Magazine Conso

Fish tank

Publié le 21 septembre 2009 par Lorraine De Chezlo
FISH TANKd'Andrea Arnold
Drame - 2h
Sortie salles France le 16 septembre 2009avec Katie Jarvis, Kierston Wareing, Michael Fassbender...Prix du Jury - Festival de Cannes 2009
Dans l'Angleterre populaire contemporaine, il est une jeune fille, Mia, vivant dans une cité avec sa mère et sa soeur, comme un poisson rêvant de sortir de l'aquarium. Une vie difficile à aimer : scolarisation abandonnée, mère paumée alcoolique s'adonnant aux plaisirs illicites, et cherchant désespérément l'homme de sa vie, une petite soeur qui n'a pas sa langue dans sa poche, des copines qu'elle ne supporte plus... Et puis il y a cet homme dont l'importance grandit pour la famille de Mia, c'est le nouveau copain de la mère, Connor, bel homme, attentionné avec les filles, rendant la mère amoureuse et la maison ordonnée comme jamais. Pour Mia, ce père de substitution n'en est pas vraiment un, quand l'ambiguïté des rapports conduit à une relation amoureuse unilatérale... puis aux difficiles déceptions.
La rebellion adolescente dans un milieu loin d'être envié, loin de la jeunesse dorée des enfants de La City. Sans concession, c'est comme une grande claque que l'on prend quand retentissent les dialogues cinglants, violents, vulgaires, au sein de la famille de Mia, loin d'être un havre de paix.
L'accent cockney rappelle les milieux populaires britanniques, souvent suivis par les caméras du réalisateur Ken Loach. Un certain point de vue féminin, celui d'Andrea Arnold, féminin mais solide, intransigeant.

FISH TANKFISH TANK

Et rien n'est simple pour Mia, ni pour sa mère, ni pour le spectateur qui ne sait comment assister à cette relation ambigüe entre le magnifique Connor (Michael Fassbender, mince je l'ai raté dans Hunger, quelle idiote !...) et cette jeune Mia, femme en devenir, mais aussi enfant en souffrance, et pleine d'espérances à demi cachées. Un sentiment de gêne, comme si l'on assistait à un inceste lorsqu'un soir, Connor ivre passe à l'acte, et que Mia, sûre de leur amour, n'ose croire qu'un tel homme parfait puisse tromper 3 femmes en même temps. Telle une Lisbeth Salander, la vengeance ne traînera pas.... malgré le fossé des classes sociales, que l'on ne peut oublier.Au final, un nouveau film sur l'adolescence, avec les luttes d'une jeune fille, ses désillusions et ses premiers choix de vie ; un difficile mais beau parcours en somme. ________________[merci Kilucru !] L'avis de Kilucru - Les IrréductiblesL'avis d'Alain - La Mer pour Horizon

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lorraine De Chezlo 64 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines