Magazine Culture

Un jour, des choses terribles... de Laurent Botti

Par Grandlivredumois

jour, choses terribles... Laurent Botti Une petite ville de province est entre les mains de quelques notables, comme c'est souvent le cas. Mais lorsque ceux-ci s'adonnent à quelques penchants pervers, on bascule dans la terreur La petite bourgade de Laville-Saint-Jour, ancienne cité de Bourgogne, connaît une particularité météorologique curieuse : d'octobre à mars, elle est enfouie dans la brume.

Dès les premiers jours du retour de ce voile sur le village, les crimes recommencent et surprennent les nouveaux habitants. Occultisme, pédophilie, assassinats, trafics d'influence, rien ne sera épargné au jeune commissaire Bertégui. Pas plus qu'à Audrey Miller, enseignante, fraîchement nommés à Laville... Un style exceptionnel qui met en place une tension progressive, insupportable, inquiétante !

L'interview : Un jeune King français

Vous faites référence à des auteurs anglo-saxons tels que Stephen King ou J.K. Rowling, et en même temps, votre roman s'enracine dans le terroir bourguignon. Comment adaptez-vous un genre littéraire anglo-saxon aux réalités françaises ?
Laurent Botti
: Il n'y a pas d'adaptation à proprement parler. Une Bourgogne noyée dans la brume, gothique à souhait comme elle peut l'être parfois, est toute aussi inquiétante que la lande anglaise des romans de Daphné du Maurier par exemple, ou que les Carpates de Dracula. Et si mes perosnnages sont bien français dans leur mode de vie et leurs réactions, les problèmes qu'ils rencontrent sont d'une certaine manière universels : la mort, le deuil, la recherche d'identité, les souvenirs d'enfance...

Pourriez-vous nous dire comment vous travaillez ? Quels sont vos manies et autres rituels, vos petits secrets d'écrivain ?
Laurent Botti
: Je ne sais pas si j'ai des "secrets d'écrivain"... Ce qui fait peut-être la particularité de mon travaille tient à la façon dont je "vis" les scènes. j'ai un véritable projecteur de cinéma dans la tête, si on peut dire, et tout se déroule comme dans un film (au point que j'en oublie complètement l'endroit où je me situe). Par ailleurs, contrairement à d'autres auteurs, je ne fais pas de plan : je découvre le livre en l'écrivant et, de façon assez mystérieuse, à mon insu, le livre se structure par lui même. Il donne même parait-il, l'impression d'être construit. Mais ça, il ne m'appartient pas d'en juger


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Grandlivredumois 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines