Magazine Culture

Les Pèlerins de fer

Par Pticalou

9782268066608

Visconti Marie


Professeur agrégée de Lettres, Marie Visconti étudie depuis de nombreuses années le langage des symboles, notamment dans la littérature courtoise des XIIe et XIIIe siècles. Spécialisée en lexicométrie assistée par ordinateur, auteur de nombreux articles et brochures, elle est l'auteur de plusieurs romans historiques sérieusement documentés qui obéissent à un même principe : imaginer une histoire sans trahir l'Histoire.
En 1190, Olivier de Fonteclose, parent et vassal de Richard Cœur de Lion, se croise, contre son gré, pour accompagner son suzerain. Or si Richard participe à cette troisième croisade par obéissance à son roi, Philippe de France, il le fait également pour prouver qu’il est égal, sinon supérieur, à son ancien amant. C’est dans cette situation déjà compliquée que Oliver est contacté par la confrérie du Jardin, à laquelle il n’appartient pas, mais qu’il respecte. En effet, celle-ci lui confie la mission de retrouver Lorenzo, son ami disparu au cours de sa recherche du Graal en  Orient. Pour cela, il recevra l’aide des Templiers.
L’épouse d’Olivier, Lumine, décide de partir à son tour, malgré l'interdit pontifical excluant les femmes des pèlerinages. La tension entre les époux s'accroît au fil du voyage tant  Lumine  endure les affres de la jalousie et qu’Olivier sent se réveiller en lui des pulsions sensuelles et violentes pour la belle Mariam d'Édesse. 
Depuis le siège de Saint Jean d'Acre jusqu'aux portes de Jérusalem, traîtrises, embuscades et batailles jalonnent le parcours dans un tourbillon où la démence fanatique l'emporte sur les idéaux chevaleresques.
Si ce livre est un vrai roman d'aventures avec un fond historique (les croisades) sérieusement documenté, il revêt aussi parfois les couleurs du «roman à l’eau de rose». En effet, au fil des pages, on a le sentiment que toute la trame historique n’est qu’un écrin dévolu à l’histoire d’amour de Lumine et d’Olivier. Or celle-ci s’avère  simple, sans véritable rebondissement…
Cela est regrettable car l’auteur, avec sa connaissance exacerbée du Moyen-âge, sait parfaitement rendre les difficultés et la rudesse de cette vie, même pour les nobles de haut rang, même pour les femmes…et puis, que d’horreurs, de part et d’autre, au nom de Dieu…
Si on peut également regretter une fin d’histoire bâclée, il est impossible de ne pas prendre de plaisir aux dialogues tant ceux-ci sont empreints d’une écriture courtoise. Lorsque les héros parlent, on se prend à rêver aux cours d’amour du moyen-âge et à relire les Lais de Marie de France. Quel bonheur et quel repos pour l’esprit…
En conclusion, ce roman contient bien des éléments pour plaire et s’avère un très bon roman historique. Alors, pour passer un bon moment en découvrant un peu plus le moyen-âge, il ne faut surtout pas hésiter.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pticalou 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines