Magazine Cinéma

BANCS PUBLICS ( Versailles rive droite )

Par Grocher

UGC

 Comme chaque matin, Lucie traverse la région parisienne  afin de se rendre à son bureau situé près de la gare de Versailles rive droite. Arrivée à son travail, une banderole apposée à l'une des fenêtre de l'immeuble d'en face l'interpelle vivement. En effet y est inscrit  en lettres blanches sur fond noir: "HOMME SEUL". Lucie et ses deux collègues de bureau échafaudent plusieurs thèses, passant d'un homme en recherche d'un "bon  plan" à un appel au secours. Les trois copines décident alors de mener rondement une enquête  afin de faire connaissance avec cet énigmatique inconnu. Durant l'heure du déjeuner, nos trois détectives vont enquêter dans l'immeuble à la banderole et le square des Francines. C'est là que se croisent les gens du quartier, les employés de l'entreprise de Lucie ainsi que ceux de "Brico-Dream", un nouveau magasin de bricolage où officie un personnel de "bras cassés" aussi nul dans la compétence que dans la motivation. L'inconnu à la banderoles sera-t-il identifié à la fin de cette journée cocasse ?

Florence Muller. UGC

Quel évenement! quel choc au sein de cette entreprise, obnubilée par le rendement et les chiffres du bilan, que cette inscription insolite! Il faut dire que Lucie et ses deux copines de service  ne se sentent guère concernées par les résultats de l'entreprise. Par contre la vue de cette affiche émoustille leur libido et chacune échafaude dans ses pensées et ses propos le portrait robot d'un homme  dévoilant aux yeux de tous sa solitude. La curiosité l'emporte donc sur les tâches professionnelles et le départ en retraite de Solange Renivelle qui doit se fêter le soir même se trouve relégué aux calandres grecques de leurs pensées. Pour nos trois copines, une enquête s'impose au sein même de l'immeuble puis rien de tel qu'un sandwich le midi sur un banc du square d'en face afin de tenter de découvrir l'auteur de cette banderole énigmatique. Dans cet endroit où tous les gens du quartier viennent régulièrement se rafraîchir et vaquer pour certains à leurs passions autour d'un joli bassin, la tâche ne sera pas aisée. Ici chacun a ses habitudes. Certains se prennent à rêver d'horizons lointains en faisant voguer leurs bateaux  télécommandés dans le bassin, des flirts se concrétisent, d'autres  jouent au backgammon avec comme sujet de  conversation  leurs problèmes de prostate. Il y a aussi l'ivrogne habitué des lieux, le dragueur impénitent, des mères de familles qui font jouer leur progéniture et bien d'autres personnes attirées par cet espace convivial. Face à ce square des Francines, le magasin "Brico-Dream" vient tout juste d'ouvrir ses portes. Déjà quelques clients viennent fureter et demander conseil à des vendeurs  peu motivés et en sureffectif. Les pauvres acheteurs repartent avec du matériel loin d'être adapté à leurs besoins. Dans ce magasin où seul le patron semble être opérationnel rôde peut-être cet homme solitaire... qui sait ? La journée se termine avec son défilé de personnages et un homme risque de ne pas être retrouvé et entendu malgré son moyen de communication original. Et qui seront les gagnants? ceux qui s'apitoient ou ceux qui croient à l'appel d'un pervers?

Denis Podalydès, Bruno Podalydès et Samir Guesmi. UGC

C'est dans un tourbillon de personnages comme l'on peut en croiser chaque jour que nous entraîne Bruno Podalydès. Et pourtant ce film subtil et original nous trace des portraits où le burlesque flirte avec le réalisme et le rire avec l'émotion. Au travers de cette galerie de photos, au travers des attitudes, des catastrophes, du bonheur qu'un petit rien peut provoquer, on croit percevoir l'influence du grand Jacques Tati. Le sujet est tout simple. La caméra se balade au gré des évènements journaliers d'un bureau  chamboulé par la banderole ou dans les dédales d'un magasin de bricolage pour observer les réactions de vendeurs incompétents face à  des clients perdus dans ce milieu hostile. C'est également l'exploration d'un square rempli d'habitués où, mine de rien, à chaque instant il se passe un petit évènement. Eh oui, cette plongée dans l'intimité de ce quartier nous scotche malgré sa simplicité. Nous avons tous vécu  ces situations sans nous rendre forcément compte de leurs effets. Il est très difficile de faire ressortir une scène en particulier tant celles-ci s'enchaînent à un rythme élevé sans pour autant avoir de rapport entre elles. Une pléiade de grands noms du cinéma français contribue à la qualité de cette oeuvre. Chacun apparaît le plus souvent très brièvement mais avec efficacité, sobriété et justesse. De ces grands noms ressortent: Florence Muller dans le rôle de Lucie, la secrétaire bouleversée par la banderole, Josiane Balasko, la retraitée  bizarrement fêtée, Denis Podalydès en vendeur incompétent et surmené, les deux joueurs de blackgammon, Claude Rich et Michel AumontElie Semoun, le dragueur impénitent, ainsi qu' Eric Elmosnino, le squatteur éméché des lieux.  Les dialogues qui valent leur pesant d'or contribuent à transformer beaucoup de scènes en de petits sketchs très réussis.

Didier Bourdon. UGC

Prenez donc le temps de vous asseoir confortablement et d'observer pendant près de deux heures la vie, les habitudes, les réactions de toutes ces  personnes. Elles vous charmeront car elles sont criantes de vérité et c'est là le grand mérite de Bruno Podalydès qui une fois de plus nous séduit par l'originalité de son sujet et la justesse de la réalisation.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Grocher 39 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines