Magazine Amérique du nord

Etats-Unis: Les scandales de la torture

Publié le 11 octobre 2007 par Danielriot - Www.relatio-Europe.com
COMMENTAIRE RELATIO:Le Conseil de l'Europe avait bien raison de creuser la question des prisons clandestines de la CIA et des attaeintes aux Drots de l'Homme commises par les USA au nom de la lutte contre le terrorisme. Confirmations sont là, en effet. Et la "reine des démocraties" s'en trouve bien affaiblie. Dernier procureur, triste et en colère: Pour Jimmy Carter. Pour BUSH, l'heure de rendre des comptes doit sonner, non? Il devrait en rendre même aux Européens puisque bien des pays de notre continent ont été impliqués dans ce système aussi scandaleux moralement qu'inefficace politiquement. Comme l'ont dit et redit à plusiseurs reprises les responsables du Conseil de l'Europe qui ne sombrent pas dans l'antiaméricainsme systématique, "Combattre le terrorisme en violant les droits de l'Homme c'est faire le jeu des terroristes"
  LES FAITS: Jimmy Carter, qui fut président de 1977 à 1981, et qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2002 pour son engagement en faveur de la démocratie dans le monde, a affirmé dans une interview à la télévision CNN, mercredi 10 octobre, que les Etats-Unis utilisaient bel et bien la torture, contredisant les affirmations du président George W. Bush.

"Ce gouvernement ne torture pas les gens. Nous observons la loi américaine et nos obligations internationales", avait déclaré vendredi M. Bush. Pour Jimmy Carter,"ce n'est pas une déclaration pertinente si l'on se réfère aux normes internationales en matière de torture" qui prévalent "depuis 60 ans, depuis que la déclaration universelle des droits de l'homme a été promulguée".

7cfe9c73967820c3a51674b8026c547a.jpg

"Vous pouvez avoir votre propre définition des droits de l'homme et votre propre définition de la torture, et dire que nous ne les violons pas", a-t-il relevé. Quand on lui a demandé s'il pensait que l'administration Bush utilisait la torture, il a déclaré :"Je ne le pense pas, je le sais de manière certaine." Et de répondre par l'affirmative quand on lui demandait si M. Bush avait menti : "Le président donne sa propre définition de ce que nous avons fait et autorisé en matière de torture de prisonniers, oui".

"Les Etats-Unis ne pratiquent pas la torture. Le président ne l'a pas autorisée et ne le fera pas. Nos méthodes d'interrogatoire sont fermes, sans danger, nécessaires et légales", a réagi Dana Perino, porte-parole de la Maison Blanche. Les déclarations de M. Bush vendredi visaient à répondre à un article du New York Times révélant l'existence de documents du ministère de la justice qui assuraient, selon le quotidien, que la loi n'empêche pas de gifler un détenu, de le soumettre à des températures extrêmes ou à un simulacre de noyade.

DICK CHENEY EST UNE "CATASTROPHE"

L'ancien président démocrate américain James Carter a estimé que l'actuel vice-président Dick Cheney était une "catastrophe" pour les Etats-Unis et un "militant" qui exerçait une influence excessive sur la conduite de la politique étrangère du pays. "C'est un militant, qui a échappé au service militaire dans l'armée (américaine), et c'est lui qui, ces dix dernières années voire plus, a fait appliquer avec le plus d'énergie l'idée que les Etats-Unis ont le droit d'imposer leur puissance par des moyens militaires dans d'autres parties du monde", a déclaré Jimmy Carter dans une interview à la BBC."Vous savez, il est une véritable catastrophe pour notre pays", a-t-il enchaîné. "Je pense qu'il a un trop fort ascendant sur le président George Bush, et souvent, c'est lui qui l'emporte", a ajouté l'ancien président.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :