Magazine Autres musiques

Rencontre avec Alexis Kossenko

Publié le 25 septembre 2009 par Philippe Delaide

Alexis Kossenko

J'ai rencontré Alexis Kossenko, dont j'avais inscrit dans mes coups de cœur 2006 le premier volume de son intégrale des concertos pour flûte de Carl Philip Emanuel Bach. Nous avons pu évoquer le deuxième volume de ce corpus, sorti en mai dernier, ainsi que son approche de la direction musicale. Il m'a également parlé de ses projets.
Vous nous avez fait découvrir les superbes concertos pour flûte de Carl Philipp Emanuel Bach chez Alpha en 2006. Le deuxième volume, clôturant cette intégrale est sorti en mai. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Alexis Kossenko : le deuxième volume comprend trois concertos (le concerto en la mineur Wq 166, celui en ré majeur Wq 13 ainsi que celui en la majeur Wq 168) qui sont tout aussi brillants et virtuoses que ceux du premier volume paru en 2006. Je pense que nous avons réussi, avec l'ensemble Arte dei Suonatori, à encore mieux affirmer les caractères de ces concertos, dont la variété est encore plus marquée que pour ceux du premier volume. CPE Bach est à la jonction de l'époque baroque et de celle dite classique. La forme concertante, au sens étymologique du terme, à savoir la confrontation du soliste et de l'orchestre, est encore plus marquée. En outre, chacun de ces concertos révèle un climat différent, avec de forts contrastes, et demande à chaque fois une posture spécifique (par exemple l'Allegro assai d'introduction du concerto en la mineur, d'un lyrisme fou, où la flûte se trouve littéralement envahie par une masse orchestrale impétueuse, ou, à l'opposé, le poignant Largo du concerto en la majeur, d'une expressivité extrême, annonçant les grands concertos classiques ou romantiques).

CPE Bach Kossenko vol II


Vous assurez à la fois la partie soliste et la direction d'orchestre. Compte tenu de la virtuosité de ces concertos et de leur richesse de couleurs, j'imagine que prendre en charge ces deux fonctions n'était pas forcément facile.
A.K. : la flûte mène littéralement bataille contre un orchestre virtuose et tempétueux. Ceci m'a demandé un travail particulier sur la direction d'orchestre, avec le risque effectivement d'en négliger la partie soliste dont j'avais aussi la charge ! J'ai donc apporté un soin particulier à mettre en évidence ce dialogue marqué entre la flûte et l'orchestre afin de révéler toute la richesse d'écriture de ces concertos tout en veillant à ce que l'instrument soliste garde bien sa place dans le fil conducteur de chaque concerto.
Pouvez-vous nous parler plus précisément de votre collaboration étroite avec l'ensemble Arte dei suonatori, qui explique en grande partie la réussite de ces deux enregistrements ?

A.K. : en effet, je collabore depuis maintenant huit ans avec cet ensemble et ai la chance de travailler avec une équipe fidèle, d'une intégrité musicale exemplaire, refusant les facilités, les effets, pour ses concentrer sur un vrai travail de fond sur les phrasés, la couleur, la cohérence de l'interprétation. Cet ensemble polonais a non seulement un excellent niveau technique, mais aussi une intelligence, une sensibilité par rapport au répertoire baroque qui font qu'il a développé une véritable identité sonore. J'apprécie particulièrement de travailler avec cet ensemble.

Après vous être concentré sur des compositeurs allemands ou d'Europe centrale, vous avez démarré avec le même ensemble, un projet Vivaldi. Quelle est la spécificité de votre approche, sur un compositeur autant enregistré ?

A.K. : les concertos enregistrés sont tous originellement écrits pour la flûte (seul le RV 430, quasiment inconnu des flûtistes, dans la copie de Christoph Graupner conservée à Darmstadt, est sujet à controverse. On s'interroge en effet sur le fait qu'il s'agisse d'une transcription due à Christoph Graupner. Pour ma part, je ne le crois pas. Je pense qu'il se réfère à une intention originale de Vivaldi, aujourd’hui oubliée. Certains concertos (3 issus de l’opus 10) sont déjà assez connus (comme le « Chardonneret »). En revanche les autres sont restés jusqu’à présent peu enregistrés. Pour ce projet, un peu comme pour les concertos de CPE Bach, notre sélection a été guidée par la volonté de révéler des œuvres dont les tonalités et la facture sont très différentes. Par rapport aux versions enregistrées jusqu'ici, notre volonté est de revenir à une plus grande simplicité et, surtout, au chant, au "cantabile", plutôt qu'à la virtuosité à tout prix qui est le penchant naturel que l'on peut avoir sur les concertos de Vivaldi. Parmi l'ensemble des pièces jouées, nous avons notamment sélectionné trois concertos de l'opus 10, dont celui en fa majeur que nous jouons pianissimo, avec les sourdines, afin de tenter de retrouver une délicatesse que nombre d'enregistrements récents sur Vivaldi nous ont peut-être fait oublier. Nous avons enfin beaucoup travaillé sur l'ornementation, l'articulation permettant au caractère chantant, spécifique de la flûte, de s'affirmer. Les concertos ont donc chacun leur personnalité et nous espérons faire découvrir un Vivaldi plus aérien, chantant et d'une belle simplicité. La sortie de ce disque est prévue en juin chez Alpha.
Quels sont vos autres enregistrements et projets, notamment les concerts ?

Touchemoulin Kossenko Ayrton

A.K. : tout d'abord, pour les disques, j'ai enregistré des concertos de Georg Philipp Telemann avec le Holland Baroque Society chez Channel Records (sortie prévue dans les prochaines semaines). J'ai particulièrement apprécié le travail réalisé avec cet ensemble musical sur cet enregistrement. J'ai également enregistré les concertos d'un compositeur français que l'on commence seulement à redécouvrir, Joseph Touchemoulin, contemporain de Mozart, élève de Tartini. J'ai réalisé ce disque déjà sorti sous le label Ramée, avec l'ensemble les Inventions, sous la direction du claveciniste Patrick Ayrton. Pour les concerts, je travaille, avec Arte dei suonatori cette fois, sur le répertoire français de la fin du XVIIème siècle, début du XVIIIème, notamment la musique pour ballets, ou des moments d'opéra de Rameau et Charpentier (en direction pure d'orchestre). Sinon, dans un autre registre,  nous initions cette année une nouvelle série de représentation avec le pianiste Rémy Cardinale, le violoncelliste Emmanuel Balssa, et deux chanteurs avec qui j'aime particulièrement collaborer (la soprano Magali Léger et le baryton Alain Buet), sur le répertoire du XIXème siècle, avec des instruments d'époque. Le tout prochain est le 9 octobre au Temple du Foyer de l'Ame à Paris autour de Frédéric Chopin. Sinon, je continue à me produire dans le cadre de collaborations, aussi bien avec Emmanuel Krivin comme flûte solo de la Chambre Philharmonique, qu'avec Emmanuelle Haïm pour le Concert d'Astrée.

Logo Coup de coeur Poisson Reveur 4

Carl Philipp Emanuel Bach - Concerti a flauto traverso oblogato - volume II - Alexis Kossenko (flûte et direction d'orchestre) - ensemble Arte dei Suonatori - label Alpha.

Coup de cœur du Poisson Rêveur.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Rencontre drôlatique

    Rencontre drôlatique

    But: Prendre une image des Songes drolatiques de Pantagruel et en tirer un texte. Infini perpétuel La guerre est terminée; lui est sur le chemin du retour. Lire la suite

    Par  Celinouchka
    CULTURE, LIVRES
  • Rencontre avec Antonine Maillet

    Rencontre avec Antonine Maillet

    Dominic Desmarais Il faut baisser les yeux pour la voir tellement elle est menue. Et il suffit de les fermer pour sentir sa joie de vivre qui rayonne par delà... Lire la suite

    Par  Raymond Viger
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • Alexis Bledel confirme son retour dans Sin City 2

    Alexis Bledel confirme retour dans City

    Alexis Bledel a confirmé qu’elle serait de retour dans le rôle de Becky dans « Sin City 2 ». Bien qu’elle soit sûre de son retour, peu de news sur la... Lire la suite

    Par  Ac2k8
    CINÉMA, CULTURE
  • Anthologie permanente : Alexis Pelletier

    En écho à la note de lecture d’Antoine Emaz récemment publiée sur le site à propos de 51 Partitions de Dominique Lemaître d’Alexis Pelletier Resonare fibris Et... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Alexis Pelletier

    est né le 20 septembre 1964 à Paris. Il est professeur de lettres en Normandie. Entre 1992 et 1995, il a travaillé aux éditions Le Robert et il a rédigé les... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Rencontre avec Douglas Kennedy...

    Rencontre avec Douglas Kennedy...

    Suite de l'histoire.Mercredi : sortie d'entretien à temps pour rentrer chez moi, enfiler un jean et prendre le métro pour aller Place Bellecour à la conférence... Lire la suite

    Par  Unefillealyon
    CULTURE, LIVRES
  • Alexis Bledel pour Envy Magazine

    Alexis Bledel pour Envy Magazine

    Aujourd'hui, place à la jolie Alexis Bledel, avec un article paru dans Envy Magazine. La miss a deux films en préparation, The Good Guy et Post Grad (sortie le... Lire la suite

    Par  Missacacia
    CINÉMA, CULTURE, PEOPLE

A propos de l’auteur


Philippe Delaide 1904 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte