Magazine Culture

Mais où ai-je donc déjà entendu cela (Rhaaa ! Bordel ! Hein? Où ça, dites?)

Publié le 08 septembre 2009 par Catfish

second_hand_songs

Le professeur Glutzenbaum est catégorique : l'art de la reprise (dites "cover" pour paraître quoi que ce soit, mais uniquement si vous n'êtes pas anglophone !) est presque aussi vieux que l'art musical tout court. Presque. Car avant de répéter, il a fallu créer. Raisonnement inattaquable.

Vos arrières-grands-tantes effectuaient donc des covers sans le savoir quand elle reprenaient les chants traditionnels du sud du Berry, lors des veillées hivernales, chants que leurs propres arrières-grands oncles avaient chantés lors des veillées hivernales (et dieu sait si l'hiver était rude en ce temps-là qui ne connaissait ni la centrale nucléaire ni la fièvre du samedi soir, triste époque en vérité…). Qui dira (à part moins et ici tout de suite) le désespoir du chroniqueur de disque qui constate que l'album qu'il tient entre les mains (ou entre les pieds pour ceux qui écrivent avec) contient une ou deux reprises, parfois trois mais je n'ose pas en parler je risque de rendre mon croissant, et qu'il ne sait rien de ces titres, à part que l'air lui a déjà trotté dans la tête jusqu'à y tourner tel le canasson enquillant sa seconde boucle à Vincennes, désespoir auquel s'ajoute le constat indéniable de cette phrase qui, vraiment, n'en finit pas. (Ha ? tiens, si…).

Ne pleurez plus, mamie blues ! Le site Second Hand Songs (littéralement : "chansons d'occasion") est là pour sauver votre âme. Il vient d'atteindre le cap des 100000 chansons listées, avec leurs divers interprètes, la date de création, et touétouétou.

Allez, au hasard : The Rising Sun Blues est une chanson folklorique traditionnelle chantée lors des veilles hivernales au XVIIe siècle en Grande Britannie (et God knows que les hiver étaits sévères avant Mme Thatcher); elle fut reprise sous ce même titre par Clarence Tom Ashley (sans doute l'arrière-petit-neveu de quelqu'un) en 1932, devint Rounder's Luck en 1934 chez les Callahan Brothers (ne me dites pas que vous les connaissez !), et devint pour la première fois grâce à Libby Holman la fameusissime House of the Rising Sun en 1942, soit l'un des ses 58 avatars, parmi lesquels Les Portes du pénitencier par notre Ferme Ta Putain de Grande Gueule Casse-toi Pôv'Con national.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Catfish 382 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines