Magazine Cinéma

Jay et Silent Bob contre-attaquent

Par Jefnobi

Jay et Silent Bob ont enfin droit à leur propre film. Les incontournables représentants de la mythologie Kevin Smith prennent part à une aventure qui ressemble à une blague géante, pour qui est fan de Smith le summum est atteint. Contre-attaquent c'est un peu le Kill Bill de Smith, le film où il se lâche complètement, rentre dans un délire de références, parodies et caméos par milliers (pas autant mais pas loin). Son film le plus léger, celui qui ne cherche pas de réponses aux questions existentielles ou devient un film-scandale avant même sa sortie.

Smith se permet tout, raconte les origines du duo, fait intervenir tous les personnages de ces précédents films et n'a jamais peur des plans crétins comme à plusieurs reprises ces regards caméra ou des vues multiples sur les tenues moulantes du gang des voleuses. Il s'amuse avec Affleck qui ne joue pas son propre rôle mais le sourire aux lèvres se vanne lui-même pour le plus grand plaisir de Smith. Avec son scénario il se venge d'internautes, familier du web le réalisateur a peut-être dû en prendre un peu trop dans les dents. La solution est toute trouvée, il décompressera en tabassant des gamins trop belliqueux, il faut le savoir le passage à tabac des poseurs d'insultes est l'objectif principal du film pour le duo du New-Jersey, quand on parle de délire...

Elément essentiel qui contribue en grande partie à la comédie, Contre-attaquent est profondément ancré dans notre réalité offrant un comique au deuxième degré et Smith joue à merveille de cet instrument. On peut le résumer en une phrase tirée du film « Qui paierait pour voir un film Jay et Silent Bob ? », imparable comme pouvait l'être Homer Simpson au cinéma avec son « Pourquoi payer pour quelque chose qu'on peut voir gratuitement à la TV ?! ». Contre-attaquent c'est aussi un film des années 2000, tous ces acteurs issus d'American Pie, Dawson, Buffy ou Charmed composent un instantané des beaux jours ciné et TV pour les ados de l'époque. A ne pas oublier les excellents numéros de Chris Rock et Will Ferrell.

Même si les idées sortent de partout, le film n'est pas parfait. Il subi parfois des baisses de régime et met du temps à arriver à Hollywood. On aurait aimé y passer plus de temps tant le lieu est inépuisable en idées et se prête bien à l'humour Smith. Mais ne boudons pas notre plaisir devant cette folie pour têtes en 16/9 ou 4/3, c'est ce qu'il vous faudra au minimum pour réellement apprécier toutes les ressources de ce Jay et Silent Bob contre-attaquent.

14/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • [CLASSEMENT 2017/2018] - 50 à 41

    50 - VIDA - SAISON 1 (NEW)La relation entre deux soeurs américaine d’origine mexicaine était un sujet qui aurait pu facilement tourner au vinaigre mais par... Lire la suite

    Par  Delromainzika
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • [Critique] PAPILLON (2018)

    [Critique] PAPILLON (2018)

    21 Août 2018 Gilles Rolland CRITIQUES 0 commentaire Partager la publication "[Critique] PAPILLON (2018)" FacebookTwitter Titre original : Papillon Note:... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Jefnobi Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines