Magazine Science

Vous n’achèterez plus votre chocolat de la même façon

Publié le 01 septembre 2009 par Raymond Viger

Vous n’achèterez plus votre chocolat de la même façon

DOSSIER ÉQUITERRE

Montréal, le 1er septembre 2009 – À travers une animation web décapante, Équiterre dévoile les différences entre le chocolat conventionnel et le chocolat équitable. Dans sa toute nouvelle campagne de sensibilisation, réalisée en collaboration avec Cocoa Camino de la Coopérative La Siembra et EQUITA d’Oxfam-Québec, l’organisme promet aux citoyens qu’ils n’achèteront plus leur chocolat de la même façon. 

Équiterre fait ainsi découvrir aux Québécois les côtés sombres de la production du chocolat conventionnel et les avantages indéniables du commerce équitable, tant pour les producteurs que pour l’environnement. En plus d’y visionner l’animation, les citoyens peuvent approfondir et tester leurs connaissances sur le chocolat équitable en visitant le site web (www.pareilpaspareil.com). Des conférences à travers le Québec, des cartes postales et des kiosques d’information dans de nombreux événements viennent compléter la campagne.

«Cette campagne est une bonne occasion pour comprendre les fondements du commerce équitable, qui se veut une alternative au commerce conventionnel. Les producteurs de cacao certifiés équitables ont la garantie de recevoir un prix minimum pour leur labeur ainsi qu’une prime sociale destinée au développement local par la mise sur pied d’initiatives socio-économiques ou environnementales dans leur milieu», explique Sidney Ribaux, coordonnateur général d’Équiterre.

Un chocolat au goût d’équité

«Si nous prenions conscience que derrière une simple tablette de chocolat se cachent des êtres humains encore trop souvent exploités, nous opterions tous très probablement pour un chocolat, certes un peu plus cher, mais produit dans le respect des droits de la personne et de l’environnement», rappelle Murielle Vrins d’Équiterre.

«Au Canada, les ventes de chocolat certifié équitable ne cessent d’augmenter. Entre 2005 et 2008, les ventes ont augmenté de 550%, ce qui est vraiment très encourageant», ajoute Mme Vrins, qui rappelle aux consommateurs que « la meilleure façon de s’assurer que les produits soient vraiment équitables, c’est de rechercher le logo de certification de Transfair Canada lors de leurs achats de chocolat, de thé, de sucre et de bien d’autres produits».

Le côté sombre du chocolat commercial

«Les gens ne savent pas toujours que les conditions de vie et de travail des producteurs de chocolat non certifié sont particulièrement difficiles, ce que l’animation Web démontre clairement», note Mme Vrins.

s  En Afrique de l’Ouest seulement, près de 300 000 enfants travaillent à temps plein dans les fermes de cacao,  ce qui les empêche d’aller à l’école. Ces enfants de moins de 14 ans effectuent des tâches difficiles comme la cueillette des cabosses, l’extraction des graines à l’aide de la machette, le déplacement de charges très lourdes et l’application de pesticides bien souvent sans aucune protection. 

s  14 millions de travailleurs dépendent du cacao pour gagner leur vie. Au Ghana, un producteur gagne environ 300 $ US par année. 

s  Six multinationales (Mars Inc., Nestle SA, Hershey Foods, Kraft Foods, Cadbury Schweppes et Ferrero Spa) se partagent 58% de la transformation et de la distribution du chocolat et de ses produits dérivés. 

Les produits équitables sont maintenant disponibles dans plusieurs commerces au Québec. Pour consulter le répertoire des points de vente de produits équitables: www.equiterre.org/equitable/achetez.

L’animation web de même que tous les autres outils de la campagne ont été créés et réalisés en collaboration avec l’agence Revolver 3. Cette campagne a été produite avec l’appui financier du gouvernement du Canada agissant par l’entremise de l’Agence canadienne de développement international (ACDI).

Le visuel de la campagne ainsi que le logo de certification de Transfair Canada sont disponibles sur demande.
Pour plus d’information sur le commerce équitable

Références utiles

- Sustainable Tree Crops Program et International Institute of Tropical Agriculture (2002). Child Labor in the Cocoa Sector of West Africa: A synthesis of findings in Cameroon, Côte d’Ivoire, Ghana, and Nigeria. USAID/USDOL/ILO

- FLO et une entrevue réalisée avec un producteur: Ajoa Yeboah-Afari, A legacy for my (23) children, New Internationalist,

-Tropical Commodity Coalition (2008). Sweetness Follows: A rough guide towards a sustainable cocoa sector. Tropical Commodity Coalition: Den Haag, Pays-Bas. 

PUBLICITÉ


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte