Magazine Culture

Ennemi

Par Joseph Vebret
Le principal ennemi de l’écrivain n’est ni son éditeur ni la critique littéraire. Le premier prend des risques, normal qu’il ait des velléités ; la seconde n’en prend aucun, normal qu’elle écrive parfois n’importe quoi. Le principal ennemi de l’écrivain est le temps ; un combat perdu d’avance. Adolescent, lorsque je rêvais de faire métier d’écrire, je m’imaginais le matin à ma table de travail, le midi dans les meilleurs restaurants invité par des éditeurs rêvant de faire ma connaissance, et l’après-midi lézardant à la terrasse de quelque café à la mode, lisant mes contemporains ou relisant mes classiques, parfois même abordé par des créatures de rêve… Force est de constater que la réalité ne coïncide que très partiellement avec le fantasme. Certes, je suis tous les matins à ma table de travail, mais j’avais oublié un certain nombre de détails dans ce tableau idyllique : le téléphone, les mails, la vie quotidienne, les obligations familiales, les factures à payer, les réunions qui n’en finissent plus, j’en passe et des pires encore. Il est des semaines où le temps consacré à lire et à écrire, l’un n’allant jamais sans l’autre, se réduit comme peau de chagrin. S’installe un sentiment diffus de frustration et de colère mêlées, une rupture de rythme susceptible de faire perdre le fil même si le cerveau ressasse et rabâche les mots, les images, les tournures de phrase comme ultime bouée de sauvetage.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joseph Vebret 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines