Magazine Cinéma

"Harry Brown"

Par Loulouti

Michael Caine appartient à ce que j'appelle "la race des seigneurs" du 7ème art. C'est un acteur d'une force incroyable, doté d'un jeu d'acteur époustouflant qui a su évoluer au fil des ans et trouver des rôles à la mesure de son talent.
Et c'est surtout une présence inouïe à l'écran. La tête d'affiche féminine est occupée par l'une de mes actrices britanniques préférées, Emily Mortimer.
J'espère que ce long métrage intitulé "Harry Brown" sortira un jour dans nos salles.
Harry Brown, ancien militaire vivant dans un endroit remplis de mauvaises types sans foi ni loi, va jouer les justiciers.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (2)

Par gigaro
posté le 14 novembre à 15:41
Signaler un abus

J'ai pu assister à la première de Harry Brown à Londres le 10 novembre. C'est un grand film, si l'on pense que le cinéma doit s'attacher à nous transmettre les sentiments et les émotions d'homme à homme et pas seulement nous distraire par des effets spéciaux ou des intrigues complexes qui ne sont que des jeux intellectuels. Ce film nous fait pénétrer le milieu de la drogue des quartiers les plus difficiles de Londres, et ce sont de jeunes acteurs de la cité,qui dialoguent avec le grand Michael Caine, époustouflant s de sincérité et de profondeur, pour nous transmettre la peur,le néant de leur existence vouée à une mort violente inévitable. Pas d'effets gratuits pour le réalisateur Daniel Barber qui met sa sensibilité et son talent au seul service du témoignage, et nous laisse après une heure quarante d'angoisse profondément choqué par cette descente en enfer et marqués par des regards qui seront difficiles à oublier. Un grand metteur en scène est né dans un grand film. Daniel Barber s'est ouvert la voie d'un avenir prometteur, et c'est heureux pour le cinéma.

Par gigaro
posté le 14 novembre à 15:34
Signaler un abus

j'ai pu assister à la première de Harry Brown à Londres le 10 novembre.C'est un grand film, si l'on pense que le cinéma doit s'attacher à nous transmettre les sentiments et les émotions d'homme à homme et pas seulement nous distraire par des effets spéciaux ou des intriges complexes qi ne sont que des jeux intellectuels. Ce film nos fait pénétrer le milieu de la drogue chez les jeunes des quartiers les plus difficiles de Londres, et ce sont de jeunes acteurs de la cité,qui dialoguent avec le grand Michael Caine,époustouflant de sincérité et de profondeur pour nous transmettre la peur,le néant de leur existence vouée à une mort violente inévitable.Pas d'effet gratuit pour le réalisateur Daniel Barber qui met sa sensibilté et son talent àu seul service du témoinage et nous laisse après une heure quarante d'angoisse profondément choqué par cette descente en enfer et marqués par des regards qui seront diffiles à oublier.Un grand metteur en scène est né dans un grand film.Daniel Barber s'est ouvert la voie d'un avenir prometteur, et c'est heureux pour le cinéma.

A propos de l’auteur


Loulouti 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines