Magazine Beaux Arts

Retour de vacances!

Publié le 02 septembre 2009 par Anne Malherbe
En vacances je ne regarde pas les expositions de la même manière que le reste du temps. L'esprit (presque) dégagé de toute finalité, je me contente de profiter des formes, des couleurs, de la sensorialité des oeuvres, de ce qu'elles dégagent et racontent, sans disséquer, trier, classer, garder, rejeter, comme je le fais le reste du temps (ou, disons, un peu moins). Et puis la sensibilité — plus ouverte, moins brouillée par toutes sortes de préoccupations — s'élargit aux lieux mêmes de ces expositions, lieux qui, associés à l'écoulement paisible des vacances, ajoutent leur propre aura aux oeuvres.
Retour de vacances!
Ainsi de l'exposition "Vos papiers, s'il vous plaît!", qui s'est tenu au mois d'août (et jusqu'au 27 septembre) à l'Atelier Blanc, à Villefranche-de-Rouergue (dans l'Aveyron).
Ce coin de l'Aveyron est, depuis toujours, l'un de mes lieux de vacances. Du coup, je manque rarement d'aller voir, en été, ce que propose l'Atelier Blanc, galerie associative qui présente, tout au long de l'année, des expositions souvent de qualité.
J'aime bien cet endroit, parce qu'il se tient au bord de l'eau, parce que s'y trouve un jardin très charmant, et parce que Villefranche-de-Rouergue est elle-même une bien jolie bastide.
L'exposition de cet été n'est probablement pas la meilleure qui s'y soit tenue. Cependant, les oeuvres abstraites (celles de Michel Cure et d'André Guenoun) déroulent agréablement leurs jeux de transparence, les découpages et les reliefs de papier de Juliette Jouannais y répandent leur fraîcheur, et on a le plaisir de retrouver des oeuvres (trop rarement visibles) de Benyounès Semtati. Dans le jardin, Caroline Coppey a déployé des peintures — descendantes quasi directes de celles de Joan Mitchell — qui inventent une nouvelle sorte de treillage fleuri.
Retour de vacances!A Villefranche, il existe une autre galerie, la galerie Sepia, tenue par Agathe Thuilliers. Cette jeune galeriste, amoureuse de la peinture, a l'audace de sortir des cartons des peintres oubliés ou méconnus, et de leur offrir son énergie, ainsi qu'un espace d'exposition exceptionnel (l'ancien grenier à sel de la ville, vaste espace voûté de brique rouge).
Cet été, on découvre (littéralement, car son travail n'avait encore jamais été montré) l'artiste Cosme de Scoraille. Toute sa vie, cet homme a développé, discrètement, une peinture abstraite qui, bien que proche de celle de l'Ecole de Paris des années 1940, se laisse cependant malaisément ranger dans un style défini. Ce sont des oeuvres chaleureuses, parfois intenses — pas des oeuvres qui ont marqué l'histoire de la peinture, mais qui, même quelques décennies plus tard, restent bien vivantes.
(Images: 1# peinture de Caroline Coppey dans le cloître de la Chartreuse de Villefranche; 2# intérieur de la galerie Sépia)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anne Malherbe 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog