Magazine Bd

L’école de la vie ?

Par Pacco D

Je n’ai jamais été adapté au système scolaire.

En plus de vingt ans, et sur près d’une centaine de profs, je n’en ai rencontré que trois ou quatre qui ont eu une influence positive sur ma façon de voir le monde et d’appréhender les difficultés.

Pour les autres j’étais au mieux un perturbateur qu’il fallait éloigner du reste du groupe, au pire une oie à gaver et à faire marcher droit coûte que coûte.

À la fin de mes études, j’ai fini par me faire virer d’une école de communication.
Comme je ne rentrais pas dans les rangs, ils m’ont catapulté sans sourciller vers la vie active.
Je me retrouvais « hors norme » pour une école qui était supposée m’apprendre la créativité.

Et si c’était l’école qui n’était pas adaptée à notre époque ?
Je ne parle même pas de l’évolution technologique, du fait que le monde de demain sera fait de SMS 3.0 et tchat 5.2 de visio conférence 10.12. et d’écrans holographiques.
Ces technologies seront utilisées par les gamins, partout, sauf dans les lieux d’enseignement.
L’école, censée nous préparer au monde de demain reste accroché à des principes du siècle dernier.

Car cette école qui est supposée nous apprendre à apprendre est en fait une usine à produire des types d’individus bien déterminés :
Des premiers de la classe, des suceurs, des suiveurs, des mauvais élèves et des rebelles.

C’est l’école de l’individualisme et du gagnant/perdant.
On n’y apprend pas à partager, ni à travailler en groupe, et encore moins à obtenir des victoires ensembles.
On y apprend que dans la vie il y a deux catégorie d’individus, les bons et les merdes.
Et que nous avons été mis là pour êtres triés.

Nous devons rapidement démontrer nos aptitudes à marcher au pas, et à rentrer dans les rangs.
A vite comprendre qu’une filière est meilleure qu’une autre, qu’un élève est meilleur qu’un autre et qu’il n’est pas bon d’être faible ou à la traîne…
Pour ne pas être à la traîne, il faut pouvoir ingérer et recracher une tonne de donnée qui ne nous servira plus jamais…
Qui à besoin de maîtriser sa table de multiplication ou de connaître le nom de la capitale de Mongolie dans la vie de tous les jours ?
Interdit de copier.
Solitaire avec les connaissances entassées en vrac dans notre cerveau, c’est comme cela que nous devons affronter l’école.
Alors on m’a longtemps dis que c’était pour me préparer à la vie.

Bien sûr que dans la vie active nous reproduisons le schéma :
Premiers de la classe, suceurs, suiveurs, mauvais élèves et rebelles.

Mais en sortant je me suis vite rendu compte que le système scolaire était un système carcéral avec des règles qui n’avaient rien à voir avec celles de l’extérieur.

Hors de l’école, nous devons travailler ensemble, en équipe, affronter le changement, prendre nos responsabilités, échanger, copier, transformer ce qui existe pour trouver de nouvelles solutions.

Et ça je ne l’ai pas appris en 20 ans d’école, mais hors de l’école, sur ma console vidéo, dans des bouquins de science fictions, dans des bandes dessinées, avec des amis à jouer à dessiner à échanger…
Ce qui me sauve c’est que malgré 20 ans de conditionnement, je n’ai pas perdu le goût de découvrir, de copier, de m’influencer, d’apprendre de nouvelles notions.
Je n’ai pas non plus perdu le goût de faire, juste pour faire, et pas « faire » dans l’attente d’avoir un résultat ou une note.

Mais pour finir, si l’école était vraiment le lieu que l’on nous décrit dans les brochures publicitaires pourquoi les plus grands génies n’y ont jamais foutu les pieds et pourquoi un basketteur pro touche 50 fois plus qu’un chercheur en chimie moléculaire ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pacco D 27251 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog