Magazine Beaux Arts

The Avatars Conference, Stanford University (CA)

Publié le 13 avril 2009 par Paule @patty0green
The Avatars Conference, Stanford University (CA)
J'ai participé à ce colloque qui a eu lieu les 10 et 11 avril derniers dans une salle du Humanities Center situé sur le majestueux campus de la Stanford University. Stanford était déjà pour moi quelque chose de virtuel. L'idée de traverser, à la marche, durant vingt minutes, la grande allée de palmiers pour me rendre à la conférence et de pénétrer cet univers à part, presque auto-suffisant, qu'est le gigantesque campus de l'université, était un peu irréelle. Que voulez-vous, il y en a qui étudie dans le métro, d'autres dans les montagnes, sous les palmiers et dans une architecture du genre "hacienda"! Le campus comprend un centre d'achat, un musée (pas un petit, un vrai grand musée), un stade, des terrains de sport de toutes sortes, des pistes de mountain bike, un loop pour faire du jogging dans les montagnes (7 miles, magnifique), son propre lac, plusieurs petits cafés, du soleil presque tout le temps, une petite ville adjacente (Palo Alto) hyper chic...etc. Mais pas un déchet! Un petit monde... qui m'apparait encore un peu trop virtuel bien que je l'aie pénétré de manière très actuelle! Je me sentais presque comme un avatar lorsque j'ai présenté ma conférence. Nappa Valley est à quelques km de là et l'extraordinaire, artistique et vivante San Francisco est tout près (40 minutes de train).
Dès le début, le Keynote Speaker, Matteo Bittani, donne le ton avec une audacieuse présentation intitulée : "WYSIWYG (What you see is what you get). Avatars, Doppelgängers, Performers". Bittani, gamer et chercheur pour plusieurs projets reliés aux mondes virtuels, partage ses propres expériences reliées à la manipulation de différents avatars : de Second Life à l'interface Nike+, des Sims à...sa propre femme qui, menant une double-vie depuis quelque temps, l'a quitté pour son autre vie! Tout en nous montrant un éventail des avatars disponibles sur le marché, il nous raconte une histoire : son histoire à travers le chercheur renommé, le gamer passionné et, finalement, l'homme récemment divorcé. Une histoire pour laquelle, et le conférencier insiste, tout est réel!
Les autres conférenciers ont cherché à comprendre les origines des avatars tels que nous les connaissons aujourd'hui, surtout dans la littérature et à travers les personnages, les hétéronymes et les pseudonymes. Il s'agissait de chercher, à rebours, les manifestations de ce genre de phénomène. J'ai présenté Mouchette puisqu'elle a été créée en 1997. Mon idée était de montrer comment un avatar pouvait, par la structure hypermédiatique et interactive, devenir une figure mythique. Les présentations étaient donc hyper variées et les sauts dans le temps étaient fascinants! À la toute fin, nous avons eu le privilège d'entendre Henry Lowood, conservateur pour "History of Science & Technology Collections and
Film & Media Collections in the Stanford University Libraries" et aussi chercheur pour toutes sortes de projets fascinants comme "Preserving Virtual World" pour lequel il travaille en collaboration avec Linden Lab. Sa conférence, intitulée "Memento Mori: The Death (or Deletion) of Avatars", portait ainsi sur ce qui arrive lorsque notre avatar meurt ou, encore, sur ce qui arrive à notre avatar lorsque nous mourrons. Lowood a fait ressortir beaucoup de références relativement aux origines de l'utilisation du mot avatar dans le sens où nous l'utilisons depuis l'avènement des mondes virtuels. Son approche historique était très instructive, bien que très ethnocentrique. Il s'est ensuite intéressé à la relation de l'avatar et de son créateur. Il a ainsi présenté plusieurs sites qui diffusent les mémoires d'avatars supprimés ou encore de personnes qui manipulaient des avatars et qui sont décédées. Il a aussi évoqué quelques jeux qui ont été créés pour faire ressentir la terreur qu'avaient vécue les victimes du 11 septembre 2001 avant de mourir. Un site qui permet de garder sa vie virtuelle disons vivante m'a particulièrement fait rigoler : http://deathswitch.com/
Plusieurs questions ont été soulevées, dont celle de la pertinence d'aborder les questions des avatars sous la problématique, très (trop) abordée, de l'identité. Les tensions entre l'individualité et la collectivité, mais aussi entre le personnage et la figure, ont été à l'origine des réflexions à la toute fin du colloque. Bref, c'est assez difficile de résumé deux journées hyper denses, mais ça donne un petit aperçu!
Quelques sites Internet des professeurs ou/et groupes de recherche en question :
Matteo Bittani
History of Science and Technology Collections
Machinima Archives
How They got Game

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Paule 235 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines