004) et un Ep My Mother (2006), le groupe décide de passer à la vitesse supérieure avec Starring Someone Like You qui est à ce jour leur oeuvre la plus aboutie, accessible et marquante.
Mon coeur a littéralement fondu pour la voix enfantine et émouvante d'Ellekari Larsson qui me fait songer bien entendu à celle d'Elina Johansson ou encore à Ane Brun (le rapprochement n'est pas anodin car cette dernière et Ellekari ont fondé le label suédois DetErMine Records). Le groupe Tiny possède un goût prononcé pour la musique folk moderne créative faite à partir de bricolage, d'expérimentations et de jolies mélodies éthérées. Je dois avouer, j'ai adoré tout l'album, malgré son côté alternatif (ou plutôt grâce à cela), j'ai redécouvert des merveilles d'inventivité à chaque écoute, il ne peut laisser insensible l'auditeur un tant soit peu réceptif à une musique originale qui appelle à l'émotion noble (dixit pas le truc nunuche pour faire pleurer les chaumières).
Kind Of Like You débute sur une musique enfantine distordue, cela donne une aspect irréel, presque féerique à cette superbe ouverture. On rentre dans le coeur de l'émotion avec le poignant et incroyable My Mother. L'ambiance reste sobre voir sombre, l'instrumentation riche est particulièrement réussie. Know Your Demons est tout simplement diabolique, cette pop song, qui baigne dans un univers burtonien, est une petit chef d'oeuvre baroque. Une de mes préférées avec Everything Is Free. Cette ballade, reprise d'un titre de la très grande Gillian Welch, est une merveille qui me serre le coeur à chaque écoute. Dirty Frames est la chanson la plus enlevée, accessible et piquante de l'album avec son refrain totalement addictif. Impossible de s'en lasser. Sorry (featuring Ed Harcourt) revient sur le mode ballade mélancolique et enchanteur tandis qu'I Don't Like (The Way You Move Me) plus simple, semble plus aérien comme touché par la grâce. In Reality est l'un des pics de l'album, cette song à la fois si légère et poétique me donne des frissons. Sublissime. L'atmosphère se fait plus détendue sur l'expérimental They Say It's Really Weird mais cela n'est qu'un leurre en vue de la magistrale conclusion qu'est My Greatest Fear. Ambiance sombre, presque funéraire pour cette ballade surnaturelle aux arrangements recherchés.
Quel album tout de même ! Des arrangements de cordes et de cuivres magnifiques, des pop songs délicates et raffinées dotées de refrains mémorables et cette voix éthérée qui surplombe l'ensemble de sa belle présence. Un must.
Note Finale : A++

Site Officiel
MySpace
Ou Acheter ?
Leur boutique qui propose des prix attractifs ici
cdon.eu




Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Saab190780 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines