Magazine Cinéma

Bernard rapp nous manque..

Par Tika

rapp.jpg 

Bernard Rapp, ce grand homme cultivé et si charmant est parti le 17 août 2006, qui s’en souvient ? Moi.. et je voudrais lui rendre hommage à travers ce poème et ce texte que j’ai écris en mars 2006. Un homme merveilleux que la vie a écarté de moi, alors que nous étions en train de faire connaissance..

Ce post est long, mais c’est l’été, et nous avons le temps de lire. Plus qu’une chronique c’est une nouvelle..

Bernard Rapp, l’homme au pas lent

Je regarde l’homme au pas lent

Se déplacer sans faire semblant

Son manteau bleu marine suit son rythme

Pas blasé il en fait un hymne

Il cultive le mouvement

L’homme n’a plus le pas pressé

Qu’ont les jeunes de vouloir tout tenter

Quand il se tient devant vous

Il vous découvre du regard plus qu’il ne vous regarde

Il passe du temps sans vous juger

Mais à vous parler, il tarde

Et quand le mot vient vous piquer

On s’étonne de la volupté du timbre

Que l’on connaissait pourtant par cœur

On entre dans la mélodie du bonheur

bernardrapp.jpg      TAP.jpg 

Une fois, je croise son pas, nonchalant, deux fois, je caresse sa silhouette, lointaine, trois, quatre, des dizaines de fois, je le vois. Je sais une chose aujourd’hui : je ne sais pas ce qu’est le destin, mais il me fait croiser sa route, pour un rien. A chaque fois c’est un bonjour qui en dit long. C’est une présence chaque semaine. Un homme qui vit à côté de moi. Avec qui je partage une habitude de vie.

Alors les mots me guident, je les laisse s’exprimer. Ils me quittent, ils s’écrivent pour mieux lui parler. Je décide : je laisse le verbe écrire sa propre histoire, je ne lui parle pas, je lui écris. J’ai le projet de lui remettre une lettre..

Cher Monsieur, voyez ce texte comme « un petit jeu sans conséquence »…

Qui se cache derrière l’homme d’écrits et de cinéma, qui passe devant nos yeux, le pas lent ? Qui se régale d’une petite main dans la sienne, faite du verbe naissant et de sourires ? Qui est cet homme discret, au regard doux, et mélancolique, au phrasé mesuré? Il est tantôt un homme de terrain, tantôt un homme de bureau, qui aime se placer là où l’on ne l’attend pas. Moi, je ne l’attendais pas non plus. Pourtant, plus le temps avance, plus je le connais sans le savoir, le lis sans trouver ses lignes, l’entends sans jamais l’avoir écouté.

Depuis les années 80, où je l’ai vu tous les jours, aux émissions de l’après-midi - l’assiette anglaise était ma tasse de thé - en passant par celles du soir, que je ratais, pour cause d’école, je me souviens de cette voix familière qui résonne, de cet homme quotidien.

Les années passent, mon œil grandit, mon verbe aussi. Je redécouvre celui que j’avais laissé de côté, de l’autre côté de la caméra. Et là, je vois enfin en lui, tout ce que le journal télévisé, ou les émissions littéraires avaient seulement laissé entrevoir : un monde subtile, de la noirceur dans un gant de douceur. Un humour qui pique, des dialogues aiguisés, des acteurs qui grincent, des personnages malicieux, du cinéma humoristique, ou bien cérébral, hitchcockien, où le rire jaune frappe l’ennui noir, où le clair-obscur n’est pas qu’éclairage, il se fait décor, et devient un mode de penser, le sien.

Le clair-obscur de la psychologie humaine est sa quête depuis les premiers mots. Quand la caméra initie la rencontre, le clair-obscur endosse le verbe avant d’épouser l’acteur, qui lui-même divorce du mot, sitôt dit. Que ce soit dans une comédie, un thriller, un film littéraire, ou théâtral, le doux mélange de la lumière et de la nuit se répand. Il n’aime pas le cinéma facile. Cet homme est double, et aussi curieux que cela puisse paraître, il habite le monde des verseaux, comme moi. Créatures sont tantôt claires, tantôt sombres, elles savent contempler l’existence comme un terrain de jeu et de création, mais ont aussi le don d’être le filtre des travers humains.

Ses mille et un visages appellent des visions qui se superposent. Je le vois, comme James Ivory le ferait, finir ses jours auprès de sa tendre, dans un cottage isolé en campagne anglaise. Intéressé par les rumeurs du village voisin, il en adapterait des nouvelles. Ou comme Woody Allen, je le vois à New York, regardant du haut d’un building la frénésie du monde. Il en ferait une chronique intitulée « La vie d’en bas » ou «Street up». Ou encore comme Jean-Pierre Jeunet, assis à la terrasse d’un salon de thé, en éternel observateur de la vie. Il défragmenterait la vie des passants, scruterait celle des habitués et en ferait des courts-métrages. Pour lui, la vie n’a pas d’âge.

Personne ne se cache derrière cet homme. Comme je vois le mot, je vois en lui, et lui rend hommage, avec enthousiasme. L’innocence de mon geste trouvera un écho en lui, et le son de mes mots se mêlera aux siens pour me répondre, je l’espère..

Je rejoins la vision de Michel Onfray, en l’adaptant à l’écriture. Je vis le mot comme une philosophie épicurienne. Je suis une épicurienne du verbe. Ou comme François Lelord, je fais mon voyage d’Hector. Je reformulerai sa pensée concernant l’amour ainsi (« Pensée n°20 : l’amour, c’est toujours voir la beauté de l’autre quand les autres ne voient plus ») :

 

L’épicurisme du verbe, c’est toujours voir la beauté du mot quand les autres ne voient plus.

 

Une fois, je croise son enfant, qui m’adopte, spontanément, deux fois, je caresse le projet, lointain, d’écrire un texte sur l’homme, trois fois, j’écris un poème, des dizaines de fois les mots je vois. Je sais une chose aujourd’hui. Je ne sais pas ce qu’est le destin, mais ce texte croisera son chemin, pour un rien, pour un bien. Le mot est le meilleur messager pour saluer une habitude de vie partagée, une douceur de gentleman anglais, une présence, un éternel sourire intérieur.

Cher Bernard, j'ai aimé vos bonjour, mais je n'ai pas aimé votre au-revoir..


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Bernard Heidsieck

    Le choix d’aujourd’hui a pour but de rappeler que les éditions Al Dante viennent récemment d’éditer trois importants recueils de Bernard Heidsieck (avec CD) et... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Joyeux anniversaire Bernard Swysen !

    Joyeux anniversaire Bernard Swysen

    Bernard C. Swysen célèbre aujourd’hui son 45e anniversaire. Auteur éclectique, il manie le style humoristique et la ligne claire. Son prochain album sort en aoû... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Parades, Bernard Souviraa

    Parades, Bernard Souviraa

    "Une partie de moi, Gabriel. Voilà. La véritable définition du mot frère, c'est : une partie de soi. J'aimerais savoir s'il vous manque aussi parce que cela... Lire la suite

    Par  Antigone
    CULTURE
  • Joyeux anniversaire Bernard Kölle

    Joyeux anniversaire Bernard Kölle

    Le dessinateur croate Bernard Kölle fête aujourd’hui ses 43 ans. Habitant à Ljubljana en Slovénie, il est devenu le dessinateur de Diamants, une saga familiale... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Bernard Manciet

    Bernard Manciet

    Nous connûmes grands renversements de ramures, sur une rive qui faisait remonter les reflets en espaces de ciel, renversements et inversions de bas-fonds et de... Lire la suite

    Par  Antwan
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • La Mer Morte manque d’eau

    Morte manque d’eau

    Il y a deux mille ans. C’est l’enfer, un des coins les plus chauds du monde, à quelques centaines de mètres sous la surface des océans. Il n’y pleut jamais. Lire la suite

    Par  Jmichel
    CULTURE, MÉDIAS, PRESSE ÉCRITE
  • Il ne voulait pas placer ses parents dans une maison de retraite, son idée est...

    Kenneth Dupin, un entrepreneur a eu une idée de génie quand il était confronté à l’idée de placer ses parents en maison de retraite. Sa création a fait le tour... Lire la suite

    Par  Loopkinn
    CONSO, DÉCORATION

A propos de l’auteur


Tika 748 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines